• Home
  • Actualite
  • Business
  • Richemont grimpe en Bourse, porté par la reprise dans le luxe en début d'année

Richemont grimpe en Bourse, porté par la reprise dans le luxe en début d'année

By AFP

21 mai 2021

Zurich - L’action du géant suisse du luxe Richemont grimpait vendredi à la Bourse suisse après la publication de résultats annuels meilleurs que prévu, portés par un vif rebond de ses ventes en début d’année sur fond de nette hausse en Chine.

A 08H53 GMT, l’action s’adjugeait 4,33 pour cent à 98,74 francs suisses alors que le SMI, l’indice de référence de la Bourse suisse, perdait 0,02 pour cent.

Le groupe propriétaire notamment de la maison de joaillerie Cartier a fait état dans un communiqué d’une hausse de 38 pour cent de son bénéfice net annuel par rapport à l’exercice précédent, à 1,2 milliard d’euros, dépassant nettement les prévisions. Par comparaison, les analystes interrogés par l’agence suisse AWP l’attendaient en moyenne à 838 millions d’euros.

Ses ventes pour l’ensemble de l’exercice (clos au 31 mars) ont fléchi de 8 pour cent, à 13,1 milliards d’euros, au terme d’une année en deux temps.

Le début de son exercice comptable, publié sur une base décalée, avait coïncidé avec la mise en place à grande échelle de restrictions sanitaires et confinements au printemps 2020. Entre l’effondrement du tourisme dont dépend étroitement le secteur du luxe et les fermetures de boutiques, ses ventes avaient chuté d’un quart sur la première moitié de l’exercice.

Sur la seconde moitié de l’exercice, ses ventes ont rebondi de 12 pour cent grâce notamment à la Chine où les amateurs de montres de luxe ont reporté une partie de leurs achats faute de pouvoir voyager.

Au troisième trimestre, qui englobe les fêtes de fin d’année, le groupe propriétaire notamment de la maison de mode Chloé et des montres Piaget et IWC avait renoué symboliquement avec la croissance, avec une hausse de ses ventes de 1% avant d’enregistrer un rebond de 30 pour cent au dernier trimestre qui s’étale de janvier à fin mars.

Le nouvel exercice “a bien démarré”, a précisé le groupe, qui a évoqué une “accélération tangible” dans toutes ses activités durant le mois d’avril.

La joaillerie, qui contribue à plus de la moitié de ses revenus, a dépassé ses niveaux d’avant-crise vers la fin de l’exercice, a souligné Richemont dont le portefeuille de marques englobe également la maison parisienne Van Cleef Arpels et le bijoutier italien Buccellati. Sur l’ensemble de l’année, elles ont augmenté de 3 pour cent, à 7,4 milliards d’euros.

“Une fois de plus, les maisons de joaillerie ont brillé”, a réagi Jean-Philippe Bertschy, analyste chez Vontobel dans un commentaire boursier, jugeant la performance “très solide”.

Visibilité encore “faible

Connu pour sa prudence de ton, son président, le Sud-Africain Johann Rupert a toutefois souligné que la visibilité restait faible, s’abstenant de formuler des prévisions pour le reste de l’année.

“Bien que le rythme de la vaccination ait pris de l’ampleur, la volatilité et la faible visibilité sont susceptibles de prévaloir jusqu’à ce qu’il y ait une immunité collective”, a-t-il fait valoir dans le communiqué.

“Certaines parties du monde, toujours affectées par la pandémie, pourraient ralentir la reprise mondiale, même si la demande sous-jacente semble solide”, a-t-il prévenu.

Le groupe a néanmoins ramené son dividende au niveau d’avant-crise. Le groupe compte verser un coupon de 2 francs suisses par action, contre 1 franc suisse l’an passé. Pour préserver sa trésorerie face au choc de la crise sanitaire, le groupe avait divisé par deux son dividende l’an passé. Pour compenser cette réduction, il avait cependant mis en place une forme de programme de fidélisation par le biais de bons de souscription.

“Compte tenu de l’amélioration de l’environnement économique”, a noté M. Rupert, “une amélioration du dividende par rapport à l’année dernière semble justifiée”, a-t-il jugé.

Les grandes maisons de luxe françaises ont toutes fait état d’un vif rebond de leur ventes au premier trimestre, porté par l’Asie et l’Amérique du Nord, leur ventes revenant au-dessus de leur niveaux d’avant-pandémie.(AFP)