L'homme de l'été 2009 est coloré, écologiquement correct, il aime voyager et il est très attentif aux coupes et aux tissus. Les stylistes qui ont présenté les nouvelles collections lors des quatre journées de la 74ème édition du Salon Pitti Uomo, à la Forteresse da Basso de  Florence, ont les idées très claires en matière de tendance. Ce rendez-vous a rassemblé 734 entreprises avec 911 marques, parmi lesquelles 302 étaient étrangères, soit 33 % sur l'ensemble.

Mais, Raffaello Napoleone, directeur général de Pitti Immagine depuis 1995, a les idées encore plus claires lorsqu'il s'agit de connaître les bons ingrédients pour faire fonctionner cette foire florentine, même et surtout quand la situation macro-économique s'avère plutôt compliquée, comme c'était le cas cette année.

Faire connaître des stylistes de renommée internationale comme Walter van Beirendonck et Hugo Boss, valoriser l'écologie, le développement durable, l'art et faire en sorte que Pitti existe, même au-delà des murs de la Forteresse da Basso, par une série d'inaugurations, de défilés et d'événements accessoires, voilà les éléments majeurs de l'édition qui vient de s'achever. "La prise en compte de l'environnement et du développement durable n'est pas nouveau pour nous, depuis déjà plusieurs années, nous faisons preuve d'une très forte sensibilité vis-à-vis de l'environnement. C'est la prise de conscience d'une problématique réelle, qui nous concerne et qui concernera encore davantage les générations à venir", rappelle Raffaello Napoleone à FashionUnited.

Une prise en compte qui a été intégrée dans le slogan de Pitti Immagine "Free Cycle - Free Mobility"(1) , dont la protagoniste a été la bicyclette, objet de culte, de plus en plus recherché par des millions de personnes du monde entier.

Quant à la créativité déroutante de Walter Van Beirondonck, le styliste flamand qui a fait défiler dans le jardin du Musée Stibbert ses créations ironiques et sacrilèges, de même que les vêtements en Pvc et soie et des modèles de burqa ayant même soulevé des polémiques, Napoleone souligne "le défilé était cohérent avec le style du personnage, nous nous y attendions. Notre devoir et notre mission en tant qu'organisateurs de Pitti est de promouvoir les stylistes en qui nous croyons, en les invitant à présenter leurs collections", ajoute Napoleone. C'est la même philosophie pour l'invitation adressée à Hugo Boss, qui est revenu au Salon Pitti après deux années d'absence. La marque allemande a étonné les 800 invités, grâce à un défilé qui s'est déroulé dans la Villa Michelangelesque de I. Colazzi.

En circulant parmi les stands de la Forteresse, les professionnels et les visiteurs, beaucoup de russes par ailleurs, s'attardaient sur les stands des marques made in Italy et sur les griffes étrangères.

Parmi ces dernières, Bikkembergs, Mismo, Melinda Gloss, Marc O'Polo, Puma, Glenn, Castañer, AC Jeans, Fidelity, Closed. Pour le made in Italy, on pouvait voir les marques Alberto Fasciani, Bruno Magli, Campanile, Gattinoni, Tincati, Kickers, Serapian Milano, Twin DdM, pour n'en citer que quelques-unes. Presque toutes les marques ont affiché avec fierté des productions et des fabrications entièrement italiennes.

"Il est important que les entreprises du made in Italy puissent certifier la filière de la fabrication", explique le directeur de Pitti Immagine, Raffaello Napoleone, "pour prouver que de celui qui exécute la coupe à celui qui coud et étiquette tel ou tel produit, tous exercent leur travail de façon quotidienne conformément à la loi, et dans le respect du droit du travail".

"Free Cycle - Free Mobility"(1) : Liberté à bicyclette - Liberté de Mobilité.

Image: Pitti Immagine

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS