Quand Marine Serre joue avec nos émotions

Le 15 mai 2020, en pleine pandémie, la designeuse française Marine Serre publiait une vidéo tutorielle pour fabriquer un masque. Au-delà du symbole de la crise sanitaire actuelle qu'il représente, le petit accessoire de protection est emblématique du style post-apocalyptique de la créatrice. Ce tuto opportun gagne ainsi en crédit et reflète l’ADN d’une maison axée sur l’upcycling, où le processus de production est aussi fascinant que le vêtement lui-même.

C’est aussi à travers la vidéo que la griffe partage les étapes de production de ses fameuses pièces up-cyclées. Depuis la collection printemps-été 2019, la marque prend soin d'enregistrer les différentes phases de la chaîne de fabrication des articles dits « Regenerated » - l’appellation s’applique aux vêtements et accessoires upcyclés à partir d’anciens stocks de produits textiles.

Les publications sur le compte Youtube du label parisien présentent les qualités de l’ASMR, cet engouement fetichiste pour des vidéos dont la qualité exacerbée du son vise à relaxer l’auditoire. Chez Marine Serre, le bruit des mains qui fouillent dans les sacs en plastique, de la vapeur qui s'échappe du fer à repasser et le son des grosses machines bien rythmées se mélangent au plaisir d'entrevoir l'envers d'une grande maison de mode.

Pour en savoir plus, FashionUnited a posé ses questions à l'auteure de ces vidéos, Giulia Roman, Upcycling Product Developer chez Marine Serre.

Vous êtes développeur de produits upcycling pour Marine Serre. Pourriez-vous me présenter votre travail ?

Je travaille pour Marine Serre depuis l'Italie où je suis le développement et la production de la collection « Regenerated » et réalise les vidéos et la photographie pour la campagne.

La façon dont j'ai commencé à travailler pour elle est assez inhabituelle. J'allais à l'usine où nous produisons maintenant la plupart des pièces recyclées simplement pour observer et en apprendre davantage sur le processus. J'ai une formation en design et c'était tellement inspirant pour moi de découvrir toutes les techniques et possibilités. C'était un excellent moyen d'élargir mes horizons.

Un jour, le directeur de l’usine a reçu le premier prototype d’un haut assez fou et très spécial de Marine Serre, fait en t-shirts recyclés. Il m'a demandé de l'aider à comprendre comment le faire. C'était un vrai puzzle. J'ai trouvé ça incroyable ! Ensuite, tout s'est fait naturellement. J'ai rencontré Marine au show et depuis, nous travaillons ensemble.

Que vouliez-vous montrer à travers les vidéos « Regenerated » ?

Rien de plus que ce qui s'y passe réellement.

Il y a un plaisir hypnotique à les regarder, ce sentiment me fait penser à la vidéo ASMR. Etait-ce le but ?

Je n'avais pas d'objectif précis quand j'ai fait la première. C'était plus pour le plaisir et pour montrer à l'équipe, ce qui se passait dans les coulisses et comment nous structurions et révolutionnions le processus de coupe et d'assemblage à l'usine tout en faisant de tous ces t-shirts des robes couture. Donc, bien sûr, il n'était pas nécessaire d'embellir les images.

Lorsque nous avons décidé de créer la campagne, nous voulions la garder exactement telle qu'elle était. Le bruit de la machine, des ciseaux pointus, des voix italiennes en arrière-plan étaient une partie essentielle de l'ensemble du projet.

Quels retours recevez-vous des personnes qui ont regardé les vidéos ?

Tout le monde les aime ! Je ne m'attendais pas à un tel succès. Je pense que ce que les gens apprécient le plus, c'est que tout est réel. Je trouve que c'est une façon assez pure de regarder la mode.

Envisagez-vous de faire de nouvelles vidéos comme celle-ci pour Marine Serre?

Oui bien sûr !

Pourriez-vous m'en dire plus sur votre collaboration avec la créatrice Marine Serre ?

L'équipe de Marine Serre s'est beaucoup agrandie. Nous avons une équipe de conception, de développement et de production structurée et je travaille en étroite collaboration avec eux.

Concernant les vêtements, combien de temps faut-il pour confectionner un vêtement de la ligne « Regenerated » ?

Cela dépend. Les premiers échantillons prennent toujours plus de temps. Cela peut prendre de trois à 15 heures, ça dépend aussi des problèmes rencontrés. Mais quand il s'agit de l'étape de production, lorsque toutes les étapes sont claires, ça coule tout seul.

Comment procédez-vous pour trouver le stock de matière première ? Est-ce un long processus?

Oui, cela implique beaucoup de recherches et il y a une importante équipe qui s’en occupe. [Giulia Roman n’est pas chargée de l'approvisionnement en matières première]

Combien de personnes travaillent sur la réalisation d’un article ?

C’est un gros travail d’équipe. Une personne pour la découpe, une pour la préparation, une pour la couture, une pour toutes les finitions des points à la main, puis contrôle qualité, repassage, emballage…Un vêtement est le résultat du travail de tant de mains attentionnées.

Les gif ont été créés par Belén Bednarski à partir des vidéos publiées sur le compte Youtube de Marine Serre.

Crédit : Collection Marine Serre, présentée au Festival de Mode et de photographie de Hyères en 2017 - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS