• Home
  • Actualite
  • Retail
  • Centres commerciaux fermés : le CNCC demande au gouvernement de prendre en charge les loyers

Centres commerciaux fermés : le CNCC demande au gouvernement de prendre en charge les loyers

By Odile Mopin

1 févr. 2021

Retail

Plus de 400 centres commerciaux sont visés par les nouvelles mesures restrictives annoncées vendredi 29 janvier par Jean Castex. Si le gouvernement s’est finalement refusé à reconfiner (pour le moment) une troisième fois les Français, il a opté pour une série de mesures complémentaires. Les commerces « non essentiels », les centres et galeries marchandes de plus de 20 000 mètres carrés ont fermé à partir de ce dimanche, ainsi que les enseignes et commerces excédant cette surface, soit le Printemps, les Galeries Lafayette Haussmann, le BHV Marais et le Bon Marché.

Forum des Halles, Italie Deux, Vill’up...

Concernant les centres commerciaux, un peu plus de 400 sites sont visés sur le territoire par cette mesure, dont cinq à Paris : le Forum des Halles, Italie Deux (13 ème), le bâtiment sud du centre Beaugrenelle, le centre commercial Montparnasse et Vill’up (19 ème).

Mardi 26, le CNCC (Conseil national des centres commerciaux), se sachant dans la cible alertait le gouvernement sur les dommages sociaux qu’engendrerait de nouvelles fermetures. L’organisation professionnelle monte aujourd’hui au créneau pour demander aux pouvoirs publics de prendre en charges les loyers dus durant ce troisième confinement des centres. « Le constat est clair : la filière des centres commerciaux, les bailleurs et les 25 000 commerces concernés comprennent la nécessité de prendre des mesures pour lutter contre l’épidémie mais regrettent de supporter seuls l’essentiel de l’effort demandé à l’économie par les annonces du Premier Ministre. Le CNCC appelle donc le Gouvernement (…) à formuler un plan d’aide à la hauteur des enjeux en prenant en charge l’intégralité des loyers et charges dus durant ce troisième confinement des centres commerciaux ».

Presqu’un an après les prières fermetures des commerces désormais dits « non essentiels », la question des loyers reste entière. Depuis les premières fermetures, assorties d’une ordonnance en mars, décrétant que « le défaut de paiement des loyers commerciaux ne pouvait être sanctionné », une bataille juridique oppose bailleurs et commerçants. Une question particulièrement sensible pour les grands bailleurs, que représente le CNCC.

Ce week-end, Bercy a précisé le dispositif d’aides mise en place pour les commerces fermés. Outre le chômage partiel sans solde à charge ni cotisations patronales, ils bénéficieront du fonds de solidarité renforcé (compensation de perte de chiffre d’affaires jusqu’à 10 000 euros ou indemnisation de 20 pour cent du chiffre d’affaires plafonné à 200 000 euros par mois). Pour les commerces en réseaux, soit les grandes enseignes, est prévu le dispositif de couverture de 70 pour cent des charges fixes. « Ces aides, a indiqué « le ministre de l’Economie Bruno le Maire, permettront aux commerçants de faire face à leur loyer et charges ».

crédit: Italie Deux