(publicité)

Le groupe de luxe Kering a annoncé la nomination de Claus-Dietrich Lahrs, ancien PDG du groupe allemand de prêt-à-porter haut de gamme Hugo Boss, à la tête de sa marque de maroquinerie Bottega Veneta, à compter du 4 octobre.

De nationalité allemande, M. Lahrs va succéder à Carlo Alberto Beretta, nommé chef client et marketing du groupe Kering. M. Lahrs avait quitté ses fonctions chez Hugo Boss en février de cette année, après une année 2015 en demi-teinte pour le groupe allemand.

Avant son entrée chez Hugo Boss en 2008, il avait exercé diverses responsabilités chez Cartier, Louis Vuitton et Christian Dior Couture. "Son expérience unique et sa connaissance fine du secteur du luxe seront clés" pour superviser les activités de Bottega Veneta, a estimé le PDG de Kering, François-Henri Pinault, cité dans un communiqué. (AFP)

Promod réorganise son équipe de direction avec l’arrivée de nouveaux directeurs : Nadine Caux venue de C&A et d’Etam au poste de directrice générale et Frédéric Sebban au poste de directeur général adjoint.

Ensemble ils auront la mission de mettre en marche le plan Promod Cap 2016 qui prétend changer positivement les résultats du groupe. Avant de s’incorporer à Promod, Caux travaillait chez Etam et C&A en tant que responsable du marché français et de l’expansion internationale.

En avril dernier, Promod annonçait un plan de restructuration global qui impliquait le licenciement de 133 employés et la fermeture de 180 magasins hors de France, vu la baisse des ventes.

Showroomprivé nomme un nouveau directeur des opérations

Showroomprivé renforce son équipe de direction. Le groupe français vient de nommer Anil Benard-Dende au poste de nouveau directeur général des opérations. Il s’incorporera à l’entreprise dans le but de renforcer la logistique, le service client et la production de Showroomprivé.

Auparavant, Benard-Dende occupait d’autres postes de responsabilité au sein de Cdiscount, Easydis ou Conforama, où il se chargeait de la logistique et de la chaîne d’approvisionnement du marché suisse.

La plateforme de e-commerce continue à être contrôlée à 42 pour cent par ses fondateurs, David Dayan et Thierry Petit.

Showroomprivé a conclu 2015 sur un chiffre d’affaires de 442,8 millions d’euros, soit 26,6 pour cent de plus qu’en 2014. Par contre, le bénéfice net du groupe a chuté de 12,4 pour cent pour un total de 5,1 millions d’euros. La stratégie globale du groupe est centrée sur la diversification, avec le lancement de sa propre marque l’an dernier et l’acquisition de concurrent en Italie et en Belgique.

Photo: Showroomprivé

Pascale Lepoivre prend la tête de Loewe

Pascale Lepoivre vient d’être nommée à la tête de l’enseigne de luxe espagnole Loewe, propriété de LVMH.

La nouvelle CEP succède à Lisa Montague, qui occupait la direction de la marque depuis 2009. Celle-ci l’avait orienté vers la créativité avec l’arrivée de Jonathan Anderson en septembre 2013. Le créateur britannique, qui œuvrait également pour son label éponyme, J.W Anderson), permettait à Loewe de repartir sur un chemin de croissance.

Pascale Lepoivre travaillait chez Céline –autre propriété du groupe LVMH- depuis 2007, au poste de directrice générale adjointe de Marco Gobetti. En juillet dernier Gobetti quittait Céline pour rejoindre Burberry.

Photo : Loewe, Pascale Lepoivre

Levi Strauss change son équipe de direction après avoir conclu son étape de restructuration. La marque américaine a promu David Lope, au poste de Président de la région Asie, Moyen-Orient et Afrique. Il entrait chez Levi Strauss en 1982 et durant sa carrière il a occupé différents postes de responsabilité.

David Love débutait dans l’entreprise en tant que responsable de production au Royaume-Uni et était à présent vice-président de la chaîne d’approvisionnement. Liz O’Neill, qui se chargeait du développement produit et des achats a pris sa place et sera responsable de toute la stratégie environnementale, de la sécurité et de la santé du groupe. Les deux directeurs rapporteront directement à Chip Berg, le Pdg du groupe.

En 2015, Levi Strauss a doublé son bénéfice net après deux ans de pénalité causée par les coûts de réajustement et de réorganisation de la structure. Le groupe a obtenu un résultat net de 209 millions de dollars en 2015, face aux 106 millions de dollars enregistrés un an auparavant. Par contre le chiffre d’affaires de la marque a chuté de 5,5 pour cent pour un total de 4.494 millions de dollars.

Alber Elbaz recevra la Légion d'honneur à Paris en Octobre

Alber Elbaz, l’ancien directeur artistique de Lanvin, recevra le titre d'Officier de la Légion d'honneur par le gouvernement français. Elle représente la plus haute distinction civile de la France. Le créateur a été nommé Chevalier de la Légion d'honneur en 2006. Il a posté sur Instagram sa gratitude vendredi.

Le titre honorifique lui sera remis le 3 octobre prochain lors d'une cérémonie organisée au Ministère de la Culture. Une récompense et une reconnaissance qui tombera en pleine Fashion week de Paris, du 27 septembre au 5 octobre prochains.

Agé de 55 ans, le créateur s'est distingué dans le milieu de la mode en passant quatorze années au poste de directeur artistique de la maison Lanvin. Alber Elbaz avait été évincé du poste en octobre dernier, à la suite d’un désaccord avec la nouvelle propriétaire de Lanvin, Shaw-Lan Wang. Il a été de plus congédié du conseil d’administration.

« Les gens pensent que la mode est une longue fête qui ne finit jamais, a-t-il avoué mardi, selon FashionUnited. C’est une fête mais elle se termine. Dans la vie, il y a des hauts et des bas. Je suis venu ici sans voiture privée, sans secrétaire et sans responsable des relations publiques pour me dire ce qu'il faut dire. Il y a quelque chose de fabuleux dans la liberté », avait-il déclaré lors d’une conférence à l’école Parsons The New School of Design à New York, en mai dernier.

Kenzo Takada, Paul Smith et Issey Miyake ont reçu également une récompense du gouvernement français en 2016.

Photos : Instagram Alber Elbaz

Paul Andrew chez Salvatore Ferragamo

Salvatore Ferragamo a officiellement nommé Paul Andrew comme directeur de création des chaussures pour femmes.

« C’est un grand honneur d'être invité à diriger la vision créative pour l'avenir de Salvatore Ferragamo, la division des chaussures pour femmes, où la légende a commencé. Je me réjouis d'apporter une nouvelle perspective à la société, en conformité avec les exigences du marché d'aujourd'hui, me liant à la puissance de son patrimoine et de la force industrielle, avec une forte création et les dernières innovations en matière de tissus et sa savoir-faire », a déclaré Paul Andrew dans un communiqué.

Ce nouveau poste prend effet immédiatement. La première collection de Paul Andrew pour Salvatore Ferragamo sera pour la pré-saison automne 2017. Le créateur, qui a reçu le prix CFDA Swarovski pour les accessoires en juin, va continuer à travailler sur sa marque éponyme. Paul Andrew est également consultant indépendant pour d'autres marques, comme Diane von Furstenberg ou Vera Wang.

Le dernier directeur artistique de Salvatore Ferragamo, Massimiliano Giornetti, a quitté la marque italienne en mars.

« Nous allons saisir cette occasion pour revoir notre approche créative. Au fil du temps, l'entreprise a nourri et parrainé de nombreux jeunes designers et a la chance de pouvoir compter sur une excellente équipe en interne», a déclaré le PDG du groupe, Michele Norsa dans un communiqué.

Photo: Paul Andrew Instagram

Ortega réclame le titre de l'homme le plus riche au monde

Qui dit que la mode n’est pas un business qui rapporte gros ne connaît pas Amancio Ortega ; l’homme le plus riche au monde. Le fondateur de la chaîne de mode Zara et propriétaire de la majorité des actions du groupe Inditex a dépassé Bill Gates de Microsoft, jusqu’alors l’homme le plus riche au monde d’après le classement du magazine Forbes.

Fait historique dans l’histoire de la mode, la fortune d’Ortega s’élève aujourd’hui à 79,2 milliards de dollars et laisse Bill Gates derrière lui avec une fortune de 78,5 milliards de dollars, puis le mexicain Carlos Slim qui a perdu cette année de sa valeur et occupe la quatrième place du classement. L’an dernier, l’entrepreneur espagnol avait réussi à obtenir la première place le temps d’une journée seulement mais à présent il semble prêt à y rester au moins quelques temps.

Amancio Ortega, l’homme le plus riche au monde

Pour un homme qui a commencé en 1975 en vendant des peignoirs, son ascension a eu le vent dans le dos. 67,8 milliards de dollars de la fortune de l’espagnol proviennent de son incroyable conglomérat de fast-fashion, tandis que les 11,4 milliards de dollars restants viennent de différents investissements ; et bien qu’Ortega soit officiellement retraité, il continue à faire partie de l’organisation de ses entreprises.

Voir notre tableau comparatif sur l’augmentation des fortunes entre Ortega et Gates ci-dessous

Ortega réclame le titre de l'homme le plus riche au monde

La croissance d’Inditex est en haut de la pyramide de la mode et elle est due au développement de la chaîne phare du groupe, Zara, ainsi qu’aux huit autres marques lancées entre 2008 et 2012, devenues incontournables pour tous, pour leurs designs et leurs prix économiques dans une période de crise toujours austère.

La demande croissante pour les labels d’Inditex, en particulier pour Zara, a contribué à atteindre les 111 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2015, faisant d’Amancio Ortega l’homme le plus riche de l’industrie de la mode et probablement de l’histoire de l’industrie en général.

Lisez aussi: Le Top 10 des personnes les plus riches de l’industrie de la mode globale

Photo: Amancio Ortega

Anthony Vaccarello met en pause sa collection eponyme

Anthony Vaccarello s’est temporairement éloigné de sa marque éponyme afin de focaliser toute son attention sur son nouveau rôle en tant que directeur créatif de Saint Laurent. Le créateur a annoncé, mardi, qu'il allait mettre sa marque pour femmes de côté pour le moment, et se concentrer sur son rôle de directeur de création.

Le designer belge ne présentera donc pas sa marque éponyme à la Fashion Week de Paris cette saison, mais restera sur podium avec son premier défilé pour Saint Laurent en octobre. « Cette aventure a été incroyable, mais je sens maintenant la nécessité de me concentrer pleinement sur ce nouveau projet », a déclaré Anthony Vaccarello dans un communiqué. Sa dernière collection pour Anthony Vaccarello restera automne 2016, et elle est actuellement disponible dans les boutiques sélectionnés.

Anthony Vaccarello met sa marque de côté pour se concentrer sur Saint Laurent

La propre marque d’Anthony Vaccarello était surtout connue pour ses créations ouvertement sexuelles, qui comprenaient des mini-jupes lacées, des vestes en cuir verni. Sa nouvelle silhouette pour Saint Laurent, qui a été d'abord révélée en ligne, a été accueillié par des critiques mitigées. Il a été nommé directeur de la création de la marque Kering en avril, après être resté trois ans chez Versus Versace.

La photo d’Anthony Vaccarello posté sur le compte Instagram de Saint Laurent a fait dévoiler la nouvelle ère de la maison de couture française dirigée par le designer belge. La marque de luxe a publié six nouvelles images et des courts métrages qui ont présenté une esthétique très simple et propre, jumelé avec un nouveau logo. Afin de maintenir un certain mystère au sujet de la nouvelle direction, la majorité des images se concentre sur les nouveaux visages choisis pour la campagne, plutôt que les silhouettes eux-mêmes, montrant les modèles de face ou torses-nus.

A photo posted by SAINT LAURENT (@ysl) on

Il a rapidement gravi les échelons passant de consultant à directeur de la création, Donatella Versace ayant salué sa vision pour la marque, dont son choix pour le modèle see-now-buy-now. Après le défilé en septembre dernier, la collection Versus Versace était immédiatement disponible à la vente, un choix judicieux qui a sans doute contribué à une hausse de 17,5 pour cent des revenus de la société pour 2015.

La première collection de Anthony Vaccarello pour saint Laurent sera dévoilée en octobre, pendant la Fashion week de Paris. Anthony Vaccarello sera l'un des trois directeurs artistiques nouvellement nommés qui feront leur début avec une des maisons de mode parisienne cette saison, rejoignant Bouchra Jarrar pour Lanvin et Maria Grazia Chiuri pour Dior.

Photo: Anthony Vaccarello, Facebook

Les Wertheimer: les "mystérieux" propriétaires de Chanel

Loin de la « folie des grandeurs », les frères Wertheimer, propriétaires de Chanel, sont presque diamétralement opposés au monde des défilés tape à l’œil signés Karl Lagerfeld. Lorsqu’ils assistent au show, probablement le plus sélecte de la planète, ils ne s’assoient pas au front-row mais plutôt loin derrière, à la quatrième ou cinquième rangée, pour passer incognito…

Alain et Gérard Wertheimer arrivent en toute discrétion, sans se faire entendre et quittent le Grand Palais presque à la sauvette, en laissant la place au Kaiser sous les applaudissements et les flashs des paparazzis.

Ces dernières quarante années, les Wertheimer ont accepté très peu d’interviews. Ils ne laissent pas non plus entrevoir leurs demeures où des œuvres de Picasso, Matisse ou Rousseau prônent dans les pièces. Karl Lagerfeld s’amuse à dire « Entre nous, c’est une relation qui ressemble à celle de Faust et le diable » !

Depuis la vente de la marque de cosmétiques Bourjois à Coty l’an dernier, le groupe s’est recentré sur Chanel, Eres et Bell & Ross. C’est Alain qui, à 67 ans, dirige ces trois activités depuis son bureau de New York, un bel édifice avec vue sur Central Park.

Les Wertheimer: les "mystérieux" propriétaires de Chanel

Son frère cadet d’un an, Gérard, réside à Genève et dirige la division des montres et des bijoux du groupe. Ensemble, ils se répartissent le capital de Chanel, géré en société familiale représentant un des plus grosses fortunes au monde. L’entreprise ne cotise pas en bourse et ne rend pas publique ses données financières. D’après les estimations du magazine Challenges, la fortune de Chanel se situe aux alentours de 16.500 millions d’euros, considérée comme la sixième fortune de France. L’agence Bloomberg, elle, a calculé la valeur de l’entreprise à près de 14.000 millions d’euros.

Le parfum Chanel nº5, déclencheur de prospérité

L’empire a été créé dans les années 1920 par Pierre Wertheimer, leur grand-père et fils du propriétaire d’un ranch alsacien d’origine juive, parti à Paris à la recherche d’un futur meilleur. En plus de l’héritage de la marque Bourjois, Pierre a eu la chance de s’allier au bon moment avec Coco Chanel et le propriétaire des Galeries Lafayette, Théophile Bador, afin de produire et de commercialiser le parfum portant le chiffre porte-bonheur de la couturière, le numéro 5. En 1924, la société Parfums Chanel voyait le jour. Wertheimer disposait alors de 70 pour cent des parts, Bador 20 pour cent et Coco 10 pour cent. Dépassée par les évènements et le succès de la fragrance et émotionnellement fragilisée par sa rupture avec un noble russe, Coco Chanel acceptait un compromis qu’elle ne tardera pas à se repentir.

A photo posted by CHANEL (@chanelofficial) on

“Un vrai billet de loterie gagnant”, reconnaît un membre de la famille Wertheimer, Coco n’a pas réussi à renégocier le contrat. D’après des témoins de l’époque, la couturière « s’est sentie trahie et a commencé à entrer dans une phase antisémite… ». Elle aurait profité de l’occupation nazie lorsqu’elle et Pierre –comme d’autres juifs qui ont fui les Etats-Unis- se trouvaient en bandes contraires, pour tenter de récupérer ses actions. Proche du régime de Vichy –ayant maintenu une idylle avec un agent du Reich, Hans Günter von Dincklage, alias Spatz, la couturière est arrivé à dénoncer son ancien associé. Mais celui-ci est parvenu à éviter l’expropriation grâce à l’aide d’un ami de l’industrie aéronautique qui fabriquait des avions pour les nazis. Puis, ironie du sort, après la Seconde Guerre Mondiale et après 30 ans de litiges, c’est Pierre qui a récupéré Chanel, sur le point de tomber dans l’oubli et dans la ruine. En 1954, il prenait les rennes de la Maison et finançait, en échange, le train de vie de Mademoiselle Coco comprenant une suite au Ritz, une Cadillac avec chauffeur ou encore un cuisinier attitré, histoire de rendre la vie plus belle à Coco et faire reluire l’image de son entreprise.

#ChanelHauteCouture #ChanelAteliers #PFW

A photo posted by CHANEL (@chanelofficial) on

Après le décès de Pierre en 1965, Jacques son fils unique prenait la relève. On évoquait « un homme hypocondriaque qui ne se souciait guère de l’entreprise et préférait se dédier à collectionner les œuvres d’art ». Dix ans plus tard, son fils Alain âgé de 26 ans prenait la tête de ce qui allait devenir l’empire Chanel. Lui et son frère Gérard ont hérité de la passion pour le gain de leur grand-père. Ensemble, ils choisirent de s’associer avec Karl Lagerfeld pour lui confier le design des collections. Hormis Chanel, les frères Wertheimer sont propriétaires des vignobles Rauzan-Ségla et Château Canon dans la prestigieuse dénomination d’origine de Saint-Emilion, et possèdent de nombreux chevaux pur-sang aux Etats-Unis et en Europe. Une passion pour laquelle on comprendra pourquoi ils préfèrent fréquenter les hippodromes plutôt que les capitales de la mode.

Photo: Gérard et Alain Wertheimer, screenshot Youtube, Chanel Facebook