Givenchy : nouveau CEO et nouvelle organisation créative

La pandémie n’empêche par le groupe LVMH d'activer de nouvelles orientations stratégiques pour ses marques phares. Ainsi, le mois d'avril sera un mois de bouleversement chez Givenchy dont les ventes stagnent depuis plusieurs saisons. Le 1er avril, un nouveau CEO a pris ses fonctions. Il s'agit de Renaud de Lesquen, ancien de l'école Sup de Co Paris, qui succède à Philippe Fortunato, en poste depuis septembre 2014.

Renaud de Lesquen est un poids lourd du groupe de luxe puisqu'il a présidé la destinée de Dior en Chine avant de devenir responsable de la filiale américain de la maison de luxe française à partir de 2016. Sa fine connaissance du luxe est complétée par une grande expérience dans l'univers de la beauté : sa carrière a en effet débuté en 1993 chez Lancôme et s’est poursuivie chez Helena Rubinstein avant de devenir président du département beauté chez Giorgio Armani puis CEO d’Yves Saint Laurent Beauty. Cette vaste expérience de la beauté ne devrait pas rester utilisée chez Givenchy. Sa nomination avait été annoncée aux employés de la maison dans une note interne diffusée début mars.

Départ de la directrice artistique Clare Waight-Keller

La feuille de route de Renaud de Lesquen semble claire : accélérer la diversification et redresser la barre dans le prêt à porter. Premier événement de taille, 10 jours après son arrivée effective du nouveau CEO : le départ de la directrice artistique Clare Waight-Keller. La créatrice anglaise avait pris ses fonctions en 2017 après avoir brillé chez Chloé (groupe Richemont). Problème : la greffe n’a pas pris. Ou du moins, elle ne s’est pas matérialisée par une explosion des ventes.

Or Givenchy, il y a cinq ans encore, connaissait des bonds vertigineux de son chiffre d'affaires, chaque année. Entre 2010 et 2015, principalement sous l’impulsion de Riccardo Tisci qui avait pris très tôt le virage des réseaux sociaux en misant sur les stars comme Rihanna, Kim Kardashian ou Jay-Z, Givenchy avait multiplié ses ventes par quatre, avec une amélioration constante de la rentabilité. Une communication en décalage avec la bienséance et le convenu, volontiers bling bling, très éloignée de l'héritage de la maison, avait fait merveille auprès de nouveaux consommateurs à la recherche de streetwear de luxe.

Givenchy : nouveau CEO et nouvelle organisation créative

L'approche plus traditionnelle et respectueuse de Clare Waight-Keller n'a pas suscité le même engouement, malgré les salutations enthousiastes de la presse, notamment en ce qui concerne la Haute Couture. Son talent est d'ailleurs chaleureusement salué par Sidney Toledano, PDG de LVMH Fashion Group qui souligne dans un communiqué : « «Sous sa direction artistique, et en collaboration avec les équipes et les ateliers, la Maison a renoué avec les valeurs fondatrices d'Hubert de Givenchy et son sens inné de l'élégance»

Le grand public retiendra principalement du bilan de la créatrice de 49 ans le fait qu'elle a signé la robe de mariée de Meghan Markle. La nouvelle organisation créative sera communiquée prochainement. Comme le prouve le passage éclair de Claire Waight-Keller entre 2017 et 2020, cette nouvelle organisation devra faire ses preuves rapidement. Dans le luxe, l'amour dure trois ans.

Credit photo : Givenchy

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS