Pékin - Les petites et moyennes entreprises chinoises peinent à reprendre le travail dans un pays toujours paralysé par l'épidémie du coronavirus, au risque de se trouver à court de liquidités en dépit de nouvelles mesures de soutien.

Les congés du Nouvel an lunaire, prolongés de facto jusqu'au 10 février, sont officiellement terminés depuis deux semaines, mais la plupart des petites entreprises restent à l'arrêt.

Seules 30 pour cent environ des PME ont repris leur activité, a indiqué lundi Tian Yulong, haut responsable du ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information. Et ce alors que les PME, tous secteurs confondus, représentent 60 pour cent de l'économie chinoise.

La principale difficulté pour les PME est l'absence d'un "redémarrage simultané" des entreprises et usines selon les régions et secteurs, ce qui paralyse des chaînes de production, a expliqué M. Tian lors d'une conférence de presse.

Les restrictions de circulation perturbent les approvisionnements de matières premières et la livraison de produits finis, a-t-il ajouté. Surtout, les bras font cruellement défaut : nombre de villes confinent toujours leurs résidents et les restrictions de transports empêchent le retour des employés partis pour les congés. Les consommateurs, calfeutrés chez eux, restent souvent introuvables.

Les PME sont particulièrement sous pression au niveau financier et certaines pourraient se voir menacées de faillite si la situation se prolonge. Plus de 60 pour cent des PME ne peuvent couvrir leurs charges et leurs échéances de paiement que pendant un à deux mois avant de se trouver à court de liquidités, selon une étude de la Fédération chinoise des PME, rapportée par le quotidien officiel Economic Daily.

Alors que le président Xi Jinping a de nouveau assuré dimanche que l'impact économique resterait "de court terme" et gérable, les autorités multiplient les coups de pouce, entre prêts bancaires préférentiels et rabais fiscaux.

Au-delà des PME, la situation dans les grands groupes semble meilleure dans deux provinces très industrialisées du pays.

Plus de 90 pour cent des entreprises industrielles de grande taille dans le Zhejiang (est) et 70 pour cent de celles du Guangdong (sud) ont repris leur activité, a indiqué lundi Cong Liang, haut-responsable de la puissante agence de planification chinoise - mais sans préciser à quelle cadence de production.

Plusieurs secteurs stratégiques sont mieux lotis: l'industrie sidérurgique fonctionne à 70 pour cent de ses capacités de production, tandis que le fret ferroviaire opère de nouveau quasi-normalement, a déclaré M. Cong. (AFP)

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS