Gucci recule encore mais Puma progresse enfin

Si globalement les chiffres des ventes du groupe de luxe Kering sont raccord avec les attentes des spécialistes (pour le troisième trimestre, les ventes ont progressé de 3,3 pour cent à 2,6 milliards d'euros conformément auxprédictions des analystes interrogés par Bloomberg qui attendaient 2,595 milliards d’euros), une surprise de taille domine pourtant la publication des résultats trimestriels.

En effet, Gucci, la marque star du groupe recule encore (de 1,6 et 1,9 pour cent à périmètre comparable) à 851 millions d'euros sur le trimestre, tandis que - divine surprise - la filiale Puma voit ses ventes progresser (de 2,8 et de 6,2 pour cent à périmètre comparable, à 848 millions d'euros). C’est une surprise car la division Sport & Lifestyle (Puma, Volcom, Tretorn) de Kering était jusqu’ici le vilain petit canard du groupe de François-Henri Pinault qui refusait malgré tout de se séparer de s’en séparer contrairement au pôle distribution ( La Redoute) vendu cette année.

Puma : « Les premiers effets positifs d’une stratégie de redressement »

Le moins que l’on puisse dire c’est que Puma, numéro trois mondial de l'équipement sportif, a multiplié les initiatives primo, pour renforcer une image basée sur une expertise solide et deuxio pour se frayer un chemin de traverse vers la diversification. Après avoir mis un pied dans les clubs de football (l’équipementier sportif s’est offert récemment 5 pour cent des actions de l’équipe allemande Borussia Dortmund, championne de la coupe d’Allemagne) et avoir lancé une plateforme dédiée à la vitesse ( la plateforme Forever Faster destinée à promouvoir Puma comme la marque du dynamisme et de la vitesse), l’équipementier en collaboration avec la boutique Intersport Rivoli, s’est associé ces dernières semaines à Healthcity, une enseigne de clubs de remise en forme premium, afin de réaffirmer ses ambitions dans l’univers du Training.

Des résultats qui apportent une bouffée d’air frais à la marque qui avait enregistré un bénéfice net en chute de 76,2 pour cent au 2ème trimestre 2014. D'avril à juin, le bénéfice net s'était élevé à 4,2 millions d'euros contre 17,5 millions d'euros au cours de la même période l'an dernier.

Côté luxe, le communiqué fait part d’une progression de 3,7 et de 3,5 pour cent à données comparables, à 1,67 milliard d'euros. Si la marque principale, Gucci, recule (« la marque souffre en Asie, notamment en raison des évènements à Hong Kong »), Kering peut compter cependant sur deux autres pépites : le maroquinier Bottega Veneta, qui enregistre une croissance de plus de 10 pour cent, à 286 millions d'euros, et Saint Laurent dont les ventes ont bondi de plus de 27 pour cent à près de 178 millions d'euros sur le trimestre. (avec AFP).

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS