(publicité)

Tom Ford développe des lignes de mode, de beauté et d'accessoires et maintenant de sous-vêtements pour hommes, en partenariat avec l'entreprise italienne Albisetti International.

Tom Ford Underwear sera distribué dans les magasins Tom Ford, dans le monde entier et en ligne, avec des partenaires de distribution limitée, comme les grands magasins, ainsi que des partenaires en ligne, a déclaré la marque. La gamme de produits, les prix et la distribution spécifique seront révélés prochainement.

« La création de Tom Ford Men's Underwear est un prolongement naturel de notre collection masculine très réussie et vient à un moment où la marque Tom Ford est devenue solidement établie dans le monde entier comme un leader dans la mode masculine », a déclaré Tom Ford.

La marque souhaite également entrer dans le secteur de la montre de luxe. Tom Ford dispose actuellement de 124 magasins Tom Ford propres et corner comme à Londres, New York, Toronto, Milan, Rome, Munich, San Francisco et Hong Kong.

Lady Gaga porte Atelier Versace lors de sa performance au Super Bowl

La chanteuse et actrice Lady Gaga été au centre des regards lors de sa performance, à la mi-temps du Super Bowl, une fois de plus cette année, surprenant la foule rassemblée à Houston, au Texas. L'artiste américaine a surpris les téléspectateurs, en sautant sur un toit rétractable dans le stade, portant une tenue sur mesure d'Atelier Versace, divertissant le public avec un certain nombre de ses hits. Pour la première partie de sa performance, Lady Gaga est arrivée sur scène avec une combinaison métallique, couverte de cristaux Swarovski, un collant en résille et des bottes assorties.

Lady Gaga porte Atelier Versace lors de sa performance au Super Bowl

Plus tard lors de son show, elle a ajouté une veste dorée assortie, complété avec des épaulettes au-dessus de son ensemble une pièce en argent. Pour son spectacle final, Lady Gaga a échangé son maillot métallique pour un deux-pièces, qui se composait d'un top blanc et short taille haute, et des épaulettes éblouissantes, qui rappellent les tenues des joueurs de football.

Après le spectacle, Lady Gaga a présenté une tenue sportive en couleurs, de la collection Printemps-Été 2017 de Versace, lors d'une conférence de presse, composée d'une fermeture à glissière et d'une jupe aux couleurs du drapeau américain.

Le Super Bowl est la finale de championnat annuel de l'American National Football League (NFL), le plus haut niveau de football américain professionnel qui a lieu chaque février aux États-Unis, et voit un certain nombre d'artistes sur la scène, à la mi-temps. Il représente un des moments télévisés les plus regardés de l'année, un certain nombre d'entreprises rivalise alors pour créer et placer des publicités remaquables.

Photo 1 : Kevin C. Cox / Getty Images North America / / AFP

Photo 2 : Tom Pennington / Getty Images North America / AFP

Une édition du magazine féminin Grazia va être lancée ce mois-ci au Pakistan, a indiqué son éditrice, au moment où l'industrie de la mode de ce pays musulman conservateur cherche à se faire une place à l'international.

Le premier numéro de Grazia Pakistan sera mis en vente à 20.000 exemplaires ce mois-ci, a indiqué Saif Publishing, titulaire de la licence. L'objectif est de doubler la circulation dans les six mois. "La classe moyenne ainsi que l'industrie de la mode sont en pleine expansion au Pakistan, et Grazia fournira une plateforme extraordinaire pour alimenter ce développement", a estimé Zahraa Saifullah, éditrice et rédactrice en chef du magazine lors d'une conférence de presse à Karachi.

Les stylistes pakistanais s'efforcent de développer le marché local, qui représente environ 200 millions de dollars de chiffres d'affaires selon des estimations prudentes d'experts, mais qui reste en large partie informel. Partie d'une poignée de stylistes et modèles au début des années 90, la mode pakistanaise s'expose désormais lors de multiples défilés attirant des acheteurs étrangers à Lahore et Karachi. Ses têtes de files alimentent déjà les potins sur papier glacé de plusieurs publications dont le rival de Grazia, Hello!, qui a lancé une édition pakistanaise en 2012.

