Facebook, ses premiers pas à la Bourse

L'icône du web dont les marques ne peuvent plus s'en passer change de dimension. A peine entrée en bourse, la société de Mark Zuckerberg s'est envolée vendredi dernier de près de 8%, soit 112.59 billion de dollars. Après un bon démarrage de 42,05 $, l'action est pourtant retombée à 38,2318 $, valorisant néanmoins le titre à cent fois les bénéfices 2011, loin devant les titres de Disney, Total et Amazon.

Selon Facebook, ses premiers pas à la Bourseune étude de Combourse.com, Facebook figure à la tête du classement des 50 sites web les plus cités sur internet (68%), sur les 72 dernières heures - une notoriété qui s'explique par la surmédiatisation de ses premiers pas en bourse. Le début décevant de Facebook, attribué à la survalorisation du titre (jusqu'à 30%) met en question le modèle d'entreprise jugé " surfait " et " technologiquement pauvre " par certains analystes.

Le plus célèbre site communautaire du monde représente 900 millions d'utilisateurs dont 24 millions en France. En 2011, la société a enregistré un bénéfice de 1 milliard de dollars, pour un chiffre d’affaires de 3,7 milliards de dollars.

Pour améliorer sa performance sur le Nasdaq et bénéficier pleinement de son nouveau statut de société cotisée en bourse, Facebook devrait rapidement trouver de nouvelles sources de revenus. A présent, la publicité représente plus de 85% du chiffre d'affaires. Et cela d'autant plus que General Motors vient d'annoncer qu'il réduisait de 10 millions de dollars son budget publicitaire sur Facebook, à cause des publicités dites "inefficaces".

En cette ère du tout mobile, le m-commerce pourrait s'avérer une aubaine pour la croissance de l'entreprise. Aujourd'hui, plus de 400 millions d'utilisateurs se connectent sur Facebook exclusivement via leur téléphone portable. L'investissement dans ce secteur permettrait à la société de dépasser les 1 milliard d'utilisateurs. Facebook boosterait ainsi la fidélisation des marques. Nul besoin de rappeler que Facebook leurs offre un coup de marketing viral sans pareil, un outil précieux qui leurs permet de proposer de nouvelles expériences média aux consommateurs en temps réel. Prenons l'exemple Burberry ou Louis Vuitton. Ces marques sont devenues les champions de Facebook. La maison britannique s'est lancée sur le réseau social bien avant l'heure. S'il il a fallu un an à Burberry pour atteindre les 1 million de fans, aujourd'hui elle en compte 12 millions ! La page Facebook de Louis Vuitton qui propose des défilés en live streaming et des informations exclusives aux internautes, réunit aujourd'hui plus de 7,6 millions de « fans », soit un million de plus que Chanel. Les maisons Gucci et Christian Dior figurent également parmi les marques les plus " facebookées " avec respectivement près de 8 millions de aficionados.

Suite à sa présence en Bourse et les fonds que le réseau social en lèvera, les évolutions éventuelles de la société ne seront pas sans conséquences pour ses membres. Le développement du f-commerce (la vente en ligne sur facebook), l'introduction d'une multitude de services tarifiés et la possibilité d'un accès payant pour les pages professionnelles devraient changer la donne pour les particuliers tout comme pour les professionnels. A suivre sur FashionUnited...

(Rédaction : CJL)

Photos : Facebook est entré en bourse vendredi 18 mai, Louis Vuitton Facebook page

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS