• Home
  • Actualite
  • Business
  • L'Inde interdit 43 autres applications chinoises

L'Inde interdit 43 autres applications chinoises

By AFP

24 nov. 2020

New Delhi - L’Inde a annoncé mardi l’interdiction de 43 autres applications mobiles chinoises, dont certaines d’Alibaba, estimant qu’elles menacent “sa souveraineté et son intégrité”, dans un climat de tensions toujours fortes entre les deux pays suite à un affrontement frontalier meurtrier en juin.

Mi-juin, 20 soldats indiens ont été tués dans un affrontement au corps-à-corps qui a fait un nombre inconnu de victimes côté chinois, à la frontière disputée entre les deux pays au Ladakh dans l’Himalaya.

Dans la foulée, New Delhi avait interdit fin juin sur son gigantesque marché intérieur, en invoquant la sécurité nationale et la protection des données, 50 applications chinoises dont la très populaire plateforme de partage de vidéos TikTok ainsi que WeChat ou le jeu Clash of Kings. Fin juillet, 47 autres applications —des versions réduites ou des variantes pour la plupart— avaient été interdites.

En septembre, l’Inde a annoncé l’interdiction de 118 applications mobiles chinoises supplémentaires dont le très populaire jeu PUBG Mobile. Parmi les dernières applications en date à se retrouver interdites en Inde figure celle de la place de marché internationale d’Alibaba, AliExpress, le service de livraison Lalamove et d’autres applications de rencontres et de diffusion en direct.

Sur le marché en pleine croissance des ventes en ligne en Inde, pays de 1,3 milliard d’habitants, Alibaba est présent également via sa plateforme de paiement Paytm et son épicerie BigBasket. L’accrochage militaire de juin, le premier choc meurtrier depuis 1975 entre les deux voisins, a attisé une fièvre anti-chinoise dans l’opinion publique indienne, avec des appels au boycott des produits chinois.

Selon les chiffres officiels indiens, la Chine a exporté l’an dernier pour 74,9 milliards de dollars (quelque 63,2 milliards d’euros) de biens en Inde dont des jouets, des cosmétiques, des appareils électroménagers, des pièces détachées automobiles et de l’acier. (AFP)