Bruno Sialelli a-t-il la formule pour sauver Lanvin ?

New York - Lorsque Bruno Sialelli a été nommé directeur artistique de Lanvin il y a un mois, une tâche très difficile l'attendait. Le directeur créatif emblématique de la marque, Alber Elbaz, avait été évincé, sa remplaçante, Bouchra Jarrar, n'avait pas trouvé la formule du succès que les actionnaires espéraient et son successeur, Olivier Lapidus, ne s'en était même pas sorti deux ans, laissant Sialelli avec la tâche monumentale de transformer une maison historique qui existe depuis 1889 mais qui est en difficulté aujourd'hui.

Bruno Sialelli a fait ses débuts lors du défilé de Lanvin, le mercredi 27 février 2019, durant la Fashion Week de Paris. Ainsi, il a tenté de relancer la maison de couture française. Après plusieurs tentatives infructueuses de la marque, il semble que Bruno Sialelli pourrait bien avoir la recette magique indispensable pour faire entrer la marque de luxe stagnante dans une nouvelle ère. Cependant, il devrait faire attention à ne pas se perdre en voulant satisfaire tout le monde, clients, investisseurs et autres.

Bruno Sialelli lance sa première collection pour Lanvin

Sa première collection de prêt-à-porter féminin (où l’on retrouve quelques pièces de prêt-à-porter masculin), était remplie de lignes et de silhouettes parisiennes chics et épurées, une approche minimaliste, quelques moments ludiques avec du maximalisme, des créations graphiques sur t-shirts, des sacs à main oversized et une prévisible utilisation de cuir de luxe. Mais il y en avait pour tous les goûts, des adeptes du street style à la recherche d'une tenue pour se faire photographier durant la Fashion Week, en passant par les femmes qui aspirent au luxe minimaliste français après le départ de Phoebe Philo de Celine.

Bruno Sialelli a-t-il la formule pour sauver Lanvin ?

Cependant, ce dont la marque de luxe a besoin aujourd'hui, c'est de quelque chose pour se démarquer de ses concurrents. Il suffit de regarder Gucci, qui est le modèle de redressement à reproduire pour toute marque de luxe en difficulté. Gucci a placé Alessandro Michele à la tête et il s'est imposé avec ses designs maximalistes. La collection de Bruno Sialelli semble pouvoir tenir le coup dans les grands magasins face à des marques comme son ancien employeur Loewe, ou encore J.W. Anderson, le label éponyme du directeur artistique de Loewe, Jonathan Anderson.

D'un autre côté, les grands magasins peuvent s'intéresser à la marque et s'attendre à ce que ce soit les pièces se vendent bien en magasin, mais en tant que consommateur, qu'est-ce que le nouveau Lanvin a à offrir que le public cible n'a pas déjà obtenu chez Loewe, qui est une marque très tendance actuellement? Il s'agit de la première collection de Bruno Sialelli, et le designer nous a prouvé deux choses : il sait plaire à une clientèle variée, et il comprend l'état actuel du marché du luxe.

Bouchra Jarrar, tout en étant une créatrice talentueuse, était beaucoup trop minimaliste pour une époque où le renouveau des marques conduisait à un style minimaliste ou streetwear, souvent une combinaison des deux. Bruno Sialelli semble être beaucoup plus à l'écoute du client d'aujourd'hui, et le véritable défi de toute marque de mode, en particulier celle qui cherche à réaliser des bénéfices, n'est pas de faire du design, mais de répondre aux attentes du client. Bruno Sialelli sait plaire aux fashionistas d'aujourd'hui, et si la preuve ne sera visible qu'au moment des soldes d'automne de Lanvin, il nous a donné une lueur d'espoir durant le défilé de la maison de couture lors de la Paris Fashion Week.

Photos: Lanvin AW19, Catwalkpictures.com

Cet article a été traduit et édité en français par Sharon Camara.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS