La Fashion week de New York repousse toujours plus loin les frontières

La Fashion week démarre jeudi à New York, avec des défilés toujours plus audacieux, certains designers ajoutant désormais danse, vidéo et même théâtre aux présentations traditionnelles. Plus de 270 défilés et présentations sont prévus dans toute la ville durant la semaine officielle, du 4 au 11

septembre.


La Fashion week de New York repousse toujours plus loin les frontièresGareth Pugh, Opening Ceremony, Tommy Hilfiger

Mais les coutures en craquent chaque saison un peu plus et, déjà, mardi et mercredi, quelque 30 défilés et présentations printemps-été 2015 figuraient au programme du Fashion calendar, la bible en la matière. Parmi les défilés très attendus, celui du Britannique Gareth Pugh qui, pour cette saison, va délaisser les podiums parisiens. A 32 ans, il a promis jeudi soir une "performance live en immersion" avec danseurs et vidéo, pour dépoussiérer les vieux archétypes.

Jamais à court d'imagination, Opening Ceremony va également repousser un peu plus loin les frontières de la Fashion week en présentant une pièce de 30 minutes mise en scène par le réalisateur Spike Jonze, Oscar cette année du meilleur scénario original pour "Her". La pièce servira d'écrin à sa nouvelle collection le 7 septembre.

Tommy Hilfiger a aussi annoncé pour son défilé du 8 un "programme digital exclusif" qui "mettra en avant ceux qui influencent le monde de la musique, de la danse ou encore de l'architecture". Ralph Lauren présentera sa collection Polo à Central Park, une première. "New York, ça veut dire que tout est possible", se réjouit Diane von Furstenberg, la présidente du CFDA, le Conseil des designers américains. "Je suis très excitée, car on a beaucoup de stylistes jeunes, intéressants, entrepreneurs", confie-t-elle à l'AFP. Traditionnellement, New York ouvre le bal des semaines de la mode, suivie par Londres, Milan et Paris.

La technologie invitée

Les fashionistas new-yorkaises à l'affût des célébrités devraient se précipiter chez l'enfant terrible de la mode américaine Jeremy Scott, qui a annoncé pour son défilé du 10 une mystérieuse collaboration avec la chanteuse Miley Cyrus, jamais en mal de publicité.

Dans le cadre de la Made Fashion week, Olivier Saillard, directeur du Palais Galliera, le musée de la mode de Paris, contribuera aussi au renouvellement du genre, avec son show "Les mannequins ne parlent jamais", qui donnera justement la parole à sept anciens modèles des années 90, racontant l'histoire des vêtements qu'elles ont portés. Alors que des dizaines de milliers de mannequins, journalistes, acheteurs, blogueurs, stylistes affluent vers la ville, la marque de Barcelone Desigual en profitera pour fêter ses 30 ans au Lincoln Center, et l'Italo-Belge Anthony Vacarello produira sa première collection pour Versus Versace en collaboration avec Donatella Versace.

A l'heure de Twitter, d'Instagram et des fashionistas toujours plus impatientes, BCBG a annoncé que ces dernières pourraient immédiatement acheter certaines des pièces présentées lors de son défilé, via Instagram et l'application LiketoKnow:IT. La technologie s'invitera aussi dans certains défilés avec des bracelets intelligents.

La Fashion week de New York va en outre moderniser en le numérisant le programme des défilés: le CFDA a notamment racheté le Fashion calendar, l'agenda que gérait depuis 69 ans sa créatrice Ruth Finley. Jeudi, c'est comme à son habitude le duo Nicholas K., inspiré par le Sahara, qui donnera le coup d'envoi de la semaine au Lincoln Center.

Parmi les autres grands noms présents cette saison: Marc Jacobs qui traditionnellement met le point final à cette semaine frénétique; Alexander Wang qui, après s'être aventuré à Brooklyn la saison dernière, revient à Manhattan; Proenza Schouler, Vera Wang, Michael Kors, Calvin Klein, Victoria Beckham, Rodarte, Prabal Gurung, Carolina Herrera, Ralph Lauren, J. Mendel, Oscar de la Renta, Jason Wu, Altuzarra, Donna Karan, Lacoste et les soeurs Olsen.

Les inspirations sont comme toujours multiples: pour Diane Von Furstenberg, c'est la Riviera et la Côte d'Azur. Pour Jason Wu la beauté, pour Peter Som la juxtaposition.

Desigual a été inspiré par les fleurs d'un jardin imaginaire, Tadashi Shoji par le palais vénitien Ca'd'Oro, Monique Lhuillier par le lever du soleil et Carolina Herrera par la couleur des fleurs.

Par Brigitte Dusseau, AFP

 

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS