La maison Chanel est assignée vendredi 6 novembre en justice pour contrefaçon, une procédure exceptionnelle lancée par "World Tricot", ex-sous-traitant du grand couturier qu'elle accuse d'avoir copié l'un de ses motifs sans son accord. World Tricot réclame plusieurs millions d'euros de dommages et intérêts. Fin janvier, l'entreprise, jusqu'alors en redressement judiciaire, a obtenu de la justice la poursuite de son activité pendant dix ans.

La directrice de l'entreprise, Carmen Colle, affirme avoir reconnu l'un de ses échantillons dans la vitrine d'une boutique Chanel à Tokyo en mars 2005 alors que ce même motif ou un motif approchant avait été refusé par la marque.

Mme Colle soutient aussi que Chanel a "sans raison" réduit ses commandes à partir de fin 2004.

"C'est un procès exceptionnel. Chanel poursuivi pour contrefaçon, c'est déjà atypique", a déclaré l'avocat de World Tricot, Me Pascal Crehange.

L'affaire sera jugée au tribunal de Commerce de Paris par cinq magistrats et non trois, comme c'est l'usage.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS