Selon le China Daily, une trentaine de marchands de contrefaçons réclament 19.000 yuans (2.100 euros) chacun pour couvrir leurs pertes pendant la fermeture de sept jours imposée par la société qui gère le marché de la soie à Pékin. Les 29 vendeurs avaient saisi la justice après avoir été temporairement chassés du marché pour avoir vendu des articles contrefaits.

Les avocats des vendeurs invoquent l'insuffisance d'éléments pour prouver que leurs clients vendaient des copies de vêtements ou sacs Burberry, Gucci, Louis Vuitton ou Prada sur ce marché pékinois très fréquenté, devenu un haut lieu des contrefaçons de produits de luxe.

Malgré une répression de la contrefaçon de plus en plus consolidée, le phénomène reste endémique en Chine, où l'industrie du faux touche tous les domaines, même les plus inattendus.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS