• Home
  • Actualite
  • Business
  • Les horlogers suisses se relèvent de la pandémie grâce à la Chine et aux États-Unis

Les horlogers suisses se relèvent de la pandémie grâce à la Chine et aux États-Unis

By Julia Garel

3 sept. 2021

Business

Concha Rodrigo, Unsplash.

Zurich - L’heure de la reprise a sonné ! Les horlogers suisses retrouvent peu à peu le sourire grâce à la Chine et à la reprise qui accélère aux États-Unis pour les montres de luxe après une année exceptionnellement difficile avec la crise sanitaire.

Cette semaine, quelque 25 marques se sont réunies à Genève pour la seconde édition d’un événement intitulé Geneva Watch Days qui leur a permis de venir présenter en personne les nouveaux modèles qui arriveront dans les présentoirs des boutiques de luxe pour les fêtes de fin d’année.

“Tout n’est pas résolu, le Covid est toujours là. Mais le sentiment est plutôt positif”, a estimé Antoine Pin, le directeur de la division montres du joaillier italien Bulgari, une des marques à l’origine de cet événement, lors d’un entretien avec l’AFP.

“Il y a un sentiment de reprise”, s’est-il félicité, même si les horlogers restent “attentifs” à la façon dont elle évolue, a-t-il reconnu, compte tenu du choc de la crise sanitaire l’an passé. “Les achats repartent aux États-Unis, il y a une très forte demande”, a-t-il souligné, évoquant “un effet de rattrapage” alors que les consommateurs veulent “se faire plaisir” après avoir taillé dans leurs dépenses après des mois de confinement.

Avec les fermetures des boutiques et l’effondrement du tourisme, les exportations horlogères suisses avaient dégringolé l’an passé. Après une chute historique de 81,3 pour cent en avril 2020, suivie par un deuxième mois de forte baisse en mai, elles avaient ensuite péniblement remonté la pente au cours des mois suivants, terminant l’année sur une contraction de 21,8 pour cent par rapport à l’année précédente.

Seules les exportations de montres vers la Chine avaient surnagé, affichant une hausse de 20 pour cent alors qu’une partie des achats qui s’effectuaient lors de déplacements touristiques avant la pandémie se sont reportés sur les boutiques locales. Tous les autres grands marchés pour les horlogers suisses avaient plongé dans le rouge.

Reprise plus rapide que prévu

Mais depuis début 2021, les exportations ont retrouvé des couleurs aux Etats-Unis, affichant une forte hausse de 26,2 pour cent par rapport à leur niveau de 2019 pour la période allant de janvier à fin juillet tout en continuant à afficher une croissance spectaculaire en Chine, où elles ont bondi de 63,7 pour cent. “Nous sommes en train de retrouver les chiffres de 2019”, s’est réjoui Rolf Studer, le co-directeur de la marque suisse Oris, lors d’un entretien avec l’AFP. Il constate lui aussi une forte reprise aux Etats-Unis où cette marque réalise près de 30% de son chiffre d’affaires. “Les ventes en Chine se portent bien”, s’est-il également félicité, ce qui permet de compenser une situation” encore difficile” sur d’autres marchés en Asie, a-t-il nuancé.

Selon Jean-Daniel Pasche, le président de la fédération horlogère, la reprise a été un peu rapide que prévu. “L’évolution est meilleure que ce que nous attendions en début d’année”, a-t-il expliqué, espèrant un retour à la normale pour 2022.

Mais “le ciel n’est pas encore entièrement dégagé”, a-t-il précisé. Si les incertitudes concernant la pandémie restent le plus gros défi, les ventes en Europe continue de pâtir de l’absence des touristes asiatiques. De plus, la reprise concerne pour l’instant surtout le segment des montres de grand luxe, en particulier celles dont la valeur à la sortie d’usine dépasse 3 000 francs suisses (2 762 euros), mais peine encore à se faire sentir sur les autres segments de prix.

“Pour moi, le nuage à l’horizon est ce qui est en train de se passer en Chine”, a de son côté prévenu Jon Cox, analyste chez Kepler Cheuvreux dans un courriel à l’AFP, évoquant la campagne de lutte contre l’évasion fiscale ainsi que les appels du président Xi Jinping demandant aux plus fortunés de contribuer davantage à la “prospérité commune” avec la promesse d’un “ajustement” des revenus excessifs.

Au-delà des craintes qui se profilent pour le marché chinois, il table pour l’heure sur un rebond des exportations horlogères pour l’ensemble des marchés à leur niveau de 2019 pour 2021. (AFP)