H&M intègre une machine à recyclerdans son magasin de Stockholm

Transformer sur place ses vêtements inutilisés en nouveautés de mode… C’est devenu possible chez H&M, sur son marché domestique dans un premier temps. Le géant suédois veut « boucler la boucle » de la mode avec ce système, baptisé Looop. Une première machine, de la taille d’un conteneur en verre, a été mise en place depuis le début de la semaine dans le magasin de Drottninggatan à Stockholm. Une première, qui permet au client de regarder le dispositif en train de recycler ses anciens vêtements, d’abord des tee-shirts, des produits de maille… en nouveauté.

Looop utilise une technique qui découd et ré- assemble le produit. Les vêtements sont nettoyés, déchiquetés, réduits en fibres, à partir desquelles un nouveau fil est ensuite tricoté dans un nouveau produit de mode, avec l’ajout de matières durables. Le système, précise H&M n'utilise ni eau ni produits chimiques, ce qui permet impact environnemental nettement inférieur à celui de la production de vêtements ex-nihilo. Ce système a été mis au point par la Fondation H&M, en collaboration avec le partenaire de recherche HKRITA (Institut de recherche de Hong Kong sur les textiles et les vêtements) et le fileur Novetex Textiles, également basé à Hong Kong.

Pour en bénéficier, l’utilisateur doit débourser 150 couronnes suédoises (14, 5 euros), ou, pour les détenteurs d’une carte de fidélité, 100 couronnes (9, 5 euros) Les recettes générées par cette solution inédite de recyclage seront employées à la recherche sur les matières durables.

Ce pari de la circularité, qui vise aussi à sensibiliser les clients, puisqu’il assiste au processus d’upcycling, est une étape d’ un programme plus vaste : le distributeur a l’ambition, à terme, de travailler exclusivement en mode circulaire. « Nous explorons constamment de nouvelles technologies et innovations pour aider à transformer l'industrie de la mode, nous travaillons notamment à réduire notre dépendance aux matières premières », a ainsi déclaré dans un communiqué Pascal Brun, directeur du développement durable chez H&M. A horizon 2030, le groupe vise 100 pour cent de son offre conçue à partir de matières premières obtenues de façon durable, ou de produits recyclés, contre 57 pour cent aujourd’hui.

Crédit: H & M

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS