Showroomprivé décale ses objectifs de rentabilité

Paris - A la veille de son assemblée générale, le groupe de déstockage en ligne Showroomprivé a annoncé mercredi soir qu'il n'atteindrait pas « dès 2019 » les objectifs de rentabilité qu'il s'était fixés, en raison d'une performance moindre que prévue au premier semestre.

« Ce premier semestre ne remet pas en cause les axes stratégiques du plan "Performance 2018-2020" », et le groupe « s'attend à un rebond de sa performance, avec l'objectif de redevenir profitable au second semestre », tient-il à souligner dans un communiqué.

En 2018, le site avait réduit sa perte nette à 4,4 millions d'euros (contre -5,2 millions en 2017), tout en augmentant de 2,6 pour cent son chiffre d'affaires à 672 millions d'euros.

Mais il avait fait état en mai dernier d'un repli de ses ventes au premier trimestre de 2,3 pour cent, à 147 millions d'euros, en raison notamment de l'arrêt de son activité en Allemagne et en Pologne.

Mercredi dans son « point sur sa performance », le groupe annonce « un décalage de la performance économique semestrielle par rapport à la trajectoire du plan "Performance 2018-2020", ce qui ne lui permettra pas d'atteindre son objectif d'une profitabilité plus proche des niveaux historiques dès 2019 ».

Showroomprivé veut éviter un effet Ebitda

Showroomprivé indique « anticiper en effet un Ebitda (excédent brut d'exploitation, NDLR) semestriel situé entre -12 et -15 millions d'euros avant prise en compte d'une dépréciation de stocks ponctuelle et sans impact sur la trésorerie de l'ordre de -10 millions ».

Il rappelle aussi qu'il réalise « historiquement l'essentiel de son Ebitda au second semestre compte tenu de sa saisonnalité ».

Le groupe ajoute qu'il « comptabilisera également sur ce semestre des charges non courantes, notamment liées à des coûts de restructuration ».

Showroomprivé met ainsi en avant « un environnement économique resté globalement morose tout au long du semestre », des « surcoûts logistiques importants, liés notamment à des dysfonctionnements ponctuels sur le traitement de retours » ou encore « une dépréciation de reliquats de stocks ponctuelle et sans impact sur la trésorerie de l'ordre de -10 millions d'euros ».(AFP)

Photo : Showroomprivé Facebook

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS