Alibaba et Kering s'unissent contre la contrefaçon

Alibaba Group et Kering ont enterré la hache de guerre. Après une longue bataille juridique à propos des contrefaçons, ils choisissent d’unir leurs forces pour éliminer la vente de faux produits sur les plateformes de e-commerce du géant chinois, ont annoncé jeudi les deux groupes.

Kering a accepté de rejeter la plainte déposée contre Alibaba et Alipay, une filiale de Ant Financial, au tribunal de district américain à New York, en 2014.

Le groupe a trouvé un accord avec Alibaba afin de « coopérer dans leurs efforts pour protéger la propriété intellectuelle et prendre des mesures conjointes d'exécution en ligne et hors ligne, contre les contrefacteurs, afin de fournir la meilleure expérience au consommateur et un environnement de confiance », ont déclaré les deux sociétés dans une déclaration conjointe.

Alibaba a déclaré plus tôt cette année qu'il formait une alliance de 20 membres pour lutter contre la vente de faux

Ils ont mis en place un groupe de travail conjoint dans le but d'échanger des informations et de travailler avec les organismes d'application de la loi, pour prendre des mesures contre les « contrefacteurs des marques de Kering, identifiés avec les capacités technologiques avancées d'Alibaba », ont-ils ajouté.

Le problème de la contrefaçon a été une menace pour Jack Ma, président exécutif et responsable de Alibaba, qui est devenu mondiale avec une offre publique initiale record de 25 milliards de dollars en 2014.

Alibaba a déclaré plus tôt cette année qu'il formait une alliance de 20 membres, pour lutter contre la vente de faux. Le géant a déclaré que Louis Vuitton, Samsung, Swarovski, Mars et Huawei étaient membres du nouveau groupe baptisé Alibaba Big Data Anticounterfeiting Alliance. Il a également intenté un procès contre deux marchands pour avoir vendu des montres fausses Swarovski sur sa plateforme Taobao.

En décembre dernier, le Bureau du Représentant commercial des États-Unis a déclaré Taobao sur sa liste « Marchés noires » pour 2016, quatre ans après l'avoir retiré. Pour le moment, ses activités de ventes aux particuliers à l'international ne représentaient au trimestre achevé fin mars qu'un maigre 6 pour cent de son chiffre d'affaires total, dont l'essentiel est réalisé en Chine.

Photo : Alibaba

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS