Paris - Le groupe français de déstockage en ligne Showroomprivé a publié jeudi une perte nette multipliée par six au premier semestre 2019 et un chiffre d'affaires en baisse, invoquant à la fois des facteurs externes et des surcoûts ponctuels.

Le groupe a accusé une perte de 41,4 millions d'euros entre janvier et juin, dont 12,8 millions d'euros de charges non courantes, contre une perte bien plus modeste de 6,5 millions au premier semestre 2018. Dans le même temps, son chiffre d'affaire a reculé de 4,3 pour cent, à 302 millions d'euros.

Touché par le recul de ses ventes en France (-1,8 pour cent), où l'entreprise génère plus de 80 pour cent de son activité, Showroomprivé a aussi indiqué avoir perdu 4,4 pour cent de ses acheteurs.

Outre un climat de consommation qualifié de « morose », la direction pointe notamment des « surcoûts logistiques ponctuels » et « une gestion difficile de reliquats de stocks ».

« Ce premier semestre n'est clairement pas à la hauteur de nos attentes », reconnaissent Thierry Petit et David Dayan, fondateurs et patrons du groupe, cités dans le communiqué.

Le groupe se fixe pour objectif de « redevenir profitable » au second semestre, « sans toutefois pouvoir compenser le retard pris au premier semestre ».

Dans ce contexte défavorable, Showroomprivé a aussi annoncé la nomination d'un nouveau directeur financier venant de la distribution, François de Castelnau. Son prédécesseur a « quitté l'entreprise » après la publication des résultats annuels de 2018, selon la société.

En 2018, le site avait réussi à réduire sa perte nette à 4,4 millions d'euros (contre -5,2 millions en 2017), tout en augmentant de 2,6 pour cent son chiffre d'affaires à 672 millions d'euros.

Ancienne start-up lancée en 2006, le groupe européen de e-commerce de mode et beauté est coté en Bourse depuis 2015. (AFP)

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS