• Home
  • Actualite
  • Retail
  • Le luxe en forme à Paris grâce au retour des touristes étrangers

Le luxe en forme à Paris grâce au retour des touristes étrangers

By AFP

13 mai 2022

Retail

Paris - « Oh my god, that brooch ! » (oh mon dieu, cette broche !) : devant les vitrines de la place Vendôme, on s'extasie de nouveau en anglais. Le retour des touristes étrangers à Paris et plus particulièrement des Américains profite au secteur du luxe.

Alors que deux jeunes Américaines s'émerveillent devant une broche en diamants et saphirs, deux Coréennes se prennent en photo devant la colonne Vendôme avant de s'engouffrer dans la boutique Van Cleef & Arpels. « Pour le week-end de Pâques, Paris a connu un taux d'occupation supérieur à ce qu'il était en 2019 (avant la pandémie) et cela se conjugue avec le retour d'une clientèle étrangère, y compris long-courrier - les Américains, les Canadiens, etc. - et qui est présente sur le segment du luxe », se réjouissait fin avril le ministre du Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne.

Selon lui, les hôtels cinq étoiles connaissent un taux d'occupation supérieur à l'avant-crise de 3,6 points et des prix moyens « eux aussi en augmentation sensible, de l'ordre de 30 pour cent ». « Nous observons depuis le début de l'année, une fois la dernière vague Omicron passée, un retour de notre clientèle. Dès que les frontières s'ouvrent et que les restrictions sont levées, on constate que l'affluence de visiteurs reprend assez rapidement », confirme à l'AFP Géraldine Dobey, directrice générale du Mandarin Oriental, hôtel cinq étoiles situé rue Saint-Honoré, à deux pas de la place Vendôme.

Avec un taux d'occupation « aux alentours de 50 pour cent » qu'elle estime « très satisfaisant en cette période de l'année » et « quasiment au niveau de 2019 », Mme Dobey espère atteindre cet été les 70 pour cent.

Sa clientèle est composée à 30 pour cent d'Américains « du nord et du sud », 35 pour cent d'Européens, 10 pour cent d'Asiatiques et 15 pour cent de Moyen-Orientaux, mais cette dernière clientèle « va augmenter maintenant que le Ramadan est terminé », dit-elle. Et « les clients sont prêts à dépenser davantage qu'avant la crise. Beaucoup n'ont pas voyagé pendant plusieurs mois donc ils veulent se faire plaisir et faire de beaux voyages, cela se voit dans le chiffre d'affaires », assure Géraldine Dobey.

Selon des chiffres de la société Planet, spécialisée dans la détaxe des achats, les Américains font tourner à eux seuls près d'un quart du marché : ils représentaient 23 pour cent des achats détaxés en France en avril, avec une moyenne de dépenses de 1.515 euros. Viennent ensuite les touristes britanniques (7 pour cent des achats, 1.531 euros de dépenses).

« Les Champs-Élysées reparlent américain »

Les groupes de luxe ne communiquent pas sur leurs boutiques parisiennes. Le directeur financier de Kering Jean-Marc Duplaix a cependant expliqué lors d'une conférence avec des analystes fin avril que la progression des ventes au premier trimestre de 75 pour cent en Europe de l'Ouest était due « à des ventes locales dynamiques en France, Italie et au Royaume-Uni » et au retour progressif des touristes notamment d'Europe, du Moyen-Orient et des États-Unis.

Devant la boutique Chanel de la rue Saint-Honoré, le voiturier confirmait mercredi un retour « des Américains surtout », et également, « la semaine passée, des Allemands ». « Il y a aussi des locaux », souligne-t-il montrant une plaque d'immatriculation d'une des berlines garées devant la boutique venant de Haute-Garonne.

« Il y a un tourisme nord-américain qui revient, les Champs-Élysées reparlent américain et ce sont eux qui laissent les ardoises les plus importantes », explique à l'AFP Marc-Antoine Jamet, président du comité des Champs-Élysées.

« On voit aussi revenir les Européens, qui se voient interdire des destinations comme la Chine, la Russie et qui font des sauts de puce à Paris. On a un retour des Belges, Allemands, Néerlandais qui viennent deux ou trois jours et auxquels il faut ajouter les Espagnols, les Italiens, les Anglais. Pas mal de gens reviennent, y compris les Français ».

« On le voit aux terrasses de chez Coste, du Fouquet's, de la Belle Ferronnière... ce sont des étrangers », assure-t-il. « Le poids des touristes français, le retour des Européens et la stabilisation des Américains et Moyen-Orientaux fait que cela va très bien », se réjouit M. Jamet. (AFP)

Champs Elysees
Commerce
LUXE