Le nombre des acheteurs a augmenté à la 77e édition de Pitti Uomo qui a fermé ses portes à Florence vendredi. D’après les premières estimations, qui confirment l’optimisme avec lequel Gaetano Marzotto, président de Pitti Immagine, avait donné le coup d’envoi de la kermesse, ils sont maintenant 23 300, chiffre en hausse par rapport aux 22 700 du mois de janvier 2009, dont 7 000 autres venant de l'étranger. « La crise est terminée », avait dit Marzotto mardi dernier pendant la conférence de presse inaugurale. Et, les données en main, il semblerait que ce soit le cas, bien que l’année 2009 ait été très difficile. D’après les données provisoires élaborées par Sistema moda Italia pour Pitti, l'année 2009 devrait en fait se clôturer avec une baisse du chiffre d'affaires de 9,7 pour cent pour le menswear, ce qui portera le chiffre d'affaires sectoriel en dessous des 9 milliards d'euro atteints les années précédentes.

Quant aux données du salon, qui a réuni 765 sociétés pour 936 marques, dont 305 étrangères, Raffaello Napoleone, administrateur délégué de Pitti Immagine, déclare : « Le fait que les acheteurs les plus importants seraient arrivés à Fortezza, nous le savions déjà, mais maintenant, c'est aussi le réconfort des chiffres, qui fait du bien ». Quelques défections ont été enregistrées de la part des acheteurs d’Allemagne, du Japon et de Grande Bretagne. A Fortezza da Basso, on a toutefois vu beaucoup d’américains, de russes, de français, chinois, espagnols, turcs, danois, coréens et norvégiens.

Diverses nouveautés sont à suivre. Parmi celles-ci, un pavillon central revisité par la créatrice espagnole mais milanaise d'adoption, Patricia Urquiola. « Cela faisait longtemps que nous pensions à Patricia Urquiola : son travail sur l'architecture éphémère et de refuge, ainsi que ses matériaux recyclables, sa sensibilité pour la couleur et pour les tressages qui la rapproche beaucoup des thèmes du monde de la mode nous plaisaient », a dit Agostino Poletto, vice-directeur de Pitti Immagine à FashionUnited. L’intervention d'Urquiola a éliminé la froideur de l’effet couloir et a introduit une atmosphère plus naturelle.

L’aménagement de la gare Leopolda, qui a accueilli le défilé de Corneliani a eu aussi un impact. Les modèles, avec des pièces aux épaules importantes, grands revers et tissus dotés des nouvelles technologies, ont défilé dans une forêt formée de 280 troncs d’arbres, sous les regards curieux de mille invités. La performance du designer turc Umit Benan, fut toute aussi intéressante : il a présenté la collection Hiver 2010-11 en mettant en scène un banquet dans une petite salle du restaurant de la gare Santa Maria Novella.

Quand à la tendance homme, la kermesse a ôté tous les doutes : l'hiver prochain verra le triomphe des duvets et trench et les vêtements auront des lignes beaucoup plus fuselées.

Mais parmi les performances artistiques, les tendances, les innovations et la technologie, qu'est-ce qui a frappé les acheteurs présents ? « J’ai vu une proposition de produits sélectionnée avec rigueur de la part des sociétés, qui ont apporté des collections avec une focalisation très attentive sur leur identité, un niveau qualitatif très élevé et un meilleur rapport qualité-prix », a affirmé Tiziana Cardini, fashion director de la Rinascente. Pour Giorgia Pizzi, Italy account manager de Harvey Nichols Hong Kong : « le nouveau design du pavillon central a donné un souffle plus large à la présentation du produit : il est plus agréable de se promener entre les stands et cela permet de voir immédiatement les styles des collections ». Il est donc à parier que l’édition de juin apportera d’autres nouveautés dans ce sens. « Le projet que nous avions initié se poursuivra également dans les prochaines éditions et finira par intéresser le pavillon central dans son ensemble. Ainsi comme pour les magasins, on parle de concept store, nous avons inauguré un concept fair, une réflexion opérationnelle sur les nouvelles modalités pour représenter la mode et faire des salons de mode », a révélé Poletto.

Photo 1 : le pavillon central de Pitti Uomo
Photo 2 : une image du défilé de Corneliani à la gare Leopolda

 


 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS