(publicité)
(publicité)
Puma: Kering veut distribuer ses titres, Artemis aura 29 pour cent

Le groupe de luxe Kering envisage de distribuer l'essentiel de ses titres dans l'équipementier sportif allemand Puma à ses actionnaires, au premier rang desquels la holding Artemis de la famille Pinault, pour se consacrer au luxe, a-t-il annoncé jeudi.

Avec ce projet, Kering pourra "renforcer son statut de +pure player+ du luxe, avec un niveau de profitabilité accru, positionnant le groupe parmi les meilleurs de son secteur", indique t-il. Kering détient une vingtaine de marques de luxe mondialement connues comme Gucci, Bottega Veneta, Yves Saint Laurent ou Balenciaga.

Kering, contrôlée à 40,9 pour cent par Artemis, détient 86,3 pour cent de Puma, équipementier de sport allemand concurrent d'Adidas et Nike, et entend en distribuer 70 pour cent. A l'issue de cette opération, la holding Artemis des Pinault va devenir "actionnaire stratégique de long terme de Puma" avec une participation de 29 pour cent, selon un communiqué.

Ce projet permettra également de porter le flottant de Puma - la part du capital susceptible d'être échangée à court terme en Bourse - à 55 pour cent, relève Kering. Il était de 14 pour cent auparavant. "A l'issue de ce projet de distribution d'actions Puma, les actionnaires de Kering bénéficieraient directement du potentiel de création de valeur d'une des marques de sport mondiales les plus emblématiques", a estimé le groupe de luxe. "Puma est idéalement positionnée pour générer une croissance significative, menée par une équipe dirigeante talentueuse et passionnée", a dit François-Henri Pinault, PDG de Kering cité dans le communiqué.

Les modalités financières de la distribution des titres Puma ne sont pas encore déterminées et seront soumises aux actionnaires le 26 avril, a précisé Kering. "Puma est un actif de qualité" et "le marché ne peut que bien accueillir cette opération", a estimé Jean-Marc Duplaix, directeur financier de Kering, lors d'une conférence téléphonique.

Kering recentré sur le luxe "a pour ambition de continuer à faire croître et à développer l'ensemble de ses maisons de luxe dans la couture, la maroquinerie, la joaillerie et l'horlogerie en s'appuyant sur sa génération de cash-flow élevée et sa situation financière solide", poursuit le groupe dans son communiqué.

Quant à Puma, le groupe s'est dit "très satisfait de la manière proposée par Kering pour réduire sa participation", "ce qui devrait (lui) permettre de poursuivre (sa) stratégie actuelle", dans un communiqué séparé. (AFP)

Photo: Puma