La société de consommation à la loupe

Rdv le 23 novembre pour la conférence publique " Les Marques : créativité ou misère symbolique " avec Benoît Heilbrunn, à l'Institut Français de la Mode (IFM) à Paris. Si l'on accepte l'idée que la société de consommation est romantique,

à savoir que les consommateurs recherchent en permanence de la nouveauté, de l'inédit et des stimulations de tous ordres, il est compréhensible que les marques nous vantent en permanence la nouveauté et se targuent de proposer de la singularité.

N'est-ce d'aLa société de consommation à la loupeilleurs pas propre au principe de démarcation qui fonde l'idée même de marque ? Pour autant, quiconque circule dans l'espace urbain et marchand se rend vite compte qu'au delà d'un discours ambiant sur la nouveauté ne circulent souvent que des codes surannés, des produits qui ne sont que des clones sans âme.

L'objet de cette conférence à l'IFM est de penser cette ambivalence consubstantielle aux marques qui consiste à articuler une logique de répétition qui permet la réassurance et le contrôle de l'expérience avec une logique de singularisation qui émoustille les consommateurs en guise d'inattendu.

Sémiologue et philosophe de formation, Benoît Heilbrunn est professeur de marketing à l'ESCP-EAP et à l'Institut français de la mode Spécialiste des marques et de la consommation, il est notamment l'auteur de Le Logo (Que-sais-je ?, PUF, 2006), co-auteur de L'ABCdaire du design (Flammarion, 2003) et coordinateur de La Performance. Une nouvelle idéologie ? (La Découverte, 2004), et de La Consommation et ses sociologies (Armand Colin, 2005) et La marque (Que sais-je ?, PUF, 2010).

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS