Mode et météo, la vigilance s'impose

A bas la théorie de l'ourlet selon laquelle la mode serait déterminée par l'état de l'économie, les prévisions climatiques auraient une incidence beaucoup plus importante sur l'ensemble du secteur. Du besoin physiologique de s'habiller au besoin

de se sentir belle, consommateurs et professionnels du textiles sont à la merci de la météo...

Les soldes d'été se sont achevés mardi 26 juillet (sauf dans le Sud de la France) sur un bilan plutôt décevant pour tous les commerçants sauf les grands magasins qui ont vu leur chiffre d'affaires accroître de 8 à 9% ; et les sites de vente en ligne qui ont enregistré un chiffre d’affaires en hausse de 19% sur les quatre premières semaines de la chasse aux bonnes affaires par rapport à l'été dernier.

A l'instarMode et météo, la vigilance s'impose du ciel, le déstockage des articles d'été a été fortement frappé par le mauvais temps du mois de juillet. Hors vente à distance et e-commerce, selon l'Institut Français de la Mode (IFM), la première quinzaine des soldes a vu les ventes de textile-habillement baisser de 6%.

Eté en avril, couvre-toi d'un fil...

En revanche, un printemps ensoleillé a permis à de nombreuses marques d'enregistrer des ventes en forte hausse d'avril à juin. Luxottica, leader mondial des lunettes haut de gamme (Ray Ban, Oakley, Chanel, Prada, Ralph Lauren) a vu ses ventes de solaires s'envoler en France au deuxième trimestre. Sur le premier semestre son bénéfice net mondial a progressé de 13%, pour un chiffre d'affaires en hausse de 7%, à 3,2 milliards d'euros (+9,3% à taux de change constants).

Au deuxième trimestre, le groupe a fait état d'excellentes performances en Europe, notamment dans les boutiques multimarques en France, en Italie, en Allemagne et en Espagne, mais aussi au Moyen-Orient, en Asie et en Amérique latine.

Le récent succès des marques spécialistes du segment estival et de la mode balnéaire comme Eres, Havaïanas ou Little Marcel qui ont l'habitude de communiquer hors saison, indique que " l'été attitude " prendra la relève de la green attitude qui gagne le secteur du luxe.

Les conséquences du réchauffement climatique deviendront de plus en plus lourdes pour les professionnels de l'habillement qui se verront obligés à alléger leurs collections en privilégiant davantage de tenues légères dans des tissus éco-responsables ; ou à développer des gammes d'articles dérivés du beachwear, traditionnellement déstiné aux
consommateurs des pays chauds. A suivre...

(Rédaction : CJL)

Photo : Un champ de tongs Havaïanas sous le ciel gris de Paris en 2009 (FashionMag).
Photo : La mode serait-elle dictée par Miss Météo ?


 

Related Products

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS