(publicité)
Riccardo Tisci quitte officiellement Givenchy

C’est confirmé officiellement, Riccardo Tisci quitte Givenchy après 12 ans de bons et loyaux services au poste de directeur artistique. Un départ à l’amiable : la séparation est effective depuis le 31 janvier, dernier jour du contrat qui liait le styliste italien, né en 1974 à Cermenate, dans la région des Pouilles, avec la célèbre maison française appartenant au groupe LVMH.

Depuis 2005, le styliste qui a fait ses classes, grâce à une bourse, à la Central Saint Martin’s School dont il sortit diplômé en 1999 était le directeur des collections prêt à porter féminines ainsi que de la Haute Couture chez Givenchy. Il avait 30 ans lorsque Marco Gobbetti, CEO de Givenchy, le débaucha. Tisci était également créateur des collections homme de la maison française depuis 2008, suite au départ d’Oswald Boateng : une ligne qu’il a d’ailleurs considérablement renforcé.

C’est un départ important pour LVMH (Louis Vuitton, Celine, Dior, Kenzo, Loewe, Pucci) car le style de Riccardo Tisci, très marqué et d’une facture luxueuse, a non seulement influencé la mode dans son ensemble (il est le premier à avoir lancé la tendance du street-luxe) mais il a également rencontré un succès commercial immédiat et jamais démenti. Un succès bien supérieur à ses prédécesseurs chez Givenchy, à savoir John Galliano, Alexander McQueen ou Julien Macdonald. Pour rappel, Hubert de Givenchy, le fondateur de la maison, a pris sa retraite en 1995. Sous le règne de Tisci, le nombre d’employés est passé de 290 en 2005 à 930 actuellement. Le chiffre d’affaires - aux alentours de 500 millions d’euros - a été multiplié par six depuis 2005. La marque avait 7 boutiques en 2005, elle en a 72 aujourd’hui. Philippe Fortunato, directeur général de Givenchy, s’accorde lui même pour accréditer Riccardo Tisci comme étant le principal artisan de ce développement de la marque.

Prochaine arrivée chez Versace ?

Autres attraits du styliste, et non des moindres : sa capacité à faire du buzz (on se rappelle tous de son tshirt imprimé avec des Rottweiler féroces), mais aussi et surtout son réseau amical tissé avec les plus grandes stars internationales : il a réalisé les costumes de scène de Madonna pour sa tournée Sticky & Sweet Tour en 2008 puis pour le Superbowl en 2012, il a habillé Rihanna pour son tournée Diamond World Tour en 2013, a collaboré avec Jay-Z et kanye West pour leur pochette d’album en 2011, collaboré avec Beyoncé pour sa tournée On the Run Tour en 2014. Bref, c’est l’ami des profils instagram les plus en vues: une aptitude indispensable aujourd’hui dans tout CV de directeur artistique qui souhaite prendre les rênes d’une maison appartenant à un grand groupe.

Donatella Versace est elle-aussi une grande amie des stars. L’essence de sa maison de mode est largement liée au star-système et au show-off. Donatella, comme Riccardo aime Madonna, Rihanna, Beyoncé, Jay Z, Kanye West. Les points communs sautent aux yeux. On est donc moyennement surpris d’apprendre que la créatrice voit en Tisci un parfait prétendant pour le poste de directeur artistique de la ligne principale de sa maison de couture italienne. Le groupe Blackstone qui est récemment entré au capital de Versace donne les coudées franches à Versace, un temps en difficulté, pour faire un pont d’or au designer le plus en vue de ces dix dernières années.

Le dernier défilé du Tisci pour Givenchy, défilé qui mélangeait vestiaire masculin et féminin a eu lieu le 20 janvier dernier à Paris. La maison française n’organisera pas de défilé durant la fashion week de mars. La collection féminine de l’automne 2017 sera conçue par le studio en attendant la nomination d’un nouveau directeur artistique. Parmi les candidats potentiels, on cite déjà Hedi Slimane, Olivier Rousteing, Alber Elbaz, Peter Dundas, et bien sur Clare Waight Keller qui vient de quitter Chloe (groupe Richemont).

Crédit photo: Credit: Jamie Mccarthy / Getty Images North America / AFP