• Home
  • Actualite
  • Mode
  • Premier défilé de mode des bachelors de l’IFM : entre gotha et recycling

Premier défilé de mode des bachelors de l’IFM : entre gotha et recycling

By Florence Julienne

22 juin 2022

Mode

Création d'Allan Zermatten, bachelor of Arts in Fashion Design de l’Institut Français de la Mode

Il y a, on ne peut que le constater, un décalage flagrant entre un premier rang ultra-select venu assister au premier défilé des trente-deux bachelors of Arts in Fashion Design de l’Institut Français de la Mode, à la Cité de la Mode et du Design, et les propositions mode vues sur le podium.

Les personnalités les plus en vue de l’écosystème mode étaient assises aux premiers rangs : Pascal Morand, ancien directeur de l'l’Institut Français de la Mode (IFM) et président exécutif de la Fédération de la Haute Couture et de la Mode, Sidney Toledano, nouveau président du conseil d’administration de l’IFM et président-directeur général de LVMH Fashion Group, Bruno Pavlovsky, président de la maison Chanel et candidat proposé pour la prochaine présidence de la Fédération de la Haute Couture et de la Mode, Xavier Romatet, directeur général de l’IFM et ex-dirigeant de Condé Nast France, Sylvie Ebel, directrice de l’IFM… Même la première dame de France, Madame Brigitte Macron, était présente. C’est dire le niveau d’importance de ce défilé et le challenge pour les élèves.

Une ambiance de fin du monde

Le podium avait un visage bien moins institutionnel tant les 32 bachelors se sont jetés à corps perdu, à travers six looks chacun, dans des propositions de déconstruction des modèles prédominants. Des looks parfois apocalyptiques, où le savoir-faire technique (magnifique travail de maille) rencontrait le recycling, l’upcycling, le refus du genre féminin/masculin et l’inclusivité de physiques « hors normes » pour la mode. Une ambiance de fin du monde, parfois gothique, d’autres fois plus colorées, voire carnavalesques (dans le sens joyeux du terme).

Alma Wuttke Rodriguez, Antoine-Pilli. Crédit : Guillaume Roujas.

À cette proposition fertile d’idées neuves, il convient d’ajouter un choix quasi général pour des chaussures qui confèrent une démarche lourde, signifiant (ou pas) la difficulté d’avancer. Comme si ces nouveaux entrants dans le monde de la mode, pourtant promus à de belles destinées, redoutaient ce que à quoi les marques sont aujourd’hui soumises : l’urgence climatique, le manque de ressources, la responsabilité sociétale…

Et même si certains bachelors sauront assagir leur propos pour se fondre dans un prêt-à-porter encore porté par des questions de volumes et de marges, leur anticipation du futur, par le biais de la mode, permet de bousculer les codes et d’ouvrir le champ d’une nouvelle esthétique sociale et environnementale. Être éduqués à cette prise de conscience, c’est bien l’enjeu actuel d’une école de mode, non ? ! En cela, le premier défilé de l’Institut Français de la Mode est une réussite.

À propos de la formation Bachelor of Arts in Fashion : elle a, depuis février 2022, obtenu le visa du ministère de l'enseignement supérieur et l’autorisation à conférer le grade de licence.

Eliott Farny, Jude Macasinag. Crédit : Guillaume Roujas
Marvin El Hijri, Hanwool Cha. Crédit : Guillaume Roujas
Vous ne voulez manquer aucune actualité liée à l'industrie de la mode ? Cliquez ici pour vous abonner à la newsletter de FashionUnited.
IFM