(publicité)
(publicité)
La Rinascente changera de directeur en juin prochain

Changement au sein des grands magasins italiens La Rinascente. Alberto Baldan, directeur du groupe depuis une dizaine d’années a quitté la société. Il s’était incorporé en 2007 et devenait directeur général en 2012 lorsque le groupe a été racheté par Central Group of Thailand.

Baldan continuera à occuper son poste jusqu’à la fin juin et supervisera la célébration du premier centenaire de La Rinascente. Pierluigi Cocchini, jusqu’à présent responsable commercial, prendra les rennes de l’entreprise après son départ. Quant à Monica Marsilli, directrice des achats et Stefano Della Valle, responsable financier, ils se chargeront du marché européen.

Ces dernières années, La Rinascente a repris le control du groupe danois de grands magasins, Illum et a acquis 50,1 pour cent de KaDeWe Group, de Karstadt.

Photo : La Rinascente website

Liya Kebede, nouvelle égérie d'Amazon Mode

Amazon a choisi l’actrice et designer ethiopienne Liya Kebede comme égérie de sa nouvelle campagne d’Amazon Mode en Europe pour le Printemps/Eté 2017.

Liya Kebede apparaîtra sur différents supports de presse, réseau sociaux et pages webs d’Amazon en Europe à partir du mois de mars 2017 avec le slogan « Don’t look like me, look like you ».

La section de mode est une des catégories qui enregistre la meilleure croissance sur la plateforme de vente en ligne. D’ailleurs, les chiffres de vente d’articles de mode sur les sites européens d’Amazon ont dépassé les 60 millions de pièces vendues au dernier trimestre de 2016.

L’an dernier, Amazon a amplifié son offre de mode en incorporant 350 nouvelles marques à son catalogue et parmi elles, Miss Selfridge, Dorothy Perkins, Burton Menswear London, Evans, Wallis, Filippa K, Wood Wood, Vanessa Bruno Athé, Champion Reverse Weave, Whyred, Won Hundred, House of Holland, Cacharel, J.Lindeberg, Lagerfeld, Paul & Joe; chaussures et sacs à mains de Moschino, Fratelli Rossetti, Steffen Schraut, ALDO, L.K.Bennett, Vanessa Bruno, Lloyd, Floris van Bommel, Startrite pour enfants et Newton running; montres de Ferragamo et Versus ou bijoux de Thomas Sabo.

Liya Kebede prend la relève du mannequin bulgare Barbara Palvin, image d’Amazon Mode en Europe à l’Automne/Hiver 2016.

Photo: Liya Kebede pour Amazon

Tom Ford change de pdg. La marque américain a annoncé la nomination de Brian Blake au poste de président et chef de l'exploitation de Tom Ford International. Il relèvera directement de Tom Ford, chef de la direction. Sa nomination prend effet immédiatement.

En plus de son rôle de président, Brian Blake assumera les responsabilités du président précédant Tom Mendenhall, qui a quitté son poste de vice-président exécutif et chef de l'exploitation, pour suivre d'autres opportunités.

Brian Blake était chef de la direction de la distribution et de la fabrication au sein de Tom Ford International. Dans son rôle nouvellement élargi, Brian supervisera toutes les activités commerciales et les opérations.

« J'ai connu et travaillé avec Brian Blake depuis 27 ans depuis que nous avons commencé notre relation de travail et d'amitié à Gucci, en 1990. Nous avons grandi et nous sommes développés ensemble, au cours de cette période, et plus récemment travaillé en étroite collaboration à Tom Ford International », a déclaré le créateur Tom Ford. « Il a fait beaucoup de grandes contributions à Tom Ford International et je me réjouis de ce nouveau chapitre, dans notre croissance et développement, avec Brian à mes côtés. »

Avec 40 ans d'expériences dans l'industrie de la mode, Brian Blake a aussi travaillé chez Prada, Miu Miu et Burberry. Il a également été précédemment président et chef de la direction de Gucci Worldwide.

« Depuis que j'ai rejoint Tom Ford International, j'ai eu le privilège de travailler avec une équipe remarquable de personnes talentueuses qui ont contribué de façon significative à la croissance de notre entreprise », a quant à lui déclaré Brian Blake.

Le pdg du joaillier américain Tiffany, le français Frédéric Cumenal, quitte le groupe de luxe moins de deux ans après avoir pris sa direction, a indiqué le groupe dans un communiqué dimanche. Le bijoutier, qui dit avoir entamé la recherche d'un successeur, a répété qu'il maintenait ses projections de chiffre d'affaires et de résultats pour l'ensemble de l'année, des prévisions qu'il a abaissées par deux fois ces derniers mois.

Le groupe a récemment souffert d'un renchérissement du dollar, d'un déclin du tourisme de luxe et d'une baisse de la fréquentation de son magasin new-yorkais de la 5e avenue dont les ventes ont été perturbées par la proximité de la tour Trump après l'élection du nouveau président américain. Il annoncera ses résultats le 17 mars.

Le départ de Frédéric Cumenal, ancien dirigeant de LVMH et ex-pdg de Moet et Chandon, est "immédiat". Dans l'attente d'un nouveau dirigeant, il est remplacé par l'ancien patron de Tiffany et président du conseil d'administration, Michael Kowalski. "Je suis fier de ce que j'ai accompli chez Tiffany et aimerait remercier l'équipe de direction et nos nombreux employés talentueux dans le monde entier avec qui j'ai eu le plaisir de travailler", a déclaré M. Cumenal dans le communiqué.

Selon Michael Kowalski, "en cette période de défis continus pour le marché mondial du luxe, Frédéric a renforcé l'équipe directionnelle et pris des mesures importantes pour positionner Tiffany vers le succès à long terme". Un nouveau directeur artistique, Reed Krakoff, qui a notamment dirigé la création chez le maroquinier de luxe Coach après avoir travaillé chez Ralph Lauren, a tout récemment rejoint le groupe.

M. Kowalski a ajouté que Tiffany restait engagé "sur sa stratégie de coeur de métier" mais a reconnu que le conseil d'administration "était déçu par ses récents résultats financiers". "Le conseil estime que l'accélération de l'exécution de ces stratégies est nécessaire pour améliorer sa performance sur le marché mondial du luxe".

Tiffany, fondé en 1837, gère plus de 300 magasins à travers le monde dont 125 en Amérique, 81 en Asie-Pacifique, 56 au Japon et 39 en Europe. Il y a deux semaines, le joailler avait prévenu qu'il allait supprimer des emplois, sans en donner le nombre et, averti que le bénéfice ajusté par action de son exercice fiscal 2015-2016 devrait être inférieur de 10 pour cent aux 4,20 dollars enregistrés lors de l'exercice 2014/15. (AFP)

Stefan Larsson PDG de Ralph Lauren quitte l'entreprise en désaccord sur sa stratégie

Lorsque Ralph Lauren a annoncé en septembre 2015 qu'il quittait son entreprise et remettait les rênes à Stefan Larsson, venant de Old Navy et H&M, personne ne prévoyait que cela tournerait au vinaigre si vite.

Stefan Larsson été chargé de remettre sur pied la marque. À l'époque, la croissance à Ralph Lauren n’était pas très en forme et les bénéfices avaient chuté de 10 pour cent. Peut-être le temps pour son fondateur de prendre du recul après avoir dirigé l'entreprise pendant plus de quatre décennies. « Mon travail consiste à penser toujours à l'avenir de notre entreprise et à la façon d'avancer. Stefan Larsson est exceptionnellement talentueux, et il apportera à notre entreprise une perspective globale nouvelle et passionnante », a déclaré Ralph Lauren lui-même dans la déclaration.

Moins d'un an et demi plus tard, la société a annoncé que Stefan Larsson quitterait l'entreprise le 1er mai, par décision mutuelle, après des désaccords sur sa stratégie de redressement.

« Stefan et moi, partageons l'amour et le respect de l'ADN de cette grande marque, et nous reconnaissons tous deux, la nécessité d'évoluer », a déclaré Ralph Lauren, fondateur, président exécutif et chef de la direction de l'entreprise. « Cependant, nous avons constaté que nous avons des points de vue différents sur la façon de faire évoluer les stratégies créatives et axées sur le consommateur. Après des pourparlers, entre nous et avec notre conseil d'administration, nous avons décidé de nous séparer. Je suis reconnaissant pour ce que Stefan a réalisé avec nous, nous mettant dans la bonne direction », a-t-il annoncé dans un communiqué.

Photo : Ralph Lauren facebook

Riccardo Tisci quitte officiellement Givenchy

C’est confirmé officiellement, Riccardo Tisci quitte Givenchy après 12 ans de bons et loyaux services au poste de directeur artistique. Un départ à l’amiable : la séparation est effective depuis le 31 janvier, dernier jour du contrat qui liait le styliste italien, né en 1974 à Cermenate, dans la région des Pouilles, avec la célèbre maison française appartenant au groupe LVMH.

Depuis 2005, le styliste qui a fait ses classes, grâce à une bourse, à la Central Saint Martin’s School dont il sortit diplômé en 1999 était le directeur des collections prêt à porter féminines ainsi que de la Haute Couture chez Givenchy. Il avait 30 ans lorsque Marco Gobbetti, CEO de Givenchy, le débaucha. Tisci était également créateur des collections homme de la maison française depuis 2008, suite au départ d’Oswald Boateng : une ligne qu’il a d’ailleurs considérablement renforcé.

C’est un départ important pour LVMH (Louis Vuitton, Celine, Dior, Kenzo, Loewe, Pucci) car le style de Riccardo Tisci, très marqué et d’une facture luxueuse, a non seulement influencé la mode dans son ensemble (il est le premier à avoir lancé la tendance du street-luxe) mais il a également rencontré un succès commercial immédiat et jamais démenti. Un succès bien supérieur à ses prédécesseurs chez Givenchy, à savoir John Galliano, Alexander McQueen ou Julien Macdonald. Pour rappel, Hubert de Givenchy, le fondateur de la maison, a pris sa retraite en 1995. Sous le règne de Tisci, le nombre d’employés est passé de 290 en 2005 à 930 actuellement. Le chiffre d’affaires - aux alentours de 500 millions d’euros - a été multiplié par six depuis 2005. La marque avait 7 boutiques en 2005, elle en a 72 aujourd’hui. Philippe Fortunato, directeur général de Givenchy, s’accorde lui même pour accréditer Riccardo Tisci comme étant le principal artisan de ce développement de la marque.

Prochaine arrivée chez Versace ?

Autres attraits du styliste, et non des moindres : sa capacité à faire du buzz (on se rappelle tous de son tshirt imprimé avec des Rottweiler féroces), mais aussi et surtout son réseau amical tissé avec les plus grandes stars internationales : il a réalisé les costumes de scène de Madonna pour sa tournée Sticky & Sweet Tour en 2008 puis pour le Superbowl en 2012, il a habillé Rihanna pour son tournée Diamond World Tour en 2013, a collaboré avec Jay-Z et kanye West pour leur pochette d’album en 2011, collaboré avec Beyoncé pour sa tournée On the Run Tour en 2014. Bref, c’est l’ami des profils instagram les plus en vues: une aptitude indispensable aujourd’hui dans tout CV de directeur artistique qui souhaite prendre les rênes d’une maison appartenant à un grand groupe.

Donatella Versace est elle-aussi une grande amie des stars. L’essence de sa maison de mode est largement liée au star-système et au show-off. Donatella, comme Riccardo aime Madonna, Rihanna, Beyoncé, Jay Z, Kanye West. Les points communs sautent aux yeux. On est donc moyennement surpris d’apprendre que la créatrice voit en Tisci un parfait prétendant pour le poste de directeur artistique de la ligne principale de sa maison de couture italienne. Le groupe Blackstone qui est récemment entré au capital de Versace donne les coudées franches à Versace, un temps en difficulté, pour faire un pont d’or au designer le plus en vue de ces dix dernières années.

Le dernier défilé du Tisci pour Givenchy, défilé qui mélangeait vestiaire masculin et féminin a eu lieu le 20 janvier dernier à Paris. La maison française n’organisera pas de défilé durant la fashion week de mars. La collection féminine de l’automne 2017 sera conçue par le studio en attendant la nomination d’un nouveau directeur artistique. Parmi les candidats potentiels, on cite déjà Hedi Slimane, Olivier Rousteing, Alber Elbaz, Peter Dundas, et bien sur Clare Waight Keller qui vient de quitter Chloe (groupe Richemont).

Crédit photo: Credit: Jamie Mccarthy / Getty Images North America / AFP

Mode: départ de Clare Waight Keller, directrice artistique de Chloé

La Britannique Clare Waight Keller va quitter la maison française Chloé après six années en tant que directrice artistique, a annoncé lundi la griffe fondée dans les années 50 par Gaby Aghion, sans dévoiler le nom de son successeur.

La créatrice au style bohème s'est d'abord fait connaître en relançant la marque "Pringle of Scotland" pour en faire une griffe contemporaine et internationale. Auparavant, cette spécialiste de la maille avait travaillé au prêt-à-porter féminin chez Gucci, sous la direction de Tom Ford, après avoir contribué aux lignes homme de Ralph Lauren et femme chez Calvin Klein. Elle avait été recrutée en 2011 pour succéder à sa compatriote Hannah MacGibbon chez Chloé.

Sa dernière collection sera présentée le 2 mars dans le cadre des défilés automne-hiver à Paris, indique Chloé dans un communiqué. Elle partira définitivement le 31 mars, sans plus d'informations sur ses projets d'avenir. "Clare a contribué à rajeunir l'héritage de Gaby Aghion, la toute première fille Chloé", a estimé Geoffroy de La Bourdonnaye, le PDG de la marque, évoquant son style gracieux et féminin.

Gaby Aghion avait fondé Chloé en 1952, et nommé en 1966 Karl Lagerfeld à la tête de la création de la marque, où le couturier est resté jusqu'en 1984. La maison appartient depuis 1985 au groupe suisse Richemont, numéro deux mondial du luxe. (AFP)

Photo: Chloe website, credit: Christian McDonald

Ricardo Tisci, bientôt chez Versace?

Versace retarde ses plans pour cotiser en Bourse. La marque de mode italienne prépare une nouvelle expansion pour renforcer sa croissance.

Parallèlement, Versace a maintenu des contacts avec le directeur artistique de Givenchy, Ricardo Tisci, qui pourrait s’incorporer à la marque, a publié WWD. Depuis son arrivée chez Givenchy, Tisci a introduit une collection denim et de mode pour enfants, en plus de segmenter ses collections en catégories street, classic et fashion.

Ce ne serait pas la première fois que Versace mise sur des jeunes talents. Pour sa ligne Versus, la marque de luxe a déjà opté pour Christopher Kane et Anthony Vaccarello, actuel directeur artistique de Yves Saint Laurent.

En 2015, Versace enregistrait un chiffre d’affaires de 645 millions d’euros, soit 17,5 pour cent de plus par rapport à l’année précédente. Ces magasins monobrand ont généré des ventes d’une valeur de 400,7 millions d’euros, en hausse de 29 pour cent.

Photo: Versace

Serge Ruffieux, nouveau directeur artistique de Carven

Carven a son nouveau directeur artistique. La maison parisienne a annoncé la nomination de Serge Ruffieux au poste de directeur artistique à compter du 1er février 2017. En étroite collaboration avec la directrice générale Sophie de Rougemont, Serge supervisera une nouvelle étape de croissance et de développement de la maison.

Serge Ruffieux supervisera les collections féminines de prêt-à-porter, accessoires et chaussures. Il présentera sa première collection pour la croisière 2018. La collection printemps-été 2018 sera dévoilée pendant la Fashion week de Paris, en octobre 2017.

Carven privilégie le prêt-à-porter féminin

« Je suis très heureux d'assumer ce nouveau rôle de directeur artistique chez Carven. Je ressens une réelle affinité avec Mme Carven et sa vision de la mode. Je suis impatient et très honoré d'ouvrir un nouveau chapitre dans l'histoire de la maison », déclare Serge Ruffieux.

Serge Ruffieux a été head designer du prêt-à-porter et de la couture chez Christian Dior, puis codirecteur artistique de la marque entre 2015 et 2016. Il a précédemment été le bras droit de la défunte Sonia Rykiel.

« C'est avec grand plaisir que je souhaite la bienvenue à Serge Ruffieux, en tant que nouveau directeur artistique de Carven. Son sens inné de la modernité, allié à sa grande maîtrise des techniques de la couture, sont en accord parfait avec l'héritage légendaire de Carven, symbole du chic parisien et d'une élégance décontractée », affirme Sophie de Rougemont.

Carven avait annoncé, en octobre, le départ de ses deux directeurs artistiques Alexis Martial et Adrien Caillaudaud, qui s’occupaient des collections femmes de Carven, depuis seulement mars 2015, et qui sont partis « d'un commun accord ».

La dernière collection printemps-été 2017 des directeurs artistiques, présentée le 29 septembre dernier à la Fashion week de Paris, aura donc été la dernière.

Barnabé Hardy, le directeur de création du prêt-à-porter masculin pour Carven, avait également annoncé son départ en juillet dernier, marquant la fin d'un partenariat qui a commencé en janvier à 2015. La maison française a ainsi décidé de mettre sa ligne pour hommes en attente et se concentrer sur la collection femmes.

Fondée par Marie-Louise Carven, la marque avait changé de propriétaire en mai et a vu l’arrivée d’un nouveau PDG. Bluebell Group, qui a récemment pris une participation majoritaire dans la société, a nommé un de leurs dirigeants, Sophie de Rougemont, au rôle de chef de la direction.

Bluebell est une entreprise familiale basée à Hong Kong, qui couvre les secteurs de l’alimentaire, de la maison, du parfum et de la mode à Hong Kong. Carven avait lancé sa ligne homme en 2011 sous l’ancien directeur artistique, Guillaume Henry, lors d’un événement spécial au Pitti Uomo.

Lorsque Henri Sebaoun a repris la marque, la direction artistique avait été confiée à Guillaume Henry qui l’a positionné comme une marque contemporaine. Aujourd’hui, les rênes ont été remises à Alexis Martial et Adrien Caillaudad, pour les collections femmes. Et Barnabé Hardy s’occupait des collections masculines.

Photo : Carven

Nouvelle présidente Emilie Rubinfeld chez Carolina Herrera

Carolina Herrera a trouvé sa nouvelle présidente. La directrice du marketing, Emilie Rubinfeld, a été nommée à la tête de la maison de mode américaine, après le départ du PDG Francois Kress.

La nouvelle arrive après que l'entreprise a réglé un procès avec la maison rival Oscar de la Renta, concernant la clause de non-concurrence de la styliste Laura Kim avec Carolina Herrera et son embauche ultérieure chez Oscar de la Renta. Les détails de la poursuite ont révélé que l'homme de 78 ans avait prévu d’évincer Carolina Herrera de son poste de directrice de création. Emilie Rubinfeld ne détient cependant pas le titre de PDG.

« Je suis ravie d'avoir Emilie en tant que présidente, elle est un grand leader et un leader qui a fait ses preuves, avec une profonde compréhension et une passion pour la marque ainsi qu'une vision claire pour notre entreprise », a déclaré la créatrice et fondatrice Carolina Herrera dans un communiqué. « Notre partenariat va conduire l'entreprise et la marque vers un avenir passionnant. »

Emilie Rubinfeld, a été responsable du marketing senior chez Giorgio Armani et Akris avant de rejoindre Carolina Herrera en 2012. Elle sera chargée de relancer la marque, qui a généré 1,2 milliard de dollars de ventes en 2016, grâce en grande partie à son entreprise de parfum robuste.

Photo : Carolina Herrera facebook