(publicité)
(publicité)
Proenza Schouler lance une nouvelle ligne

Proenza Schouler lance une nouvelle ligne, en novembre. Appelé White Label, elle ne sera pas considérée comme une ligne principale mais secondaire, selon WWD.

Elle comprendra des pièces plus décontractées comme des jeans, des T-shirts, et des basiques. Ces articles faisaient déjà partie de la ligne principale mais ont été séparés et mis en évidence, afin de stimuler l'activité, avec une gamme plus accessible.

Nouvelle stratégie de Jack McCollough et Lazaro Hernandez

Jack McCollough et Lazaro Hernandez avaient décidé de délocaliser leur défilé à Paris pendant la Haute couture. Proenza Schouler, fondée en 2002 par les créateurs Lazaro Hernandez et Jack McCollough, ont expliqué que ce choix leur permettait de livrer plus tôt leur collection et d'allonger la durée de vente.

Dans le cloître du lycée Jacques Decour, au pied de la butte Montmartre, les créateurs ont fait défiler des silhouettes riches en volants, imprimés fleuris et dentelles, mais résolument modernes avec des ouvertures inattendues et un aspect non fini.

Le directeur général, Judd Crane, est arrivé chez Proenza Schouler l’année dernière. Il était auparavant acheteur chez Selfridges et a succédé à Ron Frasch. En janvier, Elizabeth Giardina a rejoint l'équipe de création. Elle était vice-présidente de la création, de Derek Lam 10 Crosby, pendant cinq ans.

Le premier parfum de Proenza Schouler, issu d'un contrat de licence à long terme avec L'Oréal signé il y a deux ans, sera lancé au début de l'année prochaine.

Photo : Proenza Schouler SS18

Innovations textiles durables : l’ortie

Si on tient compte des ressources qui diminuent, des fibres à croissance rapide et naturelles, comme le coton, qui nécessitent beaucoup de ressources, ou des fibres à base de pétrole comme l'acrylique, le polyester, le nylon et le spandex peu respectueuses de l'environnement, on réalise qu’il est grand temps de trouver des alternatives durables à la production de tissus. Dans cette nouvelle série, FashionUnited explore les alternatives durables et les recherches en innovations textiles qui sont actuellement menées dans le monde entier. Aujourd’hui, nous nous intéressons à l’ortie urticante, Urtica dioica, une plante largement distribuée, qui est facile à cultiver.

Il y a maintenant trois ans, FashionUnited vous parlait des fibres d’ortie et de la créatrice allemande Gesine Jost, qui utilise ces fibres flexibles et brillantes dans ces collections. « Nous sommes conditionnés à éviter les orties, mais à tort », explique la créatrice qui prouve l'utilité de ce tissu dans son atelier de Düsseldorf, où elle présente des pulls, des cardigans, des T-shirts, des jupes et un manteau conçus à partir de fil d'ortie.

Innovations textiles durables : l’ortie

Les fibres et les fils d'ortie sont le tissu du futur

Depuis lors, l'intérêt pour les fils durables et les alternatives au coton se sont développés. « Ce nouvel intérêt pour les fibres d'ortie urticante est né par la préoccupation croissante des dommages environnementaux causés par la production de tissus tels que le coton. Lors de la recherche de nouveaux tissus écologiques, la fibre d'ortie est apparue comme un bouquet de roses », confirme le fournisseur suisse de fibres et de fils d'ortie SwicoFil.

L’utilisation des fibres d'ortie pour la production de vêtements ramène aux origines, quand les gens portaient des vêtements à base de fibres et de fils d'ortie, au cours des 2000 dernières années, les traces les plus anciennes remontant à la fin de l'Age du bronze, à Voldtofte, au Danemark. On trouve également des preuves d’existence de fibres d’ortie en Scandinavie, en Pologne, en Allemagne, en Russie et en Écosse mais aussi en dehors de l'Europe. Il existe en effet trois principales espèces d'orties qui peuvent produire des fibres - orties européennes, orties himalayennes et Ramie - cette dernière fibre étant produite commercialement en Chine et au Japon depuis un certain temps.

Innovations textiles durables : l’ortie

Avec l'arrivée du coton au 16ème siècle et la soie comme concurrents, les fibres, les fils et les vêtements en ortie, ont perdu leur position dominante à l'époque, le coton était plus facile à récolter et à filer. Aujourd'hui, de nouvelles avancées dans les technologies de filage et la reproduction croisée ont produit des plantes à haute teneur en fibres fortes, flexibles, polyvalentes et avec une bonne longueur de filage.

Pendant la Première Guerre mondiale, les vêtements d'ortie ont connu un retour en force rapide lorsque l'armée allemande, en raison d'une pénurie de coton, les a utilisés pour les uniformes des soldats. De même, l'armée française les a utilisés sous Napoléon. Les soldats été peut-être plus à l’aise que ceux d’aujourd'hui car les fibres d'ortie fournissent une climatisation naturelle. Comment ? Et bien, les fibres d'ortie sont creuses, ce qui signifie qu'elles sont remplies d'air intérieur, ce qui crée une isolation naturelle.

Innovations textiles durables : l’ortie

Les vêtements d'ortie sont frais en été et chaud en hiver

Les producteurs de fil utilisent cette propriété en entortillant la longueur des fils pour des vêtements d'été frais afin de réduire l'isolation, et utilisent une faible torsion pour les vêtements d'hiver afin de maintenir la fibre creuse ouverte et permettre une température constante. Assez intelligent, n'est-ce pas ?

Mais ce n'est pas tout - les fibres d'ortie sont extrêmement polyvalentes. Et à l’inverse des > fibres de chanvre, dont nous avons parlé récemment dans notre série, il n'y a pas de problème juridique avec la culture des orties, ce qui fait de la plante une culture viable et légale. De plus, comme le chanvre, les orties utilisent beaucoup moins d'eau et de pesticides pour se développer.

Ray Harwood, professeur du groupe de recherche sur l'ingénierie textile et les matériaux à l'Université De Montfort de Leicester, estime que les fibres, les fils et les vêtements en ortie sont les matériaux du futur. Il travail sur le premier projet britannique contemporain afin de développer des tissus en ortie, qui s'appelle STING - Sustainable Technologies in Nettle Growing. Les chercheurs ont également collaboré avec Camira producteur textile pour les tissus d'ortie certifié Oeko Tex 100.

En 2004, la maison Corpo Nove basée à Florence a lancé des jeans avec un fil d'ortie, qui ont connu un énorme succès chez Selfridges. Netl, une marque de mode néerlandaise, a collaboré avec la créatrice durable Rianne de Witte pour une première collection qui présentait des vêtements dans des couleurs vives et des formes géométriques et qui constituaient un mélange de 75 pour cent de coton et 25de fils d'ortie.

Innovations textiles durables : l’ortie

L'entreprise a même cultivé les orties urticantes dans des plantations propres et a cousu les vêtements dans des usines en Europe, qui se sont conformées à des pratiques de travail équitables. Étant donné que les fibres et les fils d'ortie sont faciles à se procurer et à utiliser, ils sont largement utilisés - que ce soit en mélange avec d'autres fibres dans des collections commerciales ou sous leur forme pure dans des créations artisanales.

Enfin pour finir sur une note importante, ceux qui s'inquiètent des piqûres d’orties urticantes, surtout lorsqu'on pense aux sous-vêtements en ortie, ils ne doivent pas s'inquiéter du tout. « Vous les coupez et les déshydratez, la pression se poursuit, et il n'y a plus de piqûres », explique Ray Harwood. Eh bien, dans ce cas, adoptons les collections en ortie !

Photos : collection Gesine Jost via Gesine Jost website ; robe en ortie par Leimomi Oakes via thedreamstress.com; ortie par Frank Vincentz via Wikipedia ; usine d’orties via Camira website; Netl products via tumblr.

Sacai crée son jardin chez Colette

Sacai a annoncé l'ouverture du Jardin Sacai chez Colette, une résidence d'un mois qui mettra en valeur l'univers de la marque dans le premier domicile parisien de la marque, Colette.

Le Jardin Sacai ouvrira le 4 septembre et s'inspirera des parcs de Paris : l'élégance des jardins à la française côtoieront l'humour fun et décomplexé des parcs d'attraction. Des haies en trompe l'œil segmentent l'espace et créent une expérience en immersion pour les visiteurs qui entre ainsi à l'intérieur d'un portrait de l'esprit Sacai, mélange d'attractions et de shopping-plaisir.

Un café pop-up servira du café japonais Toriba, des pâtisseries traditionnelles de chez Toraya, la maison fondée au début du 16e siècle, et des snacks cuits dans des toasters japonais Balmuda. Le store présentera un mix d'objets multiformes sélectionnés et revisités par Chitose Abe, des vêtements exclusifs des lignes femmes et hommes de Sacai, ainsi que la présence exceptionnelle de vêtements pour enfants disponibles uniquement en septembre, exclusivement dans le Jardin Sacai de Colette.

« Pour moi, Colette est la maison spirituelle de Sacai », explique Chitose Abe, créatrice de Sacai. « Ce magasin a été l'un des premiers à comprendre mon travail, et ça a vraiment été la rencontre de deux esprits. C'est un honneur pour moi que Sarah nous ait confié l'animation de son merveilleux parc de jeux. »

Photo : Sacai enfants

En image : 8 choses à savoir de la collaboration Erdem X H&M

Erdem, l'un des chouchous de la Fashion week de Londres, a été annoncé début août comme la nouvelle collaboration de H&M avec un créateur.

Dévoilée dans la vidéo Erdem x H&M, dirigée par Baz Luhrmann, la collection proposera des vêtements féminins, des accessoires et des vêtements masculins.

En attendant d'autres détails, FashionUnited a rassemblé huit choses que nous pouvons attendre de la collection Erdem x H&M selon la vidéo, illustrée des images des collections antérieures d'Erdem : SS17, Resort 2017 et FW17-18.

1. Du romantisme

Erdem Moralioglu apporte toujours une touche romantique dans ses créations, en utilisant de la décoration, des matériaux, des formes et des couleurs romantiques. Le design stéréotypé d'Erdem est une robe maxi romantique qui présente une silhouette décontractée et de préférence un tissu semi-transparent.

Le premier look féminin dévoilé dans la vidéo, une robe noire avec des fleurs imprimées, témoigne des silhouettes d'Erdem. Elle est suivie plus tard, par une deuxième robe maxi comportant un corps structuré et des bretelles spaghetti.

En image : 8 choses à savoir de la collaboration Erdem X H&M

Photo 1 : Erdem Resort Collection 2017. Crédit : Catwalkpictures.com

2. Multi-bretelles

La robe maxi rose, avec des imprimés floraux, présente un détail plus marqué : plusieurs bretelles. Erdem Moralioglu a utilisé ce même design dans toute la collection SS17, avec plusieurs bretelles sur les robes, avec ou sans détails tricotés.

En image : 8 choses à savoir de la collaboration Erdem X H&M

Photos : Erdem Spring-Summer 2017 Collection. Crédit : Catwalkpictures.com Small>

3. Décolleté

La vidéo du teaser comporte un haut plissé, d'une tunique ou d'une robe. Avec l’imprimé floral et un double col. Toujours à l'aide de ses modèles signature, les trois dernières collections d'Erdem ont présenté des décolletés particuliers, parfois inspirés de l'ère de la Renaissance. Les détails clés comprennent : les cols fermés, les cols droits et/ou des détails doublés.

En image : 8 choses à savoir de la collaboration Erdem X H&M

Photo 3 : Erdem Resort Collection 2017. Crédit: Catwalkpictures.com

4. L’imprimé floral

Définitivement lié à Erdem, l'impression floral devrait revenir sous toutes ses formes pour la collaboration.

En image : 8 choses à savoir de la collaboration Erdem X H&M

Photo 4 : Erdem resort collection 2017. Crédit: Catwalkpictures.com

5. Sensation texturale

Les tissus romantiques font partie du style d'Erdem et, par des tissus romantiques, on entend des matériaux luxueux et bien finis, souvent avec de la texture comme de la dentelle, du velours, du jacquard (un motif complexe qui est tissé plutôt qu’imprimé) ou des tissus soyeux et lisses avec une broderie riche.

En image : 8 choses à savoir de la collaboration Erdem X H&M

Photo 5 : Erdem Fall / Winter Collection 2017. Crédit : Catwalkpictures.com

6. Mode masculine : uniforme et jacquard

Erdem Moralioglu fera pour la première fois, des pièces pour hommes dans la collaboration H&M. Dévoilés dans la vidéo de teaser, nous voyons trois modèles à l'arrière-plan. Un modèle porte un costume classique et gris tandis que les deux autres portent des costumes jacquard inspirés du pyjama.

En image : 8 choses à savoir de la collaboration Erdem X H&M

Photo 6 : Erdem Fall / Winter collection 2017. Crédit : Catwalkpictures.com

7. Pendentifs

Enfin, deux autres articles féminins que nous devons encore mentionner peuvent être vus dans la vidéo. Le premier : des longs pendentifs avec des perles ou des cailloux brillants, encore une fois vus la collection SS17 d'Erdem.

En image : 8 choses à savoir de la collaboration Erdem X H&M

Photo 7 : Erdem Spring / Summer Collection 2017. Crédit : Catwalkpictures.com

8. Léopard fausse fourrure

Deuxièmement, un manteau en imprimé léopard en fausse fourrure, avec des rubans noirs au col.

En image : 8 choses à savoir de la collaboration Erdem X H&M

Photo 8 : Erdem resort collection 2017. Crédit : Catwalkpictures.com

The H&M x Erdem collection sera lancée le 2 novembre.

Homepage photo : Backstage du défilé Erdem Spring-Summer 2017 Crédit : Catwalkpictures.com

Thèmes Graphiques Printemps/Eté 2019

Les experts en imprimés de Trendstop vous rapportent les derniers concepts graphiques des vêtements pour la saison Printemps/Eté 2019 et au-delà. Notre équipe révèle les looks essentiels et un éventail de tendances issus des défilés internationaux. Adaptés aux femmes et aux hommes, ces trois tendances essentielles inspireront votre prochaine collection. Nos rapports complets d'imprimés graphiques évaluent la valeur commerciale et la longévité de chaque tendance, vous offrant la meilleure base possible pour organiser vos collections.

Cette semaine, les lecteurs de FashionUnited peuvent découvrir trois tendances graphiques qui auront une grande influence sur la saison SS19. USA Road Trip apporte une vibration de vacances américaines avec des tees et tops imprimés tandis que By The Sea Sticker Book transforme les motifs nautiques par une nouvelle approche ludique et nostalgique. Déclarations Censurées intègre une esthétique inspirée de la protestation des slogans populaires avec des messages audacieux.

USA Road Trip

Thèmes Graphiques Printemps/Eté 2019

Les estampes de vacances et les graphiques voyagent aux États-Unis pour la saison SS19. Les stations balnéaires tropicales, les palmiers et les lieux arides du désert ont une qualité photo-réaliste décolorée, tandis que les éléments plus décontractés capturent l’essence de la route américaine.

Déclarations Censurées

Thèmes Graphiques Printemps/Eté 2019

Les cardigans aux typographies graphiques continuent d'être une pièce clé unisex. Une palette monochromatique classique avec des notes primaires contribue à des déclarations de mots simples ou rebelles alliées aux logos des marques. Le contraste des blocs de couleurs et les emplacements centraux font référence à la reprise de protestation original des tee-shirts.

By The Sea Sticker Book

Thèmes Graphiques Printemps/Eté 2019

Le look nautique classique est rafraîchi avec une approche plus ludique et colorée qui fonctionne pour les hommes et les femmes. Les graphiques autocollants simples et éducatifs illustrent des créatures marines stylisées et des personnages sous-marins dessinés, apportant du plaisir à porter les vêtements.

Offre Exclusive

Les lecteurs de FashionUnited peuvent obtenir un accès gratuit au Rapport des Thèmes Graphics Printemps/Eté 2017 de Trendstop, un guide essentiel contenant les meilleurs imprimés graphics de la saison. Pour obtenir votre rapport complémentaire, cliquez sur la bannière.

Thèmes Graphiques Printemps/Eté 2019

Trendstop.com est l'un des principaux bureaux de tendances du monde pour les professionnels de la mode et de la création, réputé pour son analyse et ses prévisions de tendances perspicaces. Parmi ses clients on retrouve H&M, Primark, Forever21, Zalando, Geox, Evisu, Hugo Boss, L'Oréal et MTV.

Photos: courtoisie de Trendstop: See by Chloe Resort 2018, Lollapalooza Street Style 2017, R13 Resort 2018,6397 Resort 2018, Paris Street Style 2017, Dondup Resort 2018,Florence Street Style 2017, Band of Outsiders Spring Summer 2018, Florence Street Style 2017

GB: Lady Di, une fashionista qui a chamboulé la garde-robe royale

Cible préférée des photographes, consciente du pouvoir du paraître, la princesse Diana a usé de sa garde-robe comme d'un étendard, contribuant à dépoussiérer le vestiaire royal et continue à inspirer les stylistes 20 ans après sa mort.

Lorsqu'elle épouse le prince Charles en 1981, elle a à peine vingt ans et l'allure d'une jeune fille en fleurs. Mais en quelques années, "Shy Di" ("Timide Di"), comme elle est surnommée à l'époque, sort de sa coquille et comprend que son apparence peut constituer un formidable outil de communication. Elle troque dès lors ses sages robes à fleurs et collerettes contre des tenues plus glamour.

"Elle avait appris très rapidement à utiliser la mode comme un instrument" et s'en servait pour "envoyer des messages ou promouvoir des causes", déclare à l'AFP Libby Thompson, l'une des commissaires de l'exposition "Diana: sa vie à travers la mode", présentée au palais de Kensington jusqu'au 28 février 2018. "La princesse a appris à faire dire à sa garde-robe ce qu'elle ne pouvait pas exprimer", souligne également la directrice mode du magazine britannique Tatler Sophie Goodwin dans le New York Times.

Jamais de gants

Diana n'a pas hésité à se jouer du protocole royal, dénudant ses épaules, portant du noir ailleurs qu'à des obsèques ou revêtant des tenues androgynes comme un smoking assorti d'un noeud papillon, captant ainsi l'oeil des photographes qui vont la mitrailler.

Autre entorse au protocole royal, Diana refusait de porter des gants, pour être plus proche des gens, explique Eleri Lynn, autre commissaire de l'exposition au palais de Kensington. Des images où on la voit serrer la main de patients atteints du sida, en 1987, ont notamment marqué les esprits au moment où cette maladie véhiculait encore beaucoup de peurs, comme celle qu'elle pouvait se transmettre par le toucher. Diana maîtrisait également parfaitement l'art de la tenue adaptée à chaque situation.

Une visite à des enfants à l'hôpital ? Elle portait des vêtements colorés pour apparaître chaleureuse et accessible. Un voyage à l'étranger ? Elle revêtait des couleurs en hommage au pays visité, comme par exemple une robe à gros pois rouge au Japon en 1986.

Compte Instagram

Parmi les tenues qui ont marqué les esprits figure la robe en velours bleu nuit Victor Edelstein qu'elle avait portée lors d'un dîner à la Maison Blanche en 1985. C'est dans cette robe que la princesse de Galles avait dansé avec l'acteur John Travolta, au rythme de l'hymne disco "You Should be Dancing" du film "La Fièvre du samedi soir". Surnommée la robe "Travolta", elle possède même sa propre page Wikipédia.

GB: Lady Di, une fashionista qui a chamboulé la garde-robe royale

Après son divorce, la mue de Diana s'accélère. Elle abandonne les couturiers britanniques pour des maisons internationales telles que Lacroix, Dior ou Chanel. La princesse relègue définitivement au placard chapeaux mous et robes de bal bouffantes, adoptant des tenues plus audacieuses à l'image d'une robe bleu ciel de Jacques Azagury, au-dessus du genou et proche du corps, qu'elle porte au Royal Albert Hall en 1997.

Aujourd'hui encore, son look continue d'être décortiqué jusque sur les réseaux sociaux. Un compte Instagram, intitulé "Princesse Diana pour toujours", suivi par près de 150.000 personnes, publie ainsi quotidiennement des photographies, lui offrant un panthéon moderne.

Il influence également les créateurs. Dernier exemple en date, le directeur artistique de la marque américaine Off-White, Virgil Abloh, a annoncé une collection en préparation pour septembre inspirée de la princesse. Le site de vêtements en ligne ASOS avait lui lancé en octobre 2016 une ligne hommage à Diana, avec une collection aux tendances urbaines. (AFP)

Carolina Herrera au musée d’art moderne de New York

La créatrice Carolina Herrera présentera pour la première fois sa collection printemps-été 2018 au musée d’art moderne de New York le 11 septembre 2017 à 20h. Elle prévoit de présenter deux collections dans ce lieu mythique de New York. Une manière pour la créatrice de montrer une fois de plus son attachement à l’art mais également à la ville de New York.

Depuis ses débuts dans les années 80, Carolina Herrera a établi sa marque à New York et s’en est longuement inspiré à travers ses collections. Elle a aussi été la première à organiser ses défilés au Metropolitan Club. Ses différents défilés au Plaza, au Bryant Park ou encore au Lincoln Center ont été de véritables succès. Sa dernière collection qui sera présentée au musée d’art moderne de New York représentera sa 72ème saison dans la ville.

Carolina Herrera sera également la première grande styliste à organiser un défilé dans ce lieu mythique. Le musée d’art moderne de New York ouvre de plus en plus ses portes à la mode. Du 1er octobre 2017 au 28 janvier 2018, une exposition intitulée «Items: is Fashion Modern?» y sera présentée. Celle-ci revient sur les 111 vêtements et accessoires ayant profondément marqué le monde au cours de ce dernier siècle.

Photo : Facebook Carolina Herrera

Ugg propose de personnaliser les “Classic boots”

La rentrée de la marque Ugg s’annonce chargée. Après avoir annoncé sa collaboration avec le styliste à l’univers pop et coloré Jeremy Scott, la marque australienne annonce une nouvelle surprise à ses clients pour le mois de septembre.

Alors que la rentrée scolaire approche à grand pas, la marque remet ses “Classic boots” à l’honneur en offrant à ses clients la possibilité de les customiser. Dédiée uniquement aux modèles enfants, ce service permettra de personnaliser les bottes mythiques de la marque avec des patchs de différentes couleurs.

L’offre permettra aux clients ayant acheté une “Classic boots” de bénéficier de gadgets pour personnaliser leurs achats. Cependant, ce service est uniquement disponible dans quelques boutiques parisiennes. À partir du 31 août et jusqu’au 2 septembre, l’offre sera disponible dans le magasin Ugg situé dans le 6ème arrondissement et aux Galeries Lafayette d’Haussmann les 9 et 10 septembre mais également les 10 et 11 novembre 2017.

Photo : Facebook Ugg -
Mother lance ses premières chaussures avec Minnetonka

Mother s’essaie pour la première fois à la chaussure, à travers une collaboration avec Minnetonka, pour l’hiver 2017.

La marque de jeans cultes Mother et la marque faite-main Minnetonka allient leurs forces, à l’occasion du lancement de quatre modèles, en édition limitée, et inspirés de l’esprit bohème des années 70. Le Lovin’ Moc’ est un mocassin en suédine brun brodé aux accents hippie. Le Cosmic Moc est un mocassin en suédine noir qui incorpore des broderies d’étoiles, d’éclairs et de soleils. La Supernova Boot est une ankle boot noire ou brune brodée d’une étoile supernova.

« Nous aimons collaborer avec des labels qui soit en phase avec notre côté “free-spirit” mais qui apportent de nouvelles idées innovantes à nos produits », explique David Miller, pdg de Minnetonka. « Les créations Mother x Minnetonka se rapprochent de notre héritage hippie, mais sont aussi pointues et contemporaines et proposent à nos fans une nouvelle façon de porter nos silhouettes héritages. »

Mother a été fondée en 2010, par le créateur Tim Kaeding et Lela Becker. Le succès naît des matières ultra-douces et de leur attitude irrévérencieuse. La marque Made-In-LA entretient son attitude do-it-yourself et son esprit indépendant, tout en offrant des coupes et délavages dans lesquels toutes les femmes peuvent se projeter.

Photo : Mother x Minnetonka

Christophe Lemaire imagine le lifewear de demain pour Uniqlo U

Uniqlo annonce le lancement de la troisième collection Uniqlo U ( une collection automne-hiver) le 5 octobre prochain dans ses magasins et sur le site internet de l’enseigne. Cette collection a la particularité d’avoir été imaginée par l’équipe de stylistes et de modélistes du centre de recherche et de développement parisien, sous la direction artistique de Christophe Lemaire. La collection sera disponible dans 19 pays, elle est composée de 46 pièces pour femmes et 27 pour hommes allant de la taille S à la taille XXL, et de 11 accessoires. La première collection Uniqlo U avait été lancée en septembre 2016.

Conçu comme un observatoire de tendances, ce centre de recherche et de développement parisien a une réélle importance stratégique pour l’enseigne japonaise - propriété du groupe textile Fast Retailing - qui a essuyé plusieurs semestres difficiles lors de ses précédents exercices. En 2016, Uniqlo avait annoncé une chute conséquente de son bénéfice annuel: - 56 pour cent, soit 48 milliards de yens (417 millions d'euros au cours actuel), contre 110 milliards l’année précédente. Le patron d’Uniqlo, Tadashi Yanai, avait identifié les causes de cette baisse par de mauvaises décisions stratégiques telles que la hausse des prix de certains articles, et l’absence de propositions dans les services. Identifiée par beaucoup comme une enseigne de fast fashion, Uniqlo souffrait également des reproches globalement adressés par les associations de consommateurs à l’ensemble du secteur textile.

Christophe Lemaire imagine le lifewear de demain pour Uniqlo U

Un centre de recherche et de développement parisien

Depuis le début de l’année, Uniqlo a habilement redressé la barre. Les bénéfices ont augmenté et l’enseigne adresse des signaux forts : baisse des prix de certains basiques, mises en place de services innovants en boutique, transparence déclarée vis à vis des fournisseurs, innovations et investissements dans la R & D. C’est sur ce dernier point que le centre parisien intervient. Ce centre inauguré en juillet 2016 complète le travail des autres départements de recherche et de développement basés à Tokyo, Shanghai, New York et Los Angeles. Le centre parisien recueille des informations sur les tendances mode et lifestyle locales, les nouvelles matières. Son but et sa justification : montrer de manière éclatante qu’Uniqlo innove en termes de développement de produit, de concept et de design.

Et dans les faits, il faut bien reconnaître que cette troisième collection Uniqlo U se signale par des innovations réélles apportées aux basiques. Les manteaux et vestes sont de véritables pièces fonctionnelles, créatives et versatiles. Notamment une parka pour homme « Blocktech » : entre le trench et le coupe-vent, cette piéce imperméable et « respirante » concue avec une finition stratifiée pour empêcher l'air et l’eau de s’infiltrer, offre une remarquable possibilité d’accords. A noter aussi , des articles confectionnés grâce à la 3D U-Knit, une technique de tricot en trois dimensions s’appuyant sur la technologie « Wholegarment ». Ils sont le résultat d’une joint-venture établie en 2016 entre Fast Retailing et Shima Seiki Mfg., fabricant japonais de machines à tricoter leader dans son secteur. Trois robes, une jupe et un pull pour femmes ont été créés avec cette technique innovante. Pièce phare de cette révolution : la robe en merinos, une robe évasée avec un effet côtelé vraiment plaisant. Etonnant aussi: une espèce de couette pour braver le froid sur le patronage d’une robe: le volume et la forme finale ont visiblement été façonné avec minutie pour suivre les lignes et la silhouette. Et enfin, signalons une remarquable interprétation de l’intemporel sweat à capuche, interprété par le studio en coton et en éponge. Il a dans cette collection un poids de 440 g, détient une couture à deux aiguilles et des goussets aux emmanchures qui favorisent le mouvement. Ses poches sont intégrées dans les coutures latérales et sa capuche est renforcée d’une double couche. Un basique solide, conçu pour résister à toutes épreuves.

Crédit photo: Uniqlo, dr