• Home
  • Actualite
  • Mode
  • Les quatre tendances AH22 de la prévisionniste néerlandaise Christine Boland

Les quatre tendances AH22 de la prévisionniste néerlandaise Christine Boland

By Huw Hughes

16 juil. 2021

Mode

Crédit : (de gauche à droite) Chloe FW21, Boss FW21, Christian Wijnants FW21

Lors d’un webinar organisé fin juin, l'analyste des tendances néerlandaise Christine Boland a dévoilé aux participants un aperçu de ce que la saison automne-hiver 2022 aura à offrir. Embrassant une vision globale mais aussi détaillée, la conférence a abordé les grandes clés de lectures liées à la pandémie et à l'incertitude pour dérouler les tendances et les couleurs qui domineront les vestiaires des saisons à venir.

FashionUnited a assisté à la conférence et partage dans cet article un résumé des principaux points à retenir.

Survivre à l'anthropocène

La première des quatre tendances clés concerne la prise de conscience croissante des consommateurs vis-à-vis de leur impact dommageable sur la planète. « Nous demandons trop à la terre mère avec notre surconsommation, notre extraction de ressources, la pollution, la déforestation et la perte de biodiversité », déclare Christine Boland.

Cette tension donne l'impression que nous approchons d'un point de basculement. En réponse, la mode essaie de combler le fossé entre les humains et la nature en s'inspirant de concepts indigènes et de la vie nomade où les gens vivent en symbiose avec la nature.

Cette tendance parle donc de protection, d'utilité et de survivalisme et présente de nombreux imprimés naturels, utilitaires, des matières matelassées, douces et moelleuses, un symbolisme indigène et des matériaux et tissus réutilisés.

L'ambiance chromatique est basée sur la nature et l’outdoor avec à des teintes vintage, de « rebuts » - le gris écru, mais aussi les bleus et verts clairs.

Crédit : (de gauche à droite) Chloé FW21, Boss FW21, Diesel FW21
Crédit : Burberry pre-fall 21

Un monde de plus en plus phigital

La deuxième tendance aborde la façon dont nos mondes numériques et physiques se fondent progressivement l'un dans l'autre, créant une réalité où il est souvent difficile de distinguer où l'un se termine et où l'autre commence.

Ce thème s’illustre par la croissance rapide de la mode numérique. Une scène créative où la mode et les influenceurs virtuels semblent si réels que vous oubliez presque qu'ils n'existent pas vraiment dans le monde physique.

Cela affecte également la mode qui s’inspire alors du surréalisme et des espaces utopiques issues d’un autre monde à travers des designs qui semblent presque impossibles. Les volumes sont énormes mais les matières légères ou liquides.

La tendance se caractérise également par la haute technologie, des matières transparentes et une palette de couleurs qui mélange des « couleurs d'écran » froides et futuristes mais réinventées : « Nous avons vu avec le printemps-été 22 que toutes ces couleurs d'écran sont très importantes, déclare Boland, mais à présent, nous voyons que ces mêmes teintes d'écran donnent une impression vintage et rétro - c'est la prochaine étape. »

Crédit : Balmain FW21
Crédit : Auroboros' digital collection

Libérer la force féminine

La troisième tendance est influencée par le flou continu des genres dans la mode et la remise en question des stéréotypes homme/femme qui amène à une redéfinition de ce qui est typiquement masculin ou féminin.

Plus précisément, la tendance est influencée par l’émancipation des femmes. « Nous voyons des articles de mode très girly et féminins, mais il y a cette force cachée et ce romantisme sombre », observe Boland. La tendance rend compte d'un flou de la réalité et du mysticisme, une réinvention de la traditionnelle demoiselle en détresse en un personnage plus féroce et puissant.

Les matières sont raffinées et ornementales mais aussi un peu inhabituelles avec la dentelle dans le rôle clé. Boland fait également référence à l'ère victorienne - qui est d'une « grande importance » pour la tendance - une époque où nous assistions à l'un des premiers soulèvements de femmes.

La palette de couleurs a quelque chose de dramatique et des nuances mystiques. Elle comprend des teintes féminines comme le bleu clair et le blush, chahutés par des rouges audacieux et des roses intenses, ainsi que par le bleu sarcelle.

Crédit : Alexander McQueen pre-fall 21
Crédit : Kristina Fidelskaya FW21

À la recherche d'un sanctuaire

La quatrième tendance puise son inspiration dans notre désir de refuge en période instable, où la polarisation politique et sociale croissante et la pandémie nous font aspirer à la guérison et à l'auto-méditation.

« Dans le design, la recherche se fait autour d'un équilibre entre l'intelligence humaine, l'intelligence naturelle et l'intelligence artificielle », explique Boland. « L’avenir repose donc sur une mesure égale de ces trois types d'intelligence. »

Il en résulte des designs et des motifs apaisants, émouvants et curatifs, qui agissent presque comme du « yoga visuel ». L'ambiance de cette quatrième tendance est équilibrée, introvertie et silencieuse, avec des matières particulièrement tactiles. Les formes sont spectaculaires et surdimensionnées mais présentent des angles arrondis et doux, sans bords durs, ou bien des « dessins inspirés des couvertures », comme l’exprime Boland.

La palette de couleurs est douce et délicate, avec des pastels empruntés aux teintes du ciel le soir : oranges, roses et bleus.

Image: (from left to right) Chloe FW21, Boss FW21, Christian Wijnants FW21
Crédit : Malìparmi Odissea FW21

Cet article a initialement été publié sur FashionUnited.com. Il a été traduit et édité en français par Julia Garel.