Selon Mme Saifullah, 90 pour cent du contenu de Grazia sera local. "Nous voulons montrer au monde le côté créatif et plaisant de la mode pakistanaise." Grazia, propriété du géant italien Mondadari, a été lancé en 1938. Le magazine est désormais édité dans plus d'une douzaine de pays dont la France, les Etats-Unis, l'Espagne ou l'Inde. (AFP)

Hermes et Matchesfashion.com nouveaux mécènes de l’ANDAM

Fondé en 1989 à l’initiative du ministère de la culture et de la Communication, l’ANDAM – une association présidée aujourd’hui par Pierre Bergé - ouvre son concours 2017 avec une dotation globale de 430000 euros. C’est la 28eme édition de ce concours qui offre un soutien financier et logistique à des créateurs de mode choisis au fil d’un processus de sélection de plusieurs mois. Plusieurs prix sont remis. Le mieux doté est le grand prix de l’ANDAM, parrainé cette année par Francesca Belletini, PDG de la maison Saint Laurent.

La dotation globale du concours est encore une fois particulièrement élevée grâce notamment à l’intervention de deux nouveaux mécènes. Il s’agit de la maison Hermès et de l’enseigne Matchesfashion.com qui a lancé début 2017 son site et ses applis mobile en français. Ce lancement a certainement poussé Ruth Chapman, co-fondatrice et co-présidente exécutive de la boutique de luxe en ligne, à vouloir accompagner le lauréat du Prix des Premières Collections sur sa stratégie digitale et commerciale, pendant une durée d’un an. La dotation pour ce prix est de 100000 euros.

« Depuis 30 ans, Matchesfashion.com soutient activement l’innovation et les jeunes talents, annonce Ruth Chapman. Pour notre trentième anniversaire, nous sommes très heureux de rejoindre l’ANDAM et de contribuer à son action de soutien aux talents émergents de la mode, plus particulièrement aux créateurs français, qui s’inscrit dans notre stratégie globale de développement en France ».

La création d’un nouveau prix : le prix de l’innovation de l’ANDAM

L’ANDAM créée également cette année un nouveau Prix de l’Innovation. Il est doté de 30000 euros. Il récompensera les projets créatifs, innovants et technologiques appliqués à la mode. Pascal Morand, président exécutif de la Fédération Française de la Couture et membre de l’Académie des Technologies, avec l’appui de professionnels du secteur, offrira au lauréat de ce nouveau prix, un accompagnement global d’une durée d’un an.

Le Grand Prix de L’Andam sera quant à lui doté de 250000 euros. Il couronnera un créateur français ou étranger souhaitant s’implanter durablement à Paris pour contribuer au dynamisme de la scène parisienne et de l’industrie française. Francesca Bellettini, PDG de la Maison Yves Saint Laurent, succède à Geoffroy de la Bourdonnaye, Président de Chloé, au titre de parrain de cette édition 2017. Enfin, le prix Accessoires de Mode, qui a vocation à valoriser une jeune entreprise française du secteur de la mode pour le permettre de se développer et de rayonner sur la scène internationale, est porté cette année à 50000 euros.

Les mécènes qui réitèrent chaque année leur participation sont Chanel, Chloé, la Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent, les Galeries Lafayette, Kering, Longchamp, LVMH, M·A·C Cosmetics, Moncler, OTB, Swarovski, Tomorrow London Ltd et la maison Yves Saint Laurent. Au delà de l’aspect financier, ces mécènes aident à la mise en place de programmes d’accompagnement global.

Ainsi, les Galeries Lafayette s’engagent à acheter les collections du lauréat du Prix des Premières Collection et à mettre à sa disposition un espace exclusif pour la présentation de ses collections. Les lauréats et finalistes pourront également bénéficier d’un entretien personnel qui leur permettra de mieux comprendre les attentes des grands magasins en termes de plan de collections et de merchandising. L’IFM permettra aux finalistes des prix des Premières Collections et Accessoires de bénéficier d’un accès privilégié à son programme IFM Labels. M·A·C Cosmetics participera à la promotion de l’image des finalistes. Swarovski offrira un don en nature de cristaux Swarovski d’une valeur de 10000 euros. Les candidatures peuvent être déposées jusqu’au 14 avril 2017. Après l’annonce des finalistes, au début du mois de mai, les lauréats, départagés par un jury de professionnels, seront désignés pendant la semaine de la Haute Couture parisienne le 30 juin 2017.

Crédit photo: Andam.fr

Après que le PDG du CFDA, Steven Kolb, se soit exprimé contre la décision de Kanye West de dévoiler sa saison 5 de Yeezy, en même temps que Marchesa, sans consulter le conseil, le chanteur a programmé le défilé deux heures plus tôt. Yeezy saison 5 aura donc lieu maintenant à 15 heures le 15 février, au lieu de 17 heures.

Pour la deuxième fois de suite, le directeur créatif Kanye West avait placé son défilé sur celui d’une autre marque, lors de la NYFW. Le Conseil des créateurs de mode d'Amérique (CFDA) n'avait pas été informé non plus, l'année dernière, de son défilé Yeezy Saison 4. Mais celui-ci avait eu lieu la veille de la Fashion week.

Le président et chef de la direction du CFDA, Steven Kolb, avait déclaré à WWD que le comportement de Kanye West était inacceptable. « Encore une fois, le CFDA n'a pas été approché ou consulté sur la possibilité que Kanye West fasse son défilé pendant le calendrier officiel de la semaine de la mode de New York », a-t-il avoué. « Ne pas respecter règles est perturbateur pour toute la semaine et injuste pour les créateurs qui ont obtenu des créneaux, grâce à la procédure formelle. »

« Ce mauvais comportement n'est pas acceptable pour la CFDA et ne devrait pas être toléré par l'industrie. Par conséquent, le CFDA ne listera pas Kanye West sur le calendrier officiel ».

Calvin Klein dévoile un nouveau logo

Calvin Klein a discrètement dévoilé un nouveau logo sur sa page Instagram, afin de recréer « un retour à l'esprit de l'original ».

Le nouveau logo, qui remplace les lettres minuscules, en capitales, arrive quelques jours après que Raf Simons a dévoilé sa première collection avec la maison de mode, avec une série de quatorze looks sous le nouveau concept 'By Appointment'.

Conçu en collaboration avec le directeur artistique anglais et graphiste Peter Saville, qui est surtout connu pour son travail sur les couvertures d'albums pour Joy Division et New Order, deux groupes britanniques qu’apprécie Raf Simons, le nouveau logo de la marque de mode est « un signe de reconnaissance pour le fondateur et des fondations de la maison de mode ».

La première collection complète de Raf Simons pour Calvin Klein débarquera lors de la Fashion eeek de New York, le 10 février. Peut-être que le lancement de ce nouveau logo, qui est un clin d'œil au passé, sert d’avant-goût et offrira à la fois un changement moderne, ainsi qu'un hommage aux archives.

Photo : facebook Calvin Klein

La créatrice japonaise Hiromi Asai a conçu une collection de vêtements pour homme, présentée à New York, utilisant les techniques de fabrication et de décoration des kimonos, une transplantation qui vise à relancer cet art menacé.

Spécialiste du kimono, la designer de 36 ans avait présenté une première collection à New York durant la Semaine de la mode de février 2016, composée de kimonos réinterprétés avec fantaisie. Pour parvenir à se lancer, elle avait levé 66.000 dollars grâce à une campagne sur le site de financement participatif Kickstarter. Mais cette première tentative n'a pas rencontré un succès suffisant pour poursuivre. "Le marché n'était pas encore là", explique-t-elle à l'AFP, par le biais d'une traductrice.

Elle a donc décidé de se lancer dans la mode masculine et a présenté, durant la Fashion Week homme de New York, une collection homme, baptisée "Blue", à New York. On y retrouve des costumes, des cravates, des blousons, des vestes et des manteaux, dont les coupes n'ont rien de japonais ou rappelant le fameux drapé du kimono.

Les costumes, dont beaucoup portent des motifs ou des dégradés, correspondent à une mode "décontractée", explique Hiromi Asai. "Il y a un peu de fantaisie, de légèreté, mais pas trop". A travers cette initiative, la couturière veut trouver sa place dans le prêt-à-porter de luxe, mais elle espère aussi contribuer à sauver les artisans du kimono. Au Japon plusieurs créateurs notamment, Jotaro Saito, ont tenté ces dernières années de soutenir le secteur en présentant des kimonos réinterprétés et en travaillant avec des matières nouvelles.

Décidée à s'aventurer chez l'homme, Hiromi Asai a collaboré avec plusieurs artisans de tout le Japon, qui ont préparé les tissus dans la tradition du kimono, essentiellement à partir de soie, de laine et de coton. Pour faire baisser le prix de ses pièces, elle dit avoir traité directement avec les artisans, sans passer par le réseau d'intermédiaires qui organise le marché, selon la créatrice, qui a financé cette collection grâce à de nouveaux investisseurs.

Les artisans "avaient peur" de se mettre ces intermédiaires à dos, dit-elle, mais ont fini par accepter. Elle s'est également engagée à acheter toutes les pièces, alors que les intermédiaires font ordinairement peser le risque financier sur les artisans, assure-t-elle. Ses costumes coûtent encore plus de 6.000 dollars pièce, mais selon elle, les intermédiaires auraient pu faire grimper le prix jusqu'à 20.000 ou 30.000 dollars.

Etablie depuis 2008 à New York, elle a choisi de montrer ses créations en Occident, car, dit-elle, "la plupart des hommes japonais suivent les tendances qui viennent de l'étranger". (AFP)

"Ma P'tite Culotte" : Charline Goutal, une entrepreneuse bien (Culottée)

INTERVIEW Charline Goutal a révolutionné le monde de la petite culotte en la démystifiant ! Comprendre la femme, sa réelle beauté et ses humeurs, en apportant plus d’audace et d’authenticité dans ses créations, tel est l’engagement pris par cette jeune entrepreneuse et son équipe. Côté expansion, « Ma Ptite Culotte » promet d’ores et déjà une belle ascension d’ici quelques mois. Interview exclusive pour FashionUnited.

D’où venez-vous ? Quel a été votre parcours universitaire et professionnel ?

Après avoir obtenu un double diplôme (école de commerce et stylisme), j’ai travaillé deux ans en tant qu’Acheteuse chez Louis Vuitton, puis j’ai été débauchée par CPO Solutions, un Cabinet de Conseil, où j’ai occupé les fonctions de Consultante en Stratégie Achats et Financière durant deux ans. Forte de ces premières expériences dans le salariat, j’ai décidé de tout quitter pour rejoindre la création d’une startup (Here We Style). A la revente de cette activité en novembre 2012, j’ai décidé de créer seule Ma P’tite Culotte, puis accompagné par un premier associé à partir de mai 2013 : Laurent Michel-Amadry.

"Ma P'tite Culotte" : Charline Goutal, une entrepreneuse bien (Culottée)

Qui est Pierre Van Gansen ?

Pierre est mon « Business Soul Mate » ! Il est rentré dans l’aventure en tant qu’associé et Directeur Général en Septembre 2014. Il est notamment expert de tout le digital, mais aussi photographe. Je suis très heureuse et fière de travailler au quotidien avec lui ; nous avons soulevé des montagnes ensemble et ce n’est que le début !

Quand avez-vous créé Ma P’tite Culotte et quel a été son concept de base ?

J’ai commencé à travailler à plein temps seule sur le projet à partir de décembre 2012, mais j’ai déposé les statuts en mai 2013. C’est un concept inédit et une philosophie à part entière : Ma P’tite Culotte envisage la femme en lingerie sous une nouvelle perspective : avec authenticité, audace et personnalité.

Chaque modèle est créé à partir d’un trait de personnalité féminin ou d’une humeur : on choisira « Pétillante » si on a besoin d’un coup de boost vitaminé, « Chipie » si on est d’humeur espiègle ou encore « Irrésistible » si on est dans une démarche plus romantique. Résultat ? La lingerie que l’on porte est en totale adéquation avec soi et a du « sens » ; d’où la baseline de la marque « Des Dessous de Sens ».

Finalement, au-delà d’être une marque de la lingerie, Ma P’tite Culotte reflète une véritable philosophie, qui parle à un grand nombre de femmes et dont les valeurs sont universelles ; la tagline plante d’ailleurs bien le décor : #JenesuispasParfaite.

Plusieurs valeurs sont ancrées dans l’univers Ma P’tite Culotte : qualité et éthique, créativité et innovation, l’attachement aux détails et aux effets de surprises, le client au cœur de nos préoccupations. En trois mots : authenticité, créativité, sourire.

"Ma P'tite Culotte" : Charline Goutal, une entrepreneuse bien (Culottée)

En quoi Ma P’tite Culotte bouscule les codes de la lingerie traditionnelle ?

Après une étude de marché, je me suis rendue compte que le marché de la lingerie s’articulait autour de trois positionnements. Tout d’abord, la lingerie entrée-de-gamme (fantaisie ou nude), touchant essentiellement une cible jeune et volatile. La lingerie classique (en dentelle noire, rouge ou blanche) est le deuxième point. Elle est très standardisée et manque d’originalité. Et enfin la lingerie érotique qui reste réservée pour des occasions spécifiques.

Face à cette offre, les femmes doivent donc faire un choix entre le prix, la qualité, la fantaisie et la séduction. C’est pour cela que notre premier pari a été d’allier ces quatre variables en une seule et même marque : Ma P’tite Culotte.

Régi par des oligopoles, ce marché est très difficile à pénétrer par de nouveaux acteurs s’ils s’inscrivent dans une démarche classique. Tel a été mon deuxième constat. Par ailleurs, aucun acteur majeur n’a su véritablement s’imposer sur le web, et ceux qui y sont présents n’ont pas d’univers novateur ou passent par des plateformes multimarques. Ainsi, le pari est apparu évident : devenir la marque de lingerie la plus puissante sur le net, en France comme à l’international.

"Ma P'tite Culotte" : Charline Goutal, une entrepreneuse bien (Culottée)

Que recherchent les jeunes de 20 ans aujourd’hui en matière de lingerie ?

Ces jeunes filles-là recherchent avant tout un bon prix, du fun et du sexy. Elles sont relativement volatiles et moins attachées à une marque et son histoire que des femmes un peu plus agées.

Les modes de séduction ont-ils changé ?

Je ne pense pas qu’ils aient changé, mais plutôt qu’il y a plus de nuances… Il y a plein de manière de séduire, autre que d’être sexy ou provoquante. Une femme, selon ses humeurs et l’étape à laquelle elle est dans son chemin de vie, dégage un « je-ne-sais-quoi » qui la rend séduisante et sensuelle via différents choses : le fun, l’intelligence, le mystère, la passion,… C’est précisément ça qui nous inspire chez Ma P’tite Culotte. Beaucoup d’hommes aiment les femmes sans trop d’artifices, c’est-à-dire pour leur authenticité, pour leur charme naturel. Peu de marques de lingerie explorent cette perspective…

Qui achète vos produits ?

Le cœur de cible est une « Culottée » entre 28 et 38 ans, bien dans sa peau, qui recherche une lingerie sensuelle et créative, agréable à porter au quotidien grâce à la qualité de ses coupes et de ses matières. De nature épicurienne, elle est souvent attirée par une mode éthique et des pièces lui permettant d’exprimer sa singularité. La séduction est synonyme de complicité et de sourire pour elle, son charme est ravageur et Ma P’tite Culotte n’est là que pour la sublimer. Au-delà de ce cœur de cible, on s’est rendu compte que nos créations et notre positionnement étaient affectionnés par des femmes plus jeunes mais aussi par des femmes plus matures qui ont plus de 45 ans ; et c’est une très belle surprise.

"Ma P'tite Culotte" : Charline Goutal, une entrepreneuse bien (Culottée)

Parlez-nous de l’uniformisation des prix au niveau du marketing. Que cela provoque-t-il chez le consommateur ?

Ca facilite le choix : seul le modèle rentre en ligne de compte dans l’esprit du consommateur. Nous souhaitons plus que tout que ce soit la créativité et l’originalité de nos modèle qui fassent craquer nos clients.

Combien de collections et de lignes propose Ma P’tite Culotte ?

Nous ne fonctionnons pas par saisons mais nous lançons de nouvelles créations tous les mois. L’année 2017 sera sous le signe du voyage et de la nature à l’état sauvage pour souligner l’authencité des femmes.

Dans quelles régions distribuez-vous vos produits ? Quel est votre meilleur marché en volume de ventes ?

Partout, en France et à l’international. C’est la force de notre modèle cent pour cent digital. Pour l’instant, nous concentrons néanmoins nos efforts sur la France, la Chine et l’Amérique Latine.

De combien de point de ventes votre réseau est-il formé ?

Aucun, ce n’est pas notre modèle de distribution. Néanmoins, pour apporter une partie physique à notre marque digitale, nous ouvrons cet été un grand espace qui sera entre le showroom et la boutique ; un concept très novateur que nous vaons hâte de dévoiler très bientôt.

Combien de pièces avez-vous vendu en 2016 ?

Plus de 20 000.

Avec une récente levée de fonds de 2 millions d’euros, qu’envisagez-vous pour votre marque ?

L’ouverture de ce fameux espace « showroom-boutique » de 200 mètres carrés en plein cœur de Paris cet été, mais également l’accélération du développement de nos gammes. En aprallèle, nous allons investir davantage pour nous développer à l’international et recruter une belle équipe (ce que nous avons déjà commencé à faire).

Avez-vous des projets de collaborations avec des designers ?

Oui, nous avons une très belle collaboration avec la marque de bagagerie haut-de-gamme Delsey puis plusieurs designers mais que nous dévoilerons un peu plus tard dans l’année.

Photos : Courtoisie de ma P’tite Culotte

Premiers visuels de la collection de The Weeknd pour H&M

H&M a dévoilé les premiers looks de sa collaboration à venir avec The Weeknd, où le chanteur a travaillé avec l'équipe de design du géant de mode, afin de sélectionner une « garde-robe complète de pièces essentielles », pour hommes.

Premiers visuels de la collection de The Weeknd pour H&M

La collection Spring Icons Selected by The Weeknd sera lancée dans tous les magasins H&M qui possèdent les lignes masculines, ainsi qu’en ligne, à partir du 2 mars. La collection offre une sélection de silhouettes classiques et plus streetwear, avec des lignes ajustées, rassemblant les hits de la saison masculine, selon la marque.

Premiers visuels de la collection de The Weeknd pour H&M

« J'aime le mélange de pièces urbaines comme les bombers et les hoodies, avec des chemises et des blazers ajustés », explique The Weeknd, également connu sous le nom d'Abel Tesfaye. « Chaque pièce est à la fois facile et fraîche, comme devraient être les vêtements pour hommes.

Premiers visuels de la collection de The Weeknd pour H&M

La campagne sera postée en entier fin février

Les pièces clés vues dans la campagne, qui dévoile les vidéos et les images publicitaires des coulisses seront publiées en entier plus tard ce mois-ci. Elles comprennent un bomber en coton beige doré avec un patch à la poitrine, porté sur un hoodie noir et des pantalons.

Premiers visuels de la collection de The Weeknd pour H&M

La campagne publicitaire complète, tournée par Federico Pestilli, sera accompagnée d'une vidéo de campagne tournée par Keith Kandell, les deux seront publiés plus tard ce mois-ci.

Premiers visuels de la collection de The Weeknd pour H&MPremiers visuels de la collection de The Weeknd pour H&MPremiers visuels de la collection de The Weeknd pour H&M

Photo : Courtoisie de H&M

Raf Simons à la NYFW : une ode à Manhattan

Raf Simons a fait sensation avec son défilé, lors de la Fashion week masculine de New York, un des show les plus attendus du calendrier, injectant une bonne dose de coolitude à cette semaine de la mode.

Le créateur belge a remplacé les ceintures par du ruban adhésif, en entourant de grands manteaux de soirée et des gilets, avec des motifs typographiques de Milton Glaser I heart New York et le slogan Walk With Me.

Le défilé était une ode à Manhattan, de la première vision que peut en avoir un touriste, aux habitants plus intégrés dans la culture d'une des plus grandes villes du monde. Raf Simons lui-même est un immigrant récent, ayant quitté l'Europe pour diriger de manière créative la marque Calvin Klein, qui sera dévoilée sur le podium, dans un peu plus d'une semaine.

Raf Simons à la NYFW : une ode à Manhattan

Du ruban adhésif dans la collection

La marque de Raf Simon existe depuis près de 20 ans, et défiler à New York est probablement autant une décision logistique que l’envie d’un souffle nouveau.

Un nouvel uniforme se dessine à travers cette collection. Les manteaux de satin semblaient militaires et « convenables », peut-être parce que les modèles qui les portaient étaient de simples garçons. La silhouette était comme nous l'avons vu à Paris, large et baggy. Des gilets, fermés avec du ruban, étaient portés avec des pantalons larges tandis que des rayures originales enjolivaient les tricots avec des épaules tombantes et des longueurs variables.

Raf Simons à la NYFW : une ode à Manhattan

« Je voulais aborder cette collection avec l’état d'esprit de quelqu'un qui arrive à New York, un gamin, disons. Lorsque vous êtes un jeune garçon vous vous retrouvez dans les endroits qui sont très touristiques, qui vous confrontent à toutes sortes de choses, la Statue de la Liberté, le I Heart NY ... Je voulais revenir à la façon dont j'ai expérimenté New York au début et le comparer avec comment je le perçois aujourd’hui. Donc, cette nouvelle direction jeune que prend la ville et tout ce qu'elle représente - et ce qui se passe maintenant ».

Le monde de la mode attend également les débuts de Calvin Klein, lors de la prochaine Fashion week féminine de New York, le 10 février.

Photo : Catwalkpictures