La préfecture prolonge l’interdiction d’ouverture du Printemps et des Galeries Lafayette Haussmann

Les centres commerciaux ont ouvert leurs portes après 55 jours de confinement à l’exception notable des surfaces commerciales de plus de 40 000 m2 qui représentent, du point de vue des autorités, un risque trop grand de propagation du virus notamment en Île-de-France, la région parisienne étant toujours classée « rouge ». Quelques grands magasins sont particulièrement touchés par cette interdiction, par exemple le Forum des Halles au cœur de Paris, ou encore Beaugrenelle et Italie 2. Partout sur le territoire, les préfectures décident au cas par cas.

Cette interdiction concerne également le Printemps et les Galeries Lafayette du boulevard Haussmann qui en savent désormais un peu plus sur leur sort depuis mercredi. « La préfecture de Police de Paris, à qui le Gouvernement a donné autorité pour décider de la réouverture des surfaces commerciales de plus de 40 000 m2 à la suite des deux mois de confinement que nous venons de vivre, a pris un arrêté ce matin annonçant que l’interdiction d’ouverture des Galeries Lafayette Haussmann était prolongée jusqu’au 10 juillet prochain » annonce Alexandre Liot, directeur des Galeries Lafayette Haussmann dans une note interne destinée aux collaborateurs du célèbre grand magasin.

La direction des Galeries Lafayette Haussmann espère ouvrir bien avant le 10 juillet

Dans un communiqué, le syndicat UNSA du Printemps exprime son inquiétude concernant les conséquences de cette mesure, et plus précisément des conséquences pour l’emploi dans les petites et moyennes entreprises qui travaillent avec les Grands Magasins du boulevard Haussmann. Dans sa note interne aux salariés, Alexandre Liot laisse néammoins entrevoir un espoir : « Cette échéance du 10 juillet correspond avant tout à la date de la fin d’état d’urgence fixée par l’Etat dans le contexte de la crise sanitaire, et ne signifie en rien que nous n’obtiendrons pas d’autorisation de rouvrir nos portes avant cette échéance ».

Cette interdiction n’a effectivement aucun caractère définitif. C’est avant tout un moyen pour la Préfecture d’éviter de renouveler ces arrêtés toutes les semaines et de se laisser une marge de manœuvre pour adapter leur décision à l’évolution de la situation. Ce qui autorise Alexandre Liot à formuler l’espoir d’ouvrir au plus tôt, bien avant cette échéance de juillet.

Crédit photo : Groupe Galeries Lafayette

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS