• Home
  • Actualite
  • Mode
  • Copenhagen Fashion Week : trois talents émergents à connaître

Copenhagen Fashion Week : trois talents émergents à connaître

By Danielle Wightman-Stone

17 août 2021

Mode

Image: courtesy of (Di)vision by James Cochrane

En plus de s'affirmer comme le centre de la mode écoresponsable, la Fashion Week de Copenhague est en train de devenir un vivier de nouveaux talents. La dernière édition, dédiée au printemps/été 2022, a ainsi vu trois designers se distinguer : la marque danoise d’upcycling (Di)vision, le label de knitwear A. Roege Hove et Louise Lyngh Bjerregaard, diplômée de Central Saint Martins qui met l'accent sur l'artisanat et la durabilité.

(Di)vision dévoile une collection PE22 composée d’invendus et de vêtements vintage

Image: courtesy of (Di)vision by James Cochrane

La marque danoise de mode durable (Di)vision, fondée par le duo frère-sœur Nanna et Simon Wick, a présenté une collection printemps/été 2022 composée de matières inutilisées et de l’upcycling de vêtements vintage, avec notamment la classique veste workwear.

(Di)vision explique en notes du défilé que la collection a été inspirée par l'année écoulée, une période où l'uniforme de tous les jours a été remplacé par le jogging et les vêtements de détente, le loungewear, et où le confort est devenu une priorité pour beaucoup.

« La collection reflète à la fois l'année écoulée, mais elle englobe également les temps à venir, où il y aura - espérons-le - de la place pour plus de baisers, de câlins, de couleurs et de motifs », ont déclaré Nanna et Simon Wick.

Image: courtesy of (Di)vision by James Cochrane

Cette idée a été présentée à travers un défilé ludique et inclusif sur le toit d'un parking à Copenhague, où (Di)vision a dévoilé sa gamme unisexe de loungewear et de workwear recyclés avec des imprimés floraux, des patchworks, des détails déconstruits et des jeux de découpes.

La collection comprend de grandes vestes, des tops, des sweat-shirts, des chemises, des pantalons de style parachute, des jeans et des robes décrites par la marque comme des tenues de « de tous les jours », ainsi que des accessoires.

Image: courtesy of (Di)vision by James Cochrane

Les points forts comprenaient un maxi manteau fleuri avec la fermeture Éclair emblématique de la marque, permettant à la pièce de devenir une veste courte, et le blouson aviateur fendu, signature de la marque, dans un imprimé botanique bleu et blanc, avec une fermeture zippée dans le dos.

Image: courtesy of (Di)vision by James Cochrane

A. Roege Hove impressionne lors de ses débuts à la Fashion Week de Copenhague

Image: courtesy of A. Roege Hove, Copenhagen Fashion Week

Chaque saison, la Fashion Week de Copenhague met à l'honneur un créateur émergent avec son « Talent Slot ». Pour le printemps/été 2022, cette mise en lumière a été consacrée à la designer textile Amalie Røge Hove et à sa marque conceptuelle de tricot A. Roege Hove.

Amalie Røge Hove a étudié le design textile à l'Académie royale danoise des beaux-arts, avant de travailler dans la maille pour certaines des plus grandes marques danoises, dont Cecilie Bahnsen et Mark Tan. Elle a lancé sa marque pour repenser les traditions liée à la maille en adoptant une approche moderne et artistique de l'artisanat original. Le label vise également à changer la perception de la silhouette avec des pièces en tricot sculpturales et uniques conçues autour du corps.

Image: courtesy of A. Roege Hove, Copenhagen Fashion Week

« Chaque style tricoté est créé à travers une vision qui donne vie à la matière. Les corps qui les portent crées différentes dimensions. Comme des sculptures, les pièces présentent des histoires différentes pour chaque style, et comme les vêtements encadrent le corps, la véritable forme prend vie grâce à son propriétaire », explique Amalie Røge Hove sur le site web de la marque.

Cette collection est la cinquième de la créatrice et met en évidence son amour des silhouettes moulantes, des découpes audacieuses et des rayures transparentes. La palette de couleurs est minimaliste et neutre, mettant ainsi davantage les techniques de tricot en valeur, surtout lorsqu’il s’agit de noir et blanc. Hove insère toutefois quelques touches de teintes vives avec du rose néon et des verts citron pour ajouter du contraste. La durabilité est également au premier plan de cette marque émergente. Chaque pièce est produite en Europe, au Danemark, en Irlande et en Italie, et la plupart sont fabriquées sur commande afin que la marque ne dispose pas d'un important stock de pièces inutilisées.

Image: courtesy of A. Roege Hove, Copenhagen Fashion Week

« Nous pensons que la mode de demain doit se concentrer sur ses points forts et c’est pourquoi nous créons deux collections par an qui ne couvrent que les catégories auxquelles nous croyons vraiment et avec un matériau qui nous permet de créer », ajoute Hove. « Il s'agit de concevoir des pièces éternelles et des classiques à garder longtemps dans sa garde-robe - la polyvalence des styles et la possibilité d'utiliser au-dessus, en dessous ou seul, crée des looks différents dans chaque style et nous aimons voir nos clients imaginer des looks individuels avec nos designs ».

Image: courtesy of A. Roege Hove, Copenhagen Fashion Week

Louise Lyngh Bjerregaard lance la collection automne/hiver 2021

Image: courtesy of Louise Lyngh Bjerregaard by Ècoute Chérie and Olivia Ghalioungi

Basée à Paris, la créatrice danoise Louise Lyngh Bjerregaard cherche à brouiller les frontières entre le prêt-à-porter et la couture avec une première collection automne/hiver 2021 alliant art, mode et subversion.

Diplômée de Central Saint Martins et de l'Académie scandinave de design de mode, Bjerregaard a travaillé chez Eckhaus Latta et Anne Sofie Madsen avant de lancer sa marque éponyme en 2019. Elle place le tricot au cœur de la durabilité en utilisant des matières invendues pour ses vêtements et en pratiquant une politique zéro déchet.

Image: courtesy of Louise Lyngh Bjerregaard by Ècoute Chérie and Olivia Ghalioungi

En 2020, Bjerregaard a reçu une subvention de deux ans de la part de la Danish Art Foundation dans le cadre du programme « La jeune élite artistique ». En 2021, l'atelier a été nominé comme finaliste au Zalando Sustainability Award 2021, mais s'est retiré de la compétition en raison de la Covid-19.

Bjerregaard explore des techniques de savoir-faire artisanaux telles que la déconstruction, le drapage, le trompe-l'œil, l'upcycling, les manipulations de matières et le tailoring à travers des basiques féminins. Toutes les pièces, ainsi qu'une partie des tissus, ont été réalisées à la main dans l'atelier de la créatrice.

Les points forts incluent des ensembles en maille intarsia, des corsets sur mesure portés à l'envers, des robes et des jupes en patchwork de cuir et des robes délicates en tricot avec des détails de découpes.

Image: courtesy of Louise Lyngh Bjerregaard by Ècoute Chérie and Olivia Ghalioungi

« La première collection automne/hiver 21-22 est un intrigant mélange de romantisme noir qui s’étalent à travers les décennies », explique Bjerregaard dans les notes du show. « Croisant constamment et de manière ludique les lignes entre le prêt-à-porter et la couture, la collection a été construite en se basant sur des explorations de mon esprit et cela se traduit de manière poétique dans l'univers de chaque vêtement.

La collection a d'abord été présentée dans un défilé intimiste pendant la Semaine de la couture de Paris en juillet, puis retravaillée en une présentation digitale pour la Fashion Week de Copenhague avec une projection au Charlottenborg Art Cinema.

Cet article a initialement été publié sur FashionUnited.com. Il a été traduit et édité en français par Julia Garel.