La chaîne de mode catalane Mango, la première en Europe dans de nombreux pays où elle est implantée, poursuit son plan d'expansion internationale malgré la crise et se fixe pour objectif d'être présente dans tous les pays du monde. FashionUnited parlait avec M. Enric Casi, associé Conseiller Directeur Général de Mango.

FU : Quels sont les marchés sur lesquels Mango est entrée au cours de l’année 2009?
Mango possède plus de 1300 boutiques au total dans 95 pays. En 2009, la marque est entrée pour la première fois aux Antilles Néerlandaises, en Biélorussie, au Guatemala, en Irak, en Iran, en Martinique et en Nouvelle Calédonie.

FU : Sur quels nouveaux marchés, Mango prévoit-elle de débarquer bientôt?
Nous souhaitons entrer sur tous les marchés à partir du moment où nous trouvons des locaux intéressants. En Europe, la capacité de chaque pays est de 400 boutiques environ et il nous en reste encore beaucoup à ouvrir. En Espagne, nous avons déjà 300 points de vente. En France, par exemple, nous n’avons que 100 boutiques. Nous privilégions pour l’instant l’Europe, la Chine et le Japon car ce sont des marchés très demandeurs de mode sophistiquée à des prix abordables. Et parmi les emplacements des nouveaux points de vente, se distinguent Belgrade, Dubaï, Koweït, Johannesburg, Manille, Moscou, New Delhi, New York, Paris, Pékin, Téhéran et Tokyo.

FU : Si l’économie continue à s’essouffler ces prochaines années, l’entreprise est-elle toujours disposée à maintenir son rythme d'ouvertures annuelles?
Nous avons prévu d’ouvrir environ 200 boutiques chaque année, indépendamment de la crise.

FU : Quel est le meilleur marché en termes de ventes actuellement? Et en termes de bénéfices?
L’Espagne est le pays dans lequel nous avons le plus de boutiques, ce qui se reflète donc dans les ventes. En termes de bénéfices, c’est aussi en Espagne qu’on en génère le plus. La Turquie est un pays très intéressant pour nous quant aux ventes et bénéfices.

FU : Quel aspect de votre stratégie internationale pourrait être comparable à celle d'Inditex?
Mango est présente dans plus de pays que Zara. Zara a plus de lignes de produit que Mango, pour la femme, l'homme, les enfants et la maison. En revanche, nous travaillons la mode féminine de façon quasi exclusive et la mode masculine depuis 1 an, mais nous souhaitons entrer dans les pays dont la mentalité est d’acheter de la qualité et une image sophistiquée.

FU : Où s’effectue la production?
La Chine représente 50 % de la production, le Maroc, 20 % et le reste en Turquie et dans les pays de l’Est (Roumanie et Bulgarie). Chaque pays est spécialisé dans une phase de la production.

FU : Avez-vous été contraints de prendre des mesures importantes en raison de la crise économique mondiale comme la renégociation de contrats de location, la modification des horaires de travail, des licenciements ou la révision des salaires?
L’activité a baissé avec la crise. Mais tout continue comme avant, nous n'avons rien changé, à part la renégociation de certains contrats de location. Nous avons seulement fermé quelques boutiques en raison de facteurs comme l’âge du franchisé.

FU : Mango utilise-t-elle Facebook comme véritable outil de communication? Pensez-vous que le réseau social est plus efficace en termes de communication que votre propre site Internet?

Mango continue à diffuser des messages grâce à des formats interactifs afin de rapprocher les internautes de la mode. Dans ce cas, nous avons lancé une nouvelle application sur le célèbre réseau social Facebook, au moyen duquel les utilisateurs peuvent avoir des interactions et créer leur propre garde-robe Mango.

FU : Pour la première fois, 'He by Mango' a été exposé lors du dernier salon Who's Next de Paris. Avez-vous envisagé de participer à d'autres salons de mode l'année prochaine?
Nous avons prévu de participer en 2010 à HKTDC World Boutique Hong Kong et Franchise Expo Paris.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS