SMCP s'attend à une baisse de son chiffre d'affaires au premier trimestre

Paris, 25 mars 2020 (AFP) - SMCP, maison-mère des marques Sandro, Maje et Claudie Pierlot, a annoncé mercredi, en marge de ses résultats annuels, s'attendre à un chiffre d'affaires "en baisse d'un peu plus de 20 pour cent", à cause de la pandémie de coronavirus.

Affecté par la fermeture de la grande majorité de ses magasins dans le monde, "SMCP s'attend à une baisse du chiffre d'affaires d'un peu plus de 20 pour cent au T1 2020, en données publiées: le groupe continuera à suivre de près la situation et fera un nouveau point en temps voulu", affirme-t-il dans un communiqué.

Mesures immédiates pour atténuer l'impact du Covid-19

Le groupe de prêt-à-porter explique avoir pris des "mesures immédiates pour atténuer l'impact économique et protéger sa trésorerie, telles que la réduction de ses dépenses d'exploitation, le report de ses investissements non essentiels, l'ajustement de son niveau de stocks et de ses collections et le maintien du e-commerce qui a représenté environ 15 pour cent de ses ventes en 2019".

Malgré la réouverture de la quasi-totalité des magasins physiques en "grande Chine" (quand 70 pour cent d'entre eux avaient été fermés au pic de l'épidémie), "le trafic dans les "malls" demeure encore extrêmement limité malgré quelques signes d'amélioration au cours de ces derniers jours", souligne SMCP.

Les fermetures de magasins en Europe, au Moyen-Orient ainsi que dans la région Amériques, décidés par les différents gouvernements pour tenter d'enrayer l'épidémie, ont un effet sur les "ventes et la rentabilité de SMCP (qui) sont significativement impactées".

Mais, "compte tenu de la progression rapide de l'épidémie et des incertitudes quant à sa durée, il est, pour l'heure, impossible de communiquer des prévisions pertinentes pour l'année 2020, tant en termes de chiffre d'affaires que de rentabilité", souligne SMCP.

Gestion de crise

Lors d'une conférence téléphonique, Daniel Lalonde, son directeur général, a précisé que "toutes (les) plateformes de e-commerce du groupe restaient opérationnelles" depuis le début de la crise, notamment en Chine où les ventes avaient progressé significativement.

"En Europe et en Amériques, en revanche, la croissance est plus modeste", a-t-il souligné. Interrogé sur les effets de la crise sanitaire sur la marge et la rentabilité du groupe, M. Lalonde a répondu qu'il y aurait "évidemment un impact mais (que) pour l'instant on ne préfère pas commenter davantage".

Fin janvier, a ajouté M. Lalonde, le groupe a mis en place "une équipe de gestion de crise globale" avec pour priorité d'assurer la sécurité et la santé de ses collaborateurs et de l'ensemble de fournisseurs et partenaires.

Le groupe, dont l'actionnaire majoritaire est Topsoho, une société détenue par le Chinois Shandong Ruyi, a par ailleurs annoncé avoir vu son bénéfice net augmenter de 2,8 pour cent à 51,6 millions d'euros en 2019, un résultat légèrement supérieur aux attentes des analystes de Facstet qui s'attendaient à un bénéfice net de 50 millions d'euros.

Les marques Sandro et Maje ont été fondées à Paris, respectivement en 1984 et en 1998 par Evelyne Chetrite et Judith Milgrom, qui continuent à en assurer la direction artistique. Pour sa part, la marque Claudie Pierlot, fondée en 1984 par Mme Claudie Pierlot, a été acquise par le groupe en 2009. (AFP)

Crédit : Sandro Facebook

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS