Le joaillier américain Tiffany a fait état mercredi de solides ventes trimestrielles, grâce aux dépenses des clients américains et asiatiques et a relevé ses objectifs financiers annuels, des annonces saluées à Wall Street.

Le titre gagnait 15,87 pour cent à 118,45 dollars vers 13H10 GMT dans les échanges électroniques de pré-séance, les investisseurs applaudissant également un plan de rachat d'actions pour un milliard de dollars.

Les ventes ont progressé de 14,85 pour cent à 1,03 milliard de dollars lors des trois mois achevés le 30 avril et correspondant au premier trimestre de son exercice fiscal 2018/19. Les analystes tablaient sur 958,17 millions de dollars.

Les ventes à magasins comparables ont augmenté de 10% contre une hausse de 4,6 pour cent attendue en moyenne par les analystes financiers. Cette embellie s'est ressentie dans la plupart des régions où Tiffany est présent.

Dans les "Amériques", première contributrice aux ventes, les recettes ont augmenté de 9 pour cent à 425 millions de dollars, tandis que le bond est de 28 pour cent à 329 millions en Asie-Pacifique qui inclut la Chine.

Au Japon, les revenus ont augmenté de 17 pour cent à 151 millions de dollars. Le bénéfice net a pour sa part flambé de 53,2 pour cent à 142,3 millions de dollars, ce qui s'est traduit par un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du nord, de 1,14 dollar contre 0,83 dollar anticipé en moyenne par les analystes.

Outre un taux d'imposition tombé à 25,3 pour cent contre 31,7 pour cent à la même période lors de l'exercice fiscal précédent, Tiffany semble récolter les fruits de son plan de relance, qui porte essentiellement sur des promotions quotidiennes et des lignes de bijoux à bas prix à destination des "Millenials" (18-34 ans).

Le bijoutier est également en train de rénover ses magasins pour en augmenter la fréquentation, ce qui pourrait d'ailleurs se matérialiser dans les prochains mois puisque Tiffany s'est montré particulièrement optimiste sur ses futures performances.

Il table sur un bénéfice par action ajusté compris entre 4,50 et 4,70 dollars lors de l'exercice fiscal décalé devant clôturer le 31 janvier 2019. C'est beaucoup mieux que la fourchette de 4,25 à 4,45 dollars livrée en mars et supérieure aux 4,42 dollars anticipés par les analystes. (AFP)