Zurich - Le recul des exportations horlogères suisses a de nouveau ralenti en octobre, a annoncé jeudi la fédération du secteur, qui s’attend cependant à la plus forte baisse jamais enregistrée en 80 ans avec le choc de la crise sanitaire.

Sur le mois écoulé, le reflux des exportations horlogères s’est limité à 7,1 pour cent par rapport au mois d’octobre l’an passé, à 1,8 milliards de francs suisses (1,7 milliards d’euros), soit la baisse “la moins forte des neuf derniers mois”, a indiqué la fédération horlogère dans un communiqué.

Pour la période allant de janvier à fin octobre, le recul se chiffre toutefois à 25,8 pour cent en comparaison annuelle, “laissant présager la plus forte contraction annuelle jamais enregistrée au cours des 80 dernières années”, a-t-elle précisé.

Dans le détail, les exportations ont ralenti vers la Chine en octobre, la progression se limitant à 15,1 pour cent après quatre mois de très vif rebond alors que les acheminements se redirigeait vers ce marché clé pour les horlogers suisses. En septembre, elles s’étaient envolées de 78,7 pour cent grâce à un rebond de la consommation de produits de luxe mais aussi aux ventes sur place, la clientèle chinoise réalisant habituellement une part importante de ses achats à l’étranger, lors de séjours touristiques.

A Hong Kong, elles sont en revanche repassées en terrain positif pour la première fois depuis mars 2019, enregistrant une hausse de 3,5 pour cent. Sur ce marché considéré comme la porte d’entrée de l’Asie pour les produits de luxe, elles étaient en chute libre depuis le début des manifestations pro-démocratie. Sur les autres grands marchés, les exportations de montres sont restées orientées à la baisse, chutant de 5,3 pour cent aux Etats-Unis, de 17,4 pour cent au Japon et de 8,1 pour cent au Royaume Uni.

Les reculs les plus significatifs en Europe ont touché la France (-38,6 pour cent), l’Espagne (-27,6 pour cent), l’Italie (-25,5 pour cent) et l’Allemagne (-17,3 pour cent). “L’avancée de la pandémie sur ces marchés et les mesures prises par les gouvernements respectifs n’incitent pas à l’optimisme pour les prochains mois”, a reconnu la fédération horlogère.

En avril, les exportations horlogères s’étaient effondrées de 81,3 pour cent sous l’effet des fermetures de magasins et du gel du transport aérien. Après cette baisse record, les exportations horlogères avaient continué de dégringoler les mois suivants, leur recul se stabilisant progressivement à partir d’août. (AFP)

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS