La vente de la collection d'art de Yves Saint Laurent et son compagnon Pierre Bergé s'est achevée mercredi soir à Paris sur un total d'enchères de plus de 373 millions d'euros, bien au-delà des 300 millions espérés au départ. Plusieurs pièces ont atteint des montants records lors de cette vente conduite par la maison Christie's, avec le concours de Pierre Bergé et Associés. En trois jours, 733 objets ont été proposés aux amateurs, dont des tableaux de Picasso, Henri Matisse, Edgar Degas, Fernand Léger, Paul Cézanne, des sculptures romaines, des bronzes de Chine ou des meubles Art nouveau. Parmi les ventes les plus remarquables, le tableau "Les coucous, tapis bleu et rose" réalisé en 1911 par Matisse, a trouvé preneur lundi pour 35,9 millions d'euros alors qu'il était estimé entre 12 et 18 millions. Une partie des bénéfices de la vente ira à la fondation que Pierre Bergé souhaite créer pour aider la recherche, notamment contre le sida.

La " Vente du Siècle " : seul point noir au tableau....

La polémique autour de deux bronzes chinois pillés il y a près de 150 ans à Pékin, représentant une tête de rat et une autre de lapin qui ont été adjugées mercredi 15,7 millions d'euros chacune sans qu'on connaisse l'identité du ou des acheteurs qui ont remporté les enchères au téléphone.

«L'administration d'Etat des vestiges et monuments s'oppose fermement et condamne toute vente d'objets culturels qui ont été exportés illégalement. Christie's devra assumer toutes les conséquences entraînées par cette vente», a indiqué un communiqué de l'Administration publié sur son site Internet, évoquant également des «conséquences graves pour le développement de Christie's en Chine».

«Mais Christie's s'est obstinée, persistant à mettre aux enchères des pièces pillées au Palais d'été, violant l'esprit des conventions internationales et le consensus sur le retour de ce genre d'objets dans leur pays d'origine, portant atteinte aux droits culturels du peuple chinois et aux sentiments de la nation», affirme le texte. Pékin a également accusé jeudi Christie's d'avoir vendu à plusieurs reprises des biens chinois pillés, annonçant un renforcement des contrôles sur les achats de la maison d'enchères en Chine. L'Administration chinoise a indiqué avoir décidé de renforcer les contrôles sur les opérations de Christie's en Chine.

Toutefois pour Pierre Bergé le succès de cette vente dans un marché morose fut "une preuve d'un retour de Paris sur le devant de la scène du marché de l'art".

Photo: La Vente du siècle sous la nef du Grand palais à Paris

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS