1ere Classe fait moins fort qu'en janvier

Après les résultats exceptionnels de la session de mars 2010 (visitorat + 24%), le salon Première Classe qui s’est achevé lundi 7 mars dernier sur un bilan en demi-teinte. Si les collections hiver 2011-12 ont été portées par un climat d’achat dynamique

et un volume d’affaires important encouragé par la présence des acheteurs clés de la Fashion Week Parisienne, la fréquentation, elle, s’est faite plus timide qu’en mars 2010. Avec 11 524 entrées, le visitorat global clôture sur une baisse de 17 % à session équivalente.

" L1ere Classe fait moins fort qu'en janvier  a qualification de l’offre et du visitorat de 1ère session peut également expliquer ce retrait. La session de janvier avait en effet été prise d’assaut aussi bien par les acheteurs français qu’étrangers, bon nombre d’entre eux habitués de la 2ème session. Leurs commandes bouclées, certains ne se sont pas déplacés en 2ème session," explique les organisateurs du salon.

La France accuse un recul de 19 % à session équivalente avec 4 636 acheteurs. Tandis que la province chute de 42 % avec 1 322 entrées (soit 28,5 % du visitorat français), les boutiques et les grands magasins de Paris et de la région Ile-de-France maintiennent leur présence : ils étaient 3 314, soit juste 4 % de moins qu’en mars 2010.

Toujours très fidèle au rendez-vous, l’Asie reste le deuxième continent le plus représenté avec 26,5 % de la fréquentation étrangère et 1 818 entrées. Il accuse néanmoins un très léger recul de 4 % par rapport à mars 2010. Une baisse imputée entre autres à la clientèle japonaise qui, avec 1 430 acheteurs, perd 7 % à session équivalente.

Les Nippons restent néanmoins le 3e pays visiteur du salon, derrière la France et l’Italie. Cette saison encore, la Corée démontre un vrai dynamisme avec une augmentation de 31 %, soit 134 acheteurs. Si l’on compare les deux sessions du salon Première Classe, « on a des clients différents : plus de Français et de petites boutiques viennent en 1ère session… Cependant, l’une sans l’autre non ! C’est l’une avec l’autre car les visiteurs ne recherchent pas le même type de produits », affirme-t-on chez la marque Léa Clément. Malgré le succès commercial de la session du mois de mars, confirmé par NSEW qui « a noté 30 boutiques et multiplié par 5 son chiffre d’affaires par rapport à sa dernière participation », l'autre fait marquant de cette session ce fut la baisse de popularité des produits de pleine saison hivernale. Les acheteurs ont délaissé la fourrure entre autres, qui avait connu un énorme succès en janvier, s'intéressant davantage aux accessoires plus polyvalents et multi-saison.



Photo : Le salon Première Classe au jardin des Tuileries à Paris.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS