• Home
  • Actualite
  • Mode
  • Tranoï a signé son premier événement dédié à la création émergente avec la PFW

Tranoï a signé son premier événement dédié à la création émergente avec la PFW

By Odile Mopin

30 juin 2021

Mode

Tranoï

Retour au réel : Tranoï, a présenté du 25 au 27 juin en partenariat avec la Fédération de la Haute Couture et de la Mode son premier showroom Men & Women pre-collections » au Palais de Tokyo, consacré à la création émergente. Une association inédite, qui fait de Tranoï le partenaire de la Fashion Week.

Ce nouveau format, 24 créateurs pour cette première, a été sélectionné par les équipes de Tranoï et de la FCHM. Il se déroulera quatre fois par an. Il s’agissait aussi du premier événement « physique » du showroom créatif piloté par Boris Provost. Avant (et pendant) le retour du format « classique » dédié au féminin du 30 septembre au 3 octobre entre le Palais de la Bourse (les marques plus institutionnelles) et le Palais de Tokyo (les émergentes).

Tranoï

Trois axes ont dirigé cette collaboration : promouvoir et fédérer, bien sûr, et aussi digitaliser. Le show se poursuit sur Tranoï Link et ses quelques 220 exposants, tandis que les jeunes labels qui exposaient ce mois de juin ont bénéficié de la solution live streaming studio, qui permet aux acheteurs internationaux qui ne peuvent se déplacer de découvrir les nouvelles collections des designers.

En parallèle, Instagram a diffusé les trois jours de l’événement, reportages sur les designers et les partenaires divers à la clé.

La sélection a été riche en découvertes et jolies rencontres. Le long d’un parcours ponctué par les céramiques de Vincent Schoepfer, on retiendra la collection d’Eric, fondateur de son label basé à Beyrouth, Emergency Room. Une marque durable et « slow », qui s’essaie pour la première fois à l’export pour tenter de compenser la très forte crise de son marché d’origine. Beaucoup de produits de seconde main vintage, chinés dans les souks de Tripoli, reconstruits, réimaginés : Chemises rayées et linge de maison traditionnel libanais brodé sont patchés et transcendés en blouses, chemises et robes. Pantalons en gabardine sont utilisés pour faire des vestes et des bas patchés. Foulards imprimés deviennent des chemises pièces uniques…

Tranoï

Tout autre coup de cœur, les sneakers de Phileo, subtile hybridation de lignes pures avec un zeste de « Brutalisme » sans agressivité, juste un retour au primitif assumé. Ultra sophistiqué in fine, d’autant que les matériaux utilisés sont à 50 pour cent recyclés, que la production est totalement européenne… et que le tout est le fruit d’un travail collaboratif entre divers graphistes et designers.

8IGB est un autre nom à retenir. Un label genderless issu de l’univers du skate, qui mixe avec bonheur « couture », avec le travail des lanières sur les hoodies, « glitter » et streetwear, mâtinés, pour cette collection d’une touche d’enfance : en témoigne les impressions « Jurassic Park », les bermudas matelassés façon maniques de grand-mères.

Tranoï

Et puis, parmi encore bien d’autres, le jeune label parisien Mouty, d’esprit tailleur, aux fits impeccables, pour des silhouettes coupées dans des tissus européens et japonais.

La mode repart et c’est de bon augure.

Vous ne voulez manquer aucune actualité liée à l'industrie de la mode ? N'attendez plus et faites comme de nombreux autres professionnels du secteur : Inscrivez-vous à la newsletter de FashionUnited !