L'équipementier sportif allemand Puma, filiale de Kering, a relevé mardi ses objectifs pour l'année en cours après un premier trimestre très porteur tant côté ventes que rentabilité.

"Le chiffre d'affaires hors effet de change a augmenté de 15 pour cent à 1,0 milliard d'euros (+18 pour cent en euros) avec des croissance à deux chiffres dans toutes les régions du monde", détaille le groupe dans un communiqué. C'est la première fois de son histoire que le groupe, qui compte la chanteuse Rihanna comme égérie, atteint le milliard d'euros de ventes lors d'un trimestre.

Les chaussures ont principalement contribué à cette performance, ajoute l'entreprise rivale d'Adidas, sans en dire davantage. La marge opérationnelle a également relevé la tête, de 30 points de base, en s'établissant à 47,1 pour cent. Le résultat avant intérêts et impôt (EBIT) s'est envolé quant à lui de 70 pour cent, à 70 millions d'euros, en dépit d'un surplus de dépenses dans le marketing et le réseau de magasin propres.

Le résultat net a pratiquement doublé, à 49,6 millions d'euros. "Le début de l'année, en s'étant mieux déroulé que prévu, montre à nouveau que Puma est sur le bon chemin. C'est pourquoi nous avons relevé nos objectifs pour l'année", déclare le patron de la marque, Bjørn Gulden, dans un communiqué. Dans le détail, Puma table désormais sur une croissance des ventes hors effets de change légèrement supérieure à 10 pour cent, et non plus proche mais inférieure à 10% comme annoncé auparavant.

Côté résultat opérationnel (EBIT), il doit s'établir dans une fourchette entre 185 et 200 millions d'euros, après avoir prévu entre 170 et 190 millions d'euros en début d'année. Le sponsor du club de football de Borussia Dortmund, récemment victime d'une attaque à la bombe sur ses joueurs, va également équiper l'Olympique de Marseille et un autre club allemand, le Borussia Mönchengladbach, à compter de la saison 2018/2019. (AFP)

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS