Richemont s'attend à un bond de 80 pour cent de son bénéfice net 1S sur fond d'embellie dans l'horlogerie

Le groupe suisse Richemont, le numéro deux mondial du luxe, s'attend à un bond de 80 pour cent de son bénéfice net au premier semestre, a-t-il annoncé mardi, grâce à la fin des rachats de stocks et l'embellie dans le secteur de l'horlogerie.

Sur les six premiers mois de son exercice 2017/18, ses ventes ont grimpé de 12 pour cent à taux de change constants et de 10 pour cent une fois converties en euros, la devise dans laquelle sont publiés ses comptes, a indiqué le groupe genevois dans un communiqué, précisant que son bénéfice opérationnel devrait lui augmenter d'environ 45 pour cent sur le semestre.

Conformément aux règles de la Bourse suisse, le groupe doit avertir les investisseurs en cas de variation très sensible de ses résultats par rapport à ceux attendus par rapport à l'année précédente.

La reprise de ses ventes sur le semestre, clôturé au 30 septembre, devrait avoir un effet proportionnellement plus élevé sur ses bénéfices dans la mesure où le groupe n'a plus procédé à des rachats de stocks qui avaient pesé sur ses comptes l'année précédente.

Le secteur de l'horlogerie avait connu une croissance spectaculaire de 2010 à 2014 notamment grâce à l'appétit des consommateurs chinois pour les produits de luxe. Mais la mécanique s'était enrayée lorsque Pékin avait introduit fin 2013 des mesures de lutte contre la corruption interdisant les cadeaux extravagants, qui avait pesé sur les ventes de produits de luxe.

Le secteur de l'horlogerie avait depuis cumulé les revers de fortune entre la Révolution des parapluies à Hong Kong, les secousses sur le rouble qui avait grevé le pouvoir d'achat de la clientèle russe, la flambée du franc suisse qui avait bondir les coûts de production ou encore les attentats en Europe qui ont eu un lourd impact sur les achats touristiques. Pour éviter que les détaillants ne liquident leur stocks en bradant les montres, Richemont avait préféré prendre les devants et avait procédé à une vaste opération de rachat de stocks en Asie.

Il avait ainsi pu retirer des présentoirs les modèles qui peinaient à s'écouler et faire de la place aux nouvelles collections. Parmi les facteurs qui contribuent à ce bond du bénéfice au premier semestre, Richemont a également évoqué des effets de change en sa faveur. Le groupe, propriétaire entre autres des maisons de joaillerie Cartier et Van Cleef & Arpels et des marques de montres Piaget, IWC et Jaeger-Lecoultre, doit publier ses résultats du premier semestre le 10 novembre prochain. (AFP)

Photo: Chloé Facebook

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS