• Home
  • Actualite
  • Mode
  • Clap de fin à Milan pour une Fashion Week sur fond de bruits de bottes

Clap de fin à Milan pour une Fashion Week sur fond de bruits de bottes

By AFP

28 févr. 2022

Mode

Crédit: Dolce & Gabbana FW22 / Catwalkpictures

Milan - Les défilés de mode femme pour l'automne-hiver 2022-2023 s'achèvent lundi à Milan à l'issue d'une Fashion Week quelque peu surréaliste, marquée par le début de l'invasion russe en Ukraine dès le deuxième jour de présentation des collections.

Durant six jours, les grands noms de la mode italienne, de Versace à Fendi en passant par Bottega Veneta, Gucci et Dolce & Gabbana ont pu enfin revenir aux défilés en présentiel, mis sous cloche par la pandémie de Covid-19, mais cette fois-ci sous le coup des vents moroses en provenance d'Europe de l'Est.

Jeudi soir, au premier jour des combats, l'atmosphère était pour le moins décalée chez Moschino, où les mannequins se succédaient sur le podium dans de somptueuses robes avec des accessoires comme des chandeliers, des plumeaux ou encore des abat-jours sur la tête.

En velours et dentelles mêlés à des broderies sophistiquées, de l'or et du tulle, la collection signée du styliste Jeremy Scott s'est terminée en apothéose lorsqu'à peine tombé de la lune il est venu saluer le public en combinaison d'astronaute rouge pétard.

Epaules XXL

Samedi chez Dolce & Gabbana, l'actrice américaine Sharon Stone était au premier rang pour admirer les silhouettes en triangle inversé dues à des maxi-épaulettes tout droit sorties des années 80. Les manteaux sont oversize et hyper confort, encastrant le corps dans un cocon aux allures futuristes.

Sur fond de décor évoquant un métavers fantastique, des vestes noires taillées impeccablement laissaient entrevoir des sous-vêtements, et les tailleurs aux épaules démesurées rayonnaient de leurs couleurs flamboyantes.

En prime, quelques tuniques transparentes et une robe corset en dentelle noire.

Dimanche, DSquared2 a entrepris un voyage pour connecter le monde "avec la paix et l'amour", selon le dossier de presse du défilé.

Les tonalités sont décidément automnales, rouille et moutarde, superposées de plaids en tartan écossais et accessoirisés avec des chapeaux et ponchos, à mi-chemin entre le festival de Woodstock et une réunion de campeurs dans les Andes.

En vertu de la tendance "plus c'est gonflé, mieux c'est", les mannequins arboraient des sacs matelassés en tissu synthétique, chaussés de bottes boostées aux stéroïdes "faites pour marcher en douceur en terrain inconnu".

Artisanat italien

Autres sons de cloches samedi pour les collections d'Alberto Caliri pour Missoni, le roi de la maille, et le début très attendu de Matthieu Blazy comme directeur de la création de Bottega Veneta, l'Hermès italien.

Le Français a modernisé le célèbre "intreccio" de la marque, en lui donnant une dynamique de mouvement tout en ne s'éloignant pas outre mesure de ce motif en cuir tressé au cachet artisanal.

"Pouvoir calme": c'est ainsi que Matthieu Blazy a décrit l'esprit de sa collection, avec des pièces superbes comme ces bottes de sept lieues dotées d'un talon sculptural découpées dans le même morceau de cuir et sans coutures, ou des jeans en nubuck imprimé.

Vendredi chez Missoni, Alberto Caliri a dévoilé une collection extraordinairement moderne, subtil équilibre entre élégance milanaise et décontraction.

Le célèbre motif zig-zag de la marque était repris en noir, gris et crème sur de longs manteaux étroits, avec un zeste de joie de vivre dans les doublures citron vert ou orange.

Un manteau ceinturé à rayures verticales oranges, moutarde, beige et bleu nuit recouvert de paillettes a conquis tous les regards.

La maille, inscrite dans l'ADN de la marque, est toute en texture et profondeur, alors que les petites robes en lurex imprimé et ajustées sont brillantes et lumineuses.(AFP)