François-Henri Pinault, président du groupe de distribution et de luxe PPR (La Redoute, Printemps, Conforama, Fnac) et l'un des plus grands patrons français, a été bloqué dans un taxi mardi soir par une cinquantaine de salariés opposés au plan de réduction d'effectifs à Paris avant d'être dégagé par les forces de l'ordre.

Le président de PPR a été bloqué pendant une heure à sa sortie d'un comité d'entreprise européen dans le XVe arrondissement jusqu'à l'intervention de la Police. Pendant que M. Pinault était bloqué, les salariés scandaient "Pinault sale escroc, la crise elle a bon dos", alors que le PDG passait des appels téléphoniques dans le véhicule.

Au mois de février, le groupe de luxe et de distribution avait annoncé un plan d'économies prévoyant la suppression de 1 800 postes dans ses filiales La Redoute, Conforama et la Fnac.

A son arrivée au comité d'entreprise (CE) européen en milieu d'après-midi, M. Pinault avait été accueilli par des sifflets et des insultes de salariés. Le CE européen, composé de représentants des salariés du groupe PPR, a voté une motion "contre les restructurations et les suppressions d'emplois", "demandant de réinvestir dans le groupe les dividendes versés aux actionnaires", a indiqué la CGT.

Alors que la grogne sociale monte en France, les opérations de salariés en colère contre des patrons deviennent une arme à la mode. En mars, Sony-France, Caterpillar et 3M ont connu des cas de séquestration de dirigeants d'entreprises.

Ni bonus, ni stock-option pour Pinault
Pour ne pas enflammer davantage la polémique sur les bonus des patrons en temps de crise et tenter de renforcer la solidarité à l’intérieur du groupe, M. Pinault a décidé de ne pas percevoir ni actions gratuites ni stock-option en raison du contexte économique difficile. Les rémunérations 2008 doivent être rendues publiques fin avril.

Photo: François Pinault

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS