Le groupe sud-africain, premier producteur mondial du diamant brut se mobilise pour faire face à une baisse de plus de la moitié de la demande de pierres précieuses, et ceci malgré des ventes record sur les neufs premiers mois de l'exercice 2008 et une hausse de 7% de son profit net, à 515 millions de dollars. Sheila Khama, chef de la direction de l’activité de De Beers au Botswana, rapporte que sa compagnie n’a fait aucune vente en novembre et « très peu dans les mois suivants ». Anglo American, le groupe minier dirigé par Cynthia Carroll qui détient 45% du capital de De Beers, et d'autres actionnaires sont appelés à fournir des capitaux pour refinancer la société sud-africaine. Anglo American a indiqué que "les actionnaires de De Beers ont accepté de lui accorder des prêts, répartis proportionnellement à leurs participations, à hauteur de 500 millions de dollars au total", sa quote-part s'élevant donc à 225 millions de dollars.

Après avoir ouvert trois nouvelles mines dont deux au Canada et une en Afrique du Sud, De Beers a cessé toute production de diamants au début de 2009 dans ses quatre mines du Botswana qui ensemble, approvisionnent la moitié de l’offre de De Beers en diamants et un quart de la valeur mondiale. Parallèlement, le groupe a procédé à deux cessions de mine (en Tanzanie et en Afrique du Sud).

De Beers inaugurera cette année, son premier magasin en propre à l'angle de rue de la Paix et de la place Vendôme à Paris. Il s'agit de sa 6ème implantation sur la célèbre place parisienne.

 

Related Products

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS