Bijoux d'artistes, une tendance en plein essor

On observe un intérêt grandissant de la part des collectionneurs depuis peu pour les bijoux d'artistes. Ils se mettent en quête d'un pendentif de Georges Braque ou d'une broche de Claude Lalanne. Les ventes exclusivement réservées à une collection d'art sont rares, ce qui rend la chasse de ces bijoux particulièrement captivante. Fondé par les suédois, Pontus Silfverstolpe et Christopher Barkenow, le moteur de recherche Barnebys, est spécialisé dans les objets d’arts et antiquités. Cette plateforme digitale est aujourd’hui partenaire de 2000 maisons de ventes aux enchères dans le monde. À l’occasion de l’exposition qui leur est consacrée au Musée des Arts Décoratifs de Paris, le moteur de recherche nous éclaire sur le succès grandissant de ces accessoires aussi rares que précieux en salle des ventes.

Les bijoux d'artistes ont fait leur apparition dans les salles de ventes, galeries et foires, depuis le début les années 2000. Nés du rapprochement entre l'orfèvrerie et les grands noms du monde de l’art dans les années 1950, les bijoux d'artistes sont édités en quelques exemplaires seulement et représentent pour un plasticien ou un sculpteur l’occasion de se confronter à des contraintes nouvelles (taille, poids ou matériau). Leur valeur se mesure presque uniquement en fonction de l’artiste, de l’édition ou de l’œuvre dont elle fait l’écho. L’avantage de ces pièces, c'est qu'elles affichent un tarif plus abordable qu’une toile ou une sculpture et représentent l'occasion d’acquérir une pièce d’un grand maître pour un prix moindre.

Nous sommes des témoins directs de l’ascension de cette tendance, nous voyons de plus en plus de bijoux d’artistes listés sur Barnebys et espérons en voir d’avantage

Pontus Silfverstolpe, co-fondateur de Barnebys
Bijoux d'artistes, une tendance en plein essor

Né d’un geste créatif, ce type de bijou n’est presque jamais édité en série, c’est un exercice occasionnel qui donne à l’objet une rareté considérable. Très peu de critères distinguent les modèles réalisés par les artistes des créations à grande échelle, le bijou d'artiste est sentimental et destiné à être porté et sublimer le corps. De nombreux talents du monde de l'Art se sont prêtés à l’exercice, comme Calder, Man Ray, Lichtenstein, Louise Bourgeois, Sophia Vari, Claude Lalanne ou encore Philipe Hiquily. Plus qu’une collaboration, les joailliers font appel aux plasticiens pour réaliser des pièces, comme lorsque la maison Bvlgari demande à Anish Kapoor de travailler sur la ré-interprétation de la bague B.zero1. Un autre exemple du genre se produit lorsque Jeff Koons réduit à l’extrême son célèbre Rabbit pour Stella McCartney.

Il n’y a pas de forme d’art plus intime, on peut la porter, la toucher

Diana Küppers, galeriste spécialiste en bijoux d’artistes

En arpentant les maisons de ventes et les galeries spécialisées, il est possible aujourd’hui de dénicher une broche papillon Lalanne entre 1 500 et 2 000 euro, une "compression" de César pour 6 400 euro ou un pendentif signé Dalí entre 4 000 et 5 000 euro. Certaines créations emblématiques peuvent atteindre des records aux enchères. C’est le cas de la bague Portrait de Dora Maar vendue à 656 779 euro en juin 2017 par Sotheby’s Londres ou encore la broche The Eye of Time de Dali vendue 755 368 euros par Sothebys New York en 2014.

Barnebys.fr est un moteur de recherche d’objets d’art et d’antiquités référencés par les maisons de ventes aux enchères et les galeries. Disponible aujourd’hui en huit plateformes linguistiques (français, anglais - UK et US, suédois, espagnol, allemand, chinois et italien), avec 1,8 million de visiteurs par mois, provenant de 150 pays, le moteur de recherche est implanté sur le marché francophone au travers d’une plateforme spécifiquement adaptée à celui-ci pour le marché des ventes aux enchères.

Photo 1 : Bague signée George Braque © Galerie Hecate / Barnebys

Photo 2 : Pendentif Jeff Koons pour Stella McCartney © Jeff Koons / Barnebys