Amazon France confirme décaler son Black Friday au 4 décembre

A la demande du ministre de l’Economie Bruno Le Maire Amazon France, par la voix de son directeur général Frédéric Duval, a confirmé accepter de repousser les dates de cet événement promotionnel majeur au vendredi 4 décembre. Le Black Friday était initialement programmé pour le 27 novembre. Bruno Le Maire a convoqué une réunion de crise ce 20 novembre à Bercy avec les grands distributeurs pour demander à l’ensemble de ces grands acteurs de suivre le mouvement.

La réouverture de l'ensemble des commerces

L’enjeu conditionné à cette décision est la réouverture de l’ensemble des commerces « au plus tôt », soit le 27 novembre, ou le 1er décembre comme l’avait laissé entendre le premier ministre Jean Castex lors de sa dernière prise de parole. Amazon France, comme d’autre grands pure players, ont été très clairs sur le sujet : « Nous avons décidé de reporter la date du Black Friday si cela permet de rouvrir les commerces et magasins physiques avant le 1er décembre » a souligné ce jeudi sur TF1 Frédéric Duval.

Du côté des grandes associations de commerces, qui appellent depuis le début du second confinement à une réouverture totale au plus vite, ce report du Black Friday est un premier pas, qui allège la concurrence des géants de la distribution en ligne, mais en aucun cas une fin en soi. Dans une lettre ouverte au Président de la République, le CdCF (Conseil du commerce de France) demande la réouverture totale des commerces le 27 novembre, avec « la suppression d’une clause de revoyure, synonyme d’incertitude totale pour les commerces fermés ».

L’organisation avance deux éléments clés pour souligner le bien-fondé de sa demande : d’un point de vue sanitaire, tout d’abord, « l’ouverture au 27 novembre permettra aux consommateurs de prendre plus de temps pour réaliser leurs achats de Noël », et donc la gestion des flux en boutiques sera plus aisée. Enfin, l’urgence dans laquelle se trouve les commerces indépendants depuis des mois justifie amplement selon les professionnels une réouverture rapide, « qui permettrait de réduire les pertes de chiffre d‘affaires de novembre » : hors taxes et tous secteurs confondus, ces pertes de revenus s’élèvent, selon le CdCF , à 8,9 milliards d’euros (HT). L’organisation estime également à 5,8 milliards d’euros les besoins en trésorerie des commerçants français. Des chiffres qui se creuseraient encore drastiquement si les fermetures devaient perdurer en décembre et qui pourraient conduire, selon les estimations des analystes du CdCF, à la suppression de 95 500 emplois.

Crédit: Amazon

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS