Marques engagées : oneculture met en avant la diversité

Fondée en 2017 par Anthony Alvarez, oneculture est une marque mixte de streetwear qui valorise la diversité culturelle à travers ses collections et ses collaborations. Avec l’association “Run The World”, le label vient en aide aux enfants défavorisés. Pour sa première collection inspirée de la ville de Manille, la marque a pu distribuer des lunettes à plus de 300 enfants dans le besoin.

Depuis le 1er juin, oneculture collabore avec le label Soloviere pour mettre en avant la culture de la ville de Tokyo. Durant cinq mois, leur collaboration sera mise en vente dans la boutique parisienne de oneculture au 16 Boulevard des Filles du Calvaire à Paris. FashionUnited a rencontré Anthony Alvarez, fondateur de oneculture afin de découvrir l’ADN de la marque.

Comment est née la collaboration avec l’association “Run The World” ?

“Run The World” est une association française créée par une étudiante en droit. Elle vient en aide aux enfants partout dans le monde. J’ai trouvé que le concept correspondait bien à l’image de notre marque. L’idée est de promouvoir le voyage et la culture. Cette année, grâce aux bénéfices de la première collection, nous avons organisé un voyage à Manille, pour venir en aide à 300 enfants grâce à des dons de lunettes de vue. Il s’agit d’un problème important dans le pays et cela est lié entre autres à la malnutrition qui y sévit.

Quel est l’ADN de oneculture ?

La marque s’inspire du voyage et à chaque saison, nous nous inspirons d’une ville différente. Pour la première collection, nous avons choisi la ville de Manille aux Philippines car je suis métissé philippins et français. C’est une manière de rendre hommage à une partie de ma famille. oneculture se distingue aussi par la création de notre propre alphabet graphique qui est inspiré du langage des marins, qui est un langage universel. Nous fabriquons en France à 80 pour cent et nous valorisons une mode sportswear chic.

Avec oneculture, j’ai voulu proposer un produit intéressant et une véritable histoire car de nos jours les consommateurs peuvent se lasser facilement. Plus qu’une marque de vêtements, c’est un message de diversité culturelle, de voyage sans frontières que nous voulons partager. Nous voulons aussi aider les enfants partout dans le monde.

Ayant grandi dans une famille très multiculturelle et aussi grâce à mes études, j’ai toujours été entouré de gens de différents horizons, de différentes nationalités.

Pourquoi est-ce que vous avez voulu mettre en avant la diversité culturelle?

Ma mère est française, mon père est philippin, je suis né à New York, j’y ai vécu jusqu’à l'âge de huit ans. Ensuite j’ai déménagé à Paris où j’ai fait mes études jusqu’au bac et je suis parti étudier l'entreprenariat aux États-Unis. J’ai toujours eu la volonté de créer ma marque de vêtement parce que je suis passionné par la mode depuis mon plus jeune âge mais il me fallait des connaissances liées au business. Je pense que c’est important de nos jours de savoir comment une société fonctionne. J’ai travaillé dans deux banques d’investissement à New York et à Londres. Lorsque je me suis senti prêt, j’ai décidé de revenir à Paris qui, pour moi, est une ville importante dans la mode. Ayant grandi dans une famille très multiculturelle et aussi grâce à mes études, j’ai toujours été entouré de gens de différents horizons, de différentes nationalités. Je voulais partager toute cette richesse culturelle à travers ma marque et c’est pour cela que je l’ai appelée “oneculture”, c’est un langage universel et c’est intéressant de faire voyager les gens à travers la marque.

Quelle sont vos prochaines destinations ?

Les T-Shirts de la saison prochaine seront inspirés de la ville de Fès au Maroc. Nous allons présenter notre collection printemps-été 2019 au Pitti Uomo, celle-ci sera inspirée de Dakar au Sénégal. Il y a aussi la collaboration avec la marque Soloviere qui rend hommage à la ville de Tokyo au Japon.

Que représente la vente en ligne pour oneculture ?

Nous avons un site de commerce en ligne qui délivre à l’international et nous sommes présents sur les réseaux sociaux. Pour l’instant nous avons une seule boutique dans le Marais. Le magasin est très important car c’est un moyen efficace de véhiculer un message et de créer ce sentiment d’appartenir à une communauté.

Photo : oneculture