L'équipementier sportif allemand Adidas a fait état mercredi d'un bénéfice net en hausse de 19 pour cent au troisième trimestre, à 656 millions d'euros, ce qui l'a amené à relever son objectif annuel de rentabilité.

C'est mieux que le consensus des analystes interrogé par Factset qui avait prévu un résultat net trimestriel de 612 millions d'euros. En raison de résultats favorables sur les neuf premiers mois de l'année, le groupe d'Herzogenaurach, propriétaire des marques Adidas et Reebok, vise désormais un résultat net annuel entre 1,72 et 1,66 milliard d'euros. Cela correspond à une hausse sur un an entre 16 et 20 pour cent, contre 13 à 17 pour cent attendus auparavant.

La marge commerciale doit quant à elle augmenter d'un point à fin décembre, en atteignant 51,4 pour cent, contre une amélioration de 0,3 point à 50,7 pour cent escomptée auparavant, grâce à un mix plus favorable des prix et des canaux de distribution, en profitant notamment du boom du commerce en ligne, et une meilleure répartition régionale des ventes en dehors de l'Europe.

Le chiffre d'affaires hors effets de change doit lui augmenter de 8 à 9 pour cent sur un an, contre une croissance de "près de 10 pour cent" attendue à ce jour, en raison de ventes moins bonnes que prévu en Europe de l'Ouest.

De juillet à septembre, le chiffre d'affaires hors effets de change a augmenté sur un an de 8 pour cent, tandis qu'il a progressé de 3 pour cent ramené en euros, à 5,87 milliards d'euros. La marque phare Adidas a vu ses ventes grimper de 10% grâce en particulier aux segments training et running.

Ces mêmes segments ont été en net repli concernant la filiale américaine Reebok, conduisant à un recul de 5 pour cent de ses ventes globales, et ce malgré le renfort l'an dernier de l'ex-chanteuse Victoria Beckham, recrutée comme styliste pour relancer la marque recentrée sur le fitness et la clientèle féminine.

Les ventes globales ont continué d'augmenter sensiblement en Amérique du Nord (+16 pour cent) et en Chine (+26 pour cent), et dans une moindre mesure en Russie (+7 pour cent), où les effets positifs du Mondial de football durant l'été ont continué à se faire sentir. Le recul de 1 pour cent à nouveau observé en Europe de l'Ouest était lui attendu, ajoute le groupe.

Le chiffre d'affaires a par ailleurs été lésé de dizaines de millions d'euros par des écritures comptables tenant compte de la forte inflation en Argentine.

La marge commerciale s'est elle améliorée dans le même temps de 1,4 point, à 51,8 pour cent et d'1,3 point concernant la marge opérationnelle, à 15,3 pour cent . En plus d'espérer une année 2018 plus rentable, le groupe se dit "en bonne voie" d'atteindre ses objectifs à long terme d'ici 2020, a déclaré Kasper Rorsted, PDG d'Adidas, cité dans un communiqué. (AFP)

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS