Les exportations horlogères suisses se sont redressées en août, pour le quatrième mois d'affilée, affichant une hausse de 4,2 pour cent par rapport à août 2016, atteignant 1,4 milliard de francs suisses (1,2 milliard d'euros), a annoncé jeudi la Fédération horlogère (FH).

Cette hausse a été portée principalement par les montres de luxe, les exportations de pièces dont le prix à l'export dépasse 3.000 francs suisses ayant augmenté de 1,9 pour cent sur un an, a indiqué la FH dans un communiqué. Les montres de moins de 200 francs suisses, exposées à une plus forte concurrence, ont par contre reculé de 2,8 pour cent par rapport à la période équivalente l'an passé.

Les exportations vers Hong Kong, le premier marché pour les fabricants de montres suisses, se sont accrues de 2,7 pour cent en rythme annuel, confirmant leur redressement après être déjà revenues en terrain positif les trois précédents mois.

Les États-Unis, où la tendance est plus hésitante depuis plusieurs mois, sont repartis à la baisse, enregistrant un repli de 4,9 pour cent. En Chine, le rythme de croissance a ralenti à 3,3 pour cent, contre un bond de 22,3 pour cent en juillet, la FH attribuant cette décélération à la base de comparaison, défavorable, tout en précisant que les exportations s'y maintenaient à des niveaux élevés.

Après une baisse ponctuelle en juillet, le Royaume-Uni a renoué avec sa progression habituelle. Les exportations de montres ont également augmenté de 7,6 pour cent vers l'Allemagne et de 5,1 pour cent vers l'Italie, mais ont reculé de 1,9 pour cent vers la France. "La tendance générale poursuit son redressement", a commenté la FH dans le communiqué.

Après avoir atteint des sommets en 2014, les exportations horlogères suisses avaient chuté de 3,3 pour cent en 2015 et de 9,9 pour cent en 2016, alors que le secteur avait cumulé les revers de fortune, entre les secousses sur les taux de change, l'introduction de mesures de lutte contre la corruption en Chine qui avaient pesé sur les ventes de produits de luxe ou la dégringolade à Hong Kong que les touristes chinois avaient fui depuis la Révolution des parapluies à l'automne 2014.

Le secteur, qui avait également subi le contre-coup de la vague d'attentats en Europe qui a pesé sur les achats touristiques, a toutefois vu ses exportations se redresser pur la première fois en mars cette année, et remonter plus nettement depuis mai. (AFP)

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS