Le chiffre d’affaires du géant américain du vêtement ne cesse de décliner depuis plusieurs années alors que ses bénéfices augmentent : voici le paradoxe devant lequel se trouve actuellement la compagnie. C’est la raison pour laquelle le groupe de prêt-à-porter californien a récemment annoncé la fermeture de son bureau de style à Londres, bureau qui employait 80 stylistes chargés de créer des modèles spécifiques aux goûts européens.

Après un rebond de 3% l’an dernier, les ventes de Gap International ont à nouveaux chuté de 6%au semestre dernier. D’autant plus que cela fait maintenant trois ans que le chiffre d’affaires du groupe (15,8 milliards de dollars, soit 10 milliards d’euros, l’an dernier) ne cesse de décliner.

Et pourtant, les bénéfices, eux, sont plus que satisfaisants. En effet, malgré un chiffre d’affaires toujours plus bas, les bénéfices ne cessent d’augmenter.

Le groupe Gap qui compte au total plus de 3000 magasins dans le monde, a en effet annoncé une hausse de 50% de ses bénéfices au deuxième trimestre (229 millions de dollars (153 millions d’euros) contre 152 millions un an plus tôt.

C’est en limitant le recours aux soldes et discount, et en ouvrant toujours plus de nouveaux magasins que Glenn Murphy, le nouveau PDG du groupe, tente de redresser la barre. L’arrivée d’un nouveau responsable du design, Patrick Robinson, ancien collaborateur de Paco Rabane et Giorgio Armani, devrait lui aussi contribuer à la bonne marche de la société en apportant un vent de nouveauté aux prochaines collections.

Des collections souvent qualifiées d’« identiques » depuis des années, l’exploitation d’une main d’œuvre enfantine relative à la confection de vêtements pour enfants en Inde…Tout cela semble avoir porté un sérieux coup de massue au groupe Gap International.

 

Related Products

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